Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Carnets d'Orient 7. Rue de la Bombe

28/02/2005 8019 visiteurs 7.4/10 (5 notes)

L ’Histoire est cruelle, elle ne retient que les faits. Le souvenir est chargé d’émotion et retient les hommes qui ont participé à ces évènements. Avec ses Carnets d’Orient, Jacques Ferrandez a su allier le souvenir à l’Histoire pour aborder le sujet difficile de la présence française en Algérie, des débuts de la colonisation à l’indépendance acquise dans la douleur.

Commencé il y a une dizaine d’années, le premier cycle aborde la présence des Français en Algérie jusqu’en 1954, à l’aube de la guerre. A travers un fil conducteur matérialisé par les carnets de bord du peintre Joseph Constant, tombé sous le charme des couleurs de ce pays, l'auteur nous présente un témoignage sur l’état d’esprit des colons. Ces fameux carnets traversent les générations d’une même famille et invite chacun à se rendre compte qu’avec un peu plus de compréhension et de dialogue, la situation aurait très bien pu être autre. Difficile de juger, il ne faut pas oublier que tout a commencé en période de colonisation, avec ce sentiment de supériorité courant de la part de celui qui vient investir une terre étrangère. Avec la sensibilité d’un homme né là-bas, l’auteur a su mettre son récit au service de la mémoire.

Entamé par La Guerre Fantôme, ce nouveau cycle se poursuit avec Rue de la Bombe. Ferrandez rentre dans le vif du sujet et aborde la période douloureuse de la guerre. Une étape difficile pour un peuple qui va gagner sa liberté dans le sang, mais également amère pour un pays abandonnant une colonie avec un sentiment de tristesse et honte mélées. Ce septième album relate les évènements marquants de la bataille d’Alger et ses excès. Chaque meurtre ou attentat appelle des représailles dans chaque camp, et sans possibilité de trêve dans cette escalade de la violence. Samia la jeune algérienne devra choisir son camp, le militaire Octave sera emprisonné pour avoir osé dénoncer les actes de torture.

Ferrandez livre un album très intéressant. Son style est un peu brut. Son trait est à la fois dur avec des visages anguleux, et d’une grande douceur dans sa manière de dessiner les femmes. Il a su s’affranchir de la rigidité d’un style donné pour parsemer son récit de quelques articles de presse, de rares photos et surtout de somptueuses aquarelles. Ces dernières donnent une profondeur au récit. Le résultat est magnifique.

Par D. Ollivier
Moyenne des chroniqueurs
7.4

Informations sur l'album

Carnets d'Orient
7. Rue de la Bombe

  • Currently 4.14/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (43 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Armand Bruthiaux Le 02/11/2010 à 15:50:11

    Encore un excellent album qui met en relief les tensions de l'Algérie de 1956, les rivalités entre Français et Algériens, entre le FLN et le MNA, entre Algériens, entre Français ... sans jamais rendre de jugements hâtifs.