Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

U n piano oriental est un piano modifié pour pouvoir produire les quarts de ton indispensables pour jouer de la musique arabisante. Après des années de réflexion et d'essais, Adballah Kamanja trouva l'astuce pour réaliser cet instrument polymorphe. Elle-même mi-arabophone et mi-francophone, Zeina Abirached se retrouve pleinement dans la création trans-culturelle de son oncle. Mêlant son expérience personnelle (son départ pour la France) et le voyage entrepris par son parent chez un facteur viennois réputé, elle a imaginé une double chronique parallèle touchante et originale.

Après Mourir partir revenir, Le jeu des hirondelles, Je me souviens, Beyrouth et 38, rue Youssef Semaani (disponibles aux éditons Cambourakis), Zeina Abirached continue d'explorer sa trajectoire de vie marquée par le cèdre et le coq. Si, en premier lieu, elle parle d'elle-même, de ses sentiments, de sa relation avec ses deux langues maternelles, l'album s'avère également être une ode à Beyrouth, particulièrement à celui du passé quand l'harmonie régnait sur le Paris du Moyen-Orient.

Comme son oncle qui rêvait de créer un piano « universel », aussi à l'aise avec des partitions occidentales qu'orientales, l'auteure tente de se construire en se remémorant les doux moments ensoleillés de son enfance et la réalité parisienne évidemment plus tempérée. L'ouvrage s'organise en deux lignes narratives intimement liées où le passé révèle le présent (à moins que ça soit l'inverse). Si ce continuel jeu de cache-cache à travers les époques s'avère parfois un peu difficile à suivre – les transitions sont quelques fois très, voire trop abruptes -, le ton plein d'entrain et l'humour omniprésent rendent cependant la lecture des plus agréables.

Outre la thématique générale, l'approche graphique rappelle également les travaux de Marjanne Satrapi et, par prolongement, ceux de David B. Heureusement, la dessinatrice ne se limite pas, même si ils demeurent très visibles, à ces seuls modèles. Au noir et blanc très franc et au découpage audacieux, celle-ci a ajouté une dimension « design » très affûtée : répétition hypnotique de motifs décoratifs, démultiplication des protagonistes dans une même scène, typographie envahissante, etc. C'est maintenant l'ombre de Killofer montre le bout de son nez. Là aussi, sans cacher ses influences, Abirached démontre un véritable talent personnel et réussit à imposer sa « patte » à la narration.

Plus proche dans sa forme de la musique contemporaine que d'une sonate de Chopin, Le piano oriental sonne néanmoins juste et devrait séduire les bédéphiles mélomanes.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le piano oriental

  • Currently 4.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.7/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    bd-paris Le 22/09/2015 à 14:29:06

    Il s'agit tout d'abord d'un beau livre, graphiquement très réussi, avec entre autres une belle double page qui met en valeur le piano créé par le grand-père de l'auteure. Le lecteur rentre très vite dans cette double histoire, celle de Zeina et de Adballah: nous nous attachons au personnages, la lecture est enlevée, entre autres grâce aux astuces de mise en page, à l'esthétique, aux sons omniprésents (les souliers, la musique...) et à l'humour. Beaucoup de tendresse aussi à la lecture de ces histoires de famille, et surtout à la fin de la vie d'Adballah, abrupte, émouvante. Bref, une réussite!