Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

O n va tous crever ! C’est le sempiternel leitmotiv de Maria, la très légèrement perturbée, angoissée, tourmentée, mère de Yann. À défaut d’excuser son comportement acerbe et délétère, un lointain traumatisme – l’assassinat, sous ses yeux d’enfant, de sa famille, par de quelconques miliciens – est la cause de cette névrose. Coincé entre un père pusillanime et cette femme morbidement nocive, le jeune garçon développe des comportements compulsifs auto-protecteurs et s’invente de trépidantes aventures en compagnie de son trio d’amis imaginaires, le Gros, Michel, et le Chien. Devenu adulte, la mort accidentelle de ses parents va bien révéler le tempérament artistique de Yann, mais ses démons intérieurs le rattraperont vite…

Comme une catharsis de ses propres tourments, Théa Rojzman revient inlassablement dans son œuvre sur la blessure émotionnelle des survivants d’un drame, sur la transmission intergénérationnelle de celle-ci, sur la difficulté de construire son identité autour d’un tel souvenir. Dans le cas présent, c’est pourtant l’enfant enfoui au fond de son être, cet enfant oublié, presque un inconnu, qui viendra au secours de l’adulte en train de perdre pied. Pour illustrer cette plongée au cœur des sentiments les plus obscurs, cette mise à nue de la psyché de son héros, l’auteur use de teintes profondes, vives, texturées. Souvent posées en larges aplats d’un pinceau épais, elles sont parcourues de formes organiques quasi abstraites d’un grand lyrisme, sur lesquelles se déploient les figures simples des personnages évoluant dans des décors à peine esquissés. Un voyage au cœur de l’âme humaine non dénué d’humour, cependant, grâce au spirituel numéro de duettistes des indéfectibles Gros et Michel.

Mourir, ça n’existe pas, c’est un mensonge pour te forcer à vivre vite et mal. Voilà une sentence, définitive à bien des égards, qu’il conviendra de méditer…

Par O. Boussin
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Mourir (ça n'existe pas)

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.