Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La favorite

11/05/2015 10837 visiteurs 8.2/10 (5 notes)

C onstance n’a plus de parents. Alors, elle vit avec son pépé et sa mémé. Lui, une vie pleine de contrariétés l’a rendu misérable. L’alcool l’aide à se résigner. Elle, la frustration en a fait une femme aigrie, acariâtre et violente. Le tableau est peu reluisant, et le cadre de la maison, dont la jeune fille ne peut sortir, bien trop étroit pour permettre à un enfant de s’épanouir.

Entre punitions et restrictions, enfermement et tentatives d’évasion par l’imaginaire, Constance tente d’aller de l’avant. Difficile quand les seules sources d’éducation sont les lectures imposées par la grand-mère et les cours qu’elle lui dispense dans l’enceinte de la vieille demeure, signe d’un patrimoine qui s’étiole. Fille de substitution, la pauvrette l’est assurément, elle qui doit vivre dans l’ombre d’Éléonore, son aînée couronnée de perfection qui périt et laissa un vide dans la famille alors qu’elle était encore petiote. Son portrait en habits de communiante, qui trône dans la bâtisse, fait peser sur les épaules de l’héroïne un poids impossible à supporter. Elle ne sera jamais à la hauteur ; c’est évident.

Tout autour d’elle, il y a travestissement de la réalité, comme si, en définitive, il fallait surtout sauver les apparences ; celle d’une richesse passée, d’une maisonnée bien tenue, d’une cohésion de façade pour une famille qui, en fait, se déchire. Prendre ses désirs pour des réalités, l'aïeule sait le faire. Accepter la différence, c’est autre chose. Derrière cette fuite se cachent bien sûr des souffrances, mais aussi le refus de voir le monde tel qu’il est. L’aliénation des corps et des esprits fait son œuvre, avec à la clé un sentiment de perte d’identité, de flou qui entoure un avenir incertain dans un monde que l’on aimerait croire figé.

Page après page, Matthias Lehmann crée un vrai petit théâtre où triomphent l’esprit de clocher et la politique de comptoir, où chacun essaie malgré tout de se faire une place. Avec ce dessin qui rappelle les gravures d’antan et ces planches aux constructions éclatées, il propose de fait une succession de tableaux, de pans de vie qui, ensemble, forment une destinée morcelée, chahutée. L’espoir, en dépit de toutes ces avanies, reste présent pour cette petite fille qui ne veut qu’une chose : la délivrance.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
8.2

Informations sur l'album

La favorite

  • Currently 4.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (24 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 30/08/2020 à 23:04:36

    Il n’y a rien de pire que la maltraitance des enfants, ces petits êtres innocents qui peuvent être souillés par la méchanceté des adultes. En l’occurrence, on fait la connaissance d’une petite fille d’aspect et de sa grand-mère plutôt acariâtre qui n’hésite pas à la battre avec son martinet ou la mettre au grenier sans la nourrir. Le décor est planté d’emblée dans cette vaste demeure bourgeoise au cœur de la France profonde. On va alors entrer petit à petit dans la psychologie de ce petit personnage qui essaie de vivre dans les limites qui lui ont été fixé.

    Et puis, il y aura le choc d’une première révélation. Puis, cela ira en crescendo afin de distiller l’horreur de la situation. La fin dévoilera tout et la lecture deviendra plus pénible émotionnellement pour peu qu’on s’intéresse au sort des enfants. Fort heureusement, il y aura des moments plus comiques comme l’apparition d’un certain président de la république adepte des au-revoir et qui n’hésite pas à s’inviter à la table des français moyen.

    Le procédé graphique utilisé est celui de la carte à gratter. Depuis les œuvres de Thomas Ott, j’aime beaucoup. Cela colle d’ailleurs à merveille avec la noirceur assumé de ce récit. On ne regardera plus les personnes âgées de la même manière. Le mal peut se cacher partout.

    Le titre intrigue un peu. Après cette lecture, on se rend compte que finalement, ce n’est peut-être pas aussi bien que cela d’être le favori. On peut en payer le prix. Au final, cela sonne comme un fait divers qui s’est sans doute déjà produit. L’auteur a réussi un tour de force avec cette œuvre intensément psychologique et qui parait presque authentique. La dernière page tournée, on est encore sous le choc.

    pattt Le 16/12/2018 à 18:12:30

    La chronique semble avoir été écrite par quelqu'un qui n'a lu que les premières pages de l'album.
    Dans la BD, l'auteur présente finalement l'histoire comme réellement survenue dans les années 70.
    La tentative de rendre compte des tourments de l'enfant est assez réussie et les dessins souvent saisissants. On remarque aussi quelques maladresses (comme l'insistance sur la part de responsabilité du grand-père – évidente – et le lien suggéré avec son homosexualité réprimée...).