Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Q uelque part dans la galaxie, sur une planète lointaine, deux méga-entreprises se partagent le pouvoir, tout en se livrant une guerre sans merci pour éliminer l'autre. Complots, attentats ou guérilla technologique, tous les moyens sont bons pour annihiler la concurrence. Le crash d'une soucoupe volante extra-terrestre va, peut-être, changer la donne.

Lucas Varela (Diagnostics, Paolo Pinocchio) entraîne le lecteur dans un monde à mi-chemin entre la Ville-puit chère à John Difool et le Brazil de Sam Lowry. Sous couvert de science-fiction, le scénariste a en fait tissé une fable, un réquisitoire quasiment, contre le consumérisme et le capitalisme sans foi ni loi. L'individu n'existe plus, il n'est qu'un pion dans un gigantesque jeu sans pitié. D'ailleurs, il a perdu la parole. En effet, l'album a comme caractéristique d'être muet. À la place des dialogues ou des digressions, ce sont donc les événements qui dictent le ton et rythment la « lecture ». Varela se joue de cette difficulté formelle et offre un joli récital narratif. Mieux encore, malgré la complexité des complots et de l'accumulation des trahisons, ce thriller se révèle des plus prenants et passionnant à suivre.

Quand les mots sont absents, c'est au dessin que revient tous les rôles. La ligne claire mâtinée de design japonisant des illustrations donne aux planches toute la lisibilité nécessaire pour bien suivre le récit. Parfaitement calé dans son univers, le dessinateur se fait également plaisir avec de grandes compositions urbaines au look rétro-futuriste tout à fait admirables. De plus, l'artiste argentin a semé, au fil des chapitres, une multitude de références aux classiques (BD, romanesques ou cinématographiques) de la S-F. Ces petits clins d’œil apportent un supplément sympathique que les amateurs du genre s'amuseront certainement à détailler.

En dépit d'une intrigue finalement assez convenue, Le jour le plus long du futur se démarque par sa construction savante et très maîtrisée.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le jour le plus long du futur

  • Currently 3.17/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.