Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le sculpteur

20/04/2015 5509 visiteurs 7.0/10 (3 notes)

A rtiste dans le doute, David Smith végète dans son atelier. Il sait, qu'au plus profond de lui, il a quelque chose à montrer - à imposer - à la société. Pour enfin atteindre ses fins, il ose l'impensable et conclut un pacte avec un étrange vieillard : contre sa vie, il aura ce qu'il désire. D'ici deux cents jours, il créera une œuvre que toute la planète connaîtra.

Longtemps attendu, Le Sculpteur marque le retour (ou, plutôt, un nouveau départ) de Scott McCloud dans le paysage de la BD. En effet, il s'agit de la première fiction d'importance de l'auteur de L'art invisible et de Réinventer la Bande Dessinée. Pour ce faire, il a choisi de revisiter le mythe de Faust en le situant dans le microcosme de l'art new-yorkais. Au centre de l'album, David Smith, sculpteur de son état, vit l'existence habituelle de l'artiste en quête de reconnaissance : manque d'argent permanent, hypocrisie des « amis » et jalousie envers ceux qui réussissent (aussi bien à cause de leur talent que grâce aux pires bassesses), etc. Pire encore, des peines d'amour viennent se greffer à ses tourments. Le scénariste a très bien cerné son personnage et, même s'il abuse d'un certain romantisme de circonstance comme peut le faire Craig Thomson (Blankets, Habibi), le portrait sonne juste.

Le reste du propos se révèle nettement moins convaincant. Si le nom d'Auguste Rodin, Marcel Duchamp ou Jeff Koons sont tout de même cités, aucune réflexion sur le Deuxième Art n'est réellement entamée. La situation est identique pour la description du monde des collectionneurs dont la critique se limite à des généralités très réductrices. Dans le même ordre d'idée, le cadre, New York, ville regorgeant de monuments célèbres, n'est absolument pas partie prenante, sauf pour ses loyers exorbitants ! Résultat, la narration, arc-boutée sur son protagoniste principal et ses quelques connaissances, manque diablement de profondeur.

Heureusement, la construction sans faille du récit compense la faiblesse relative de l'histoire. McCloud sait évidemment comment raconter et ça se voit. Les quelques cinq cents pages de l'ouvrage se lisent avec aisance. Fluidité, dynamisme et quelques trop rares découpages plus ambitieux s'enchaînent d'une manière aisée et agréable.

Imposant par sa pagination, mais pas totalement convaincant par son contenu, Le Sculpteur déçoit en ne proposant qu'un simple survol de son sujet.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le sculpteur

  • Currently 4.10/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (51 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    schindou Le 19/03/2018 à 22:26:22

    Je rejoins Franckchen. Pas emballé par l'histoire un peu trop naïve pour moi. Dessin de qualité mais inconstant. L'album se lit malgré tout aisément car la narration est très fluide

    Franckchen Le 01/03/2018 à 09:24:25

    Pas de réel empathie avec le "héros" qui essaie de se forger un destin... narcissique et sans réel enjeux.

    On a du mal à s'accrocher au personnage et à compatir face aux faux problèmes qu'il se crée. Surtout que le milieu new-yorkais de la sculpture ne par le pas forcément à un public très large, même s'il est intéressant.

    L'incursion de la religion n'est pas approprié et je me demande ce qu'elle apporte à l'ouvrage ?

    Belle pagination et dessin agréable. Dommage que les points négatifs soient si nombreux.

    A lire en bibliothèque. Mais pas la peine de mettre la main au porte-monnaie.

    Fantasy30 Le 12/10/2017 à 22:20:59

    Un hymne à la vie, la mort, l'amour, le narcissisme.... Une belle découverte avec un travail soigné. La lecture est haletante! Quelques longueurs minimes mais au final un roman graphique de référence. Incontournable! 9/10

    Wonderphil Le 01/11/2016 à 05:46:52

    On ne peut pas s'intéresser aux romans graphiques américains sans faire l'expérience de celui-là.

    mesechappeeslivresques Le 18/10/2016 à 08:28:56

    Certains parlent de chef-oeuvre concernant ce livre, d’autres sont déçus. Pour ma part, je ressors de cette lecture avec un avis plutôt partagé mais globalement positif dans l’ensemble.

    On ne peut pas nier le travail de qualité qu’a effectué Scott McCloud au niveau graphique. L’alliance des tons bleu et noir est une réussite ainsi que le cadrage des dessins.

    Le bémol que je retire de cette BD se situe du côté de la narration.

    L’histoire ne manque pourtant pas d’originalité avec le mythe de Faust transposé et revisité de façon moderne à New York de nos jours. Les rebondissements donnent du rythme et m’ont permis de lire ces 500 pages sans souci.

    Malgré tout, j’ai éprouvé quelques longueurs dans ce récit peut-être un peu trop dense finalement et pas assez accrocheur.

    De plus, j’ai eu également quelques difficultés à apprécier le personnage de David, le héros, et à avoir de l’empathie pour lui même si j’ai été sensible à sa rencontre avec Meg. Car en dehors de cette rencontre, son seul objectif à travers tout le livre est que son travail d’artiste soit reconnu et sa recherche de la gloire le conduit à sacrifier sa propre vie.

    Néanmoins, cette lecture a été bonne et agréable dans sa globalité. L’auteur nous plonge dans des univers différents oscillant à merveille du fantastique à la romance.

    Même si je n’ai pas été aussi emballée que d’autres ont pu l’être, ce livre reste plaisant à découvrir car l’auteur excelle du point de vue graphique. Un point de départ intrigant mais au final un peu décevant qui pousse tout même le lecteur à la réflexion sur l’art, nos choix et la vie en général.

    pokespagne Le 09/10/2016 à 18:13:20

    Se laisser entraîner, séduire même par un livre dont on est parfaitement conscient des limites, des insuffisances, est toujours une expérience difficile, voire un peu honteuse. Admettre qu'on a dévoré en une paire d'heures les 500 pages du "Sculpteur", qu'on a versé sa larme à la fin, c'est un peu comme admettre qu'on s'est "laissé avoir" par la lecture d'un livre de Marc Lévy (j'imagine, parce que je n'ai pas encore fait l'expérience…). Cela permet aussi de relativiser l'accumulation de critiques qu'on avait envie de faire quand on n'en était encore qu'à la moitié du livre, et qui n'ont finalement pas empêché cet étrange enthousiasme frénétique qui nous a saisi au fil des pages. Bref, il faut reconnaître que, comme les maîtres du best seller US (et français aussi, sans doute), Scott McCloud maîtrise parfaitement les trucs du storytelling commercial, et manipule de main de maître son lecteur. Mais, bien entendu, cela ne fait en aucune manière du "Sculpteur" une grande BD, la grande BD qu'elle aurait dû être si on allie un thème ambitieux (le mythe de Faust rencontre les super héros chers aux Comic Books dans le milieu de l'Art contemporain new yorkais) et une approche expérimentale de la narration en BD (McCloud est apparemment un théoricien fameux du genre). Car le problème est que, sans véritable talent, la technique pure est insuffisante : l'histoire, qui devrait être profonde, irrite régulièrement par son incapacité à réellement affronter les sujets esquissés, les personnages sont soit déplaisants - l'épouvantable personnage principal, auquel il est difficile de s'intéresser - soit passablement superficiels - Meg, simple faire valoir dont la tendance maniaco-dépressive est expédiée en quelques cases -, et le graphisme est terriblement moyen, même s'il faut heureusement reconnaître l'efficacité de certains procédés (le jeu avec le bleu, les effets de flous…). Mais le pire, qui tire "le Sculpteur" vers le bas et l'empêche finalement d'être vraiment convaincant, c'est la laideur des œuvres pondues par notre sculpteur possédé : impossible de croire un instant au talent de David Smith, ce qui évidemment annule l'intérêt du pacte faustien ! Ceci dit, répétons-le, ces lacunes graves n'empêcheront pas le lecteur bienveillant de passer un agréable moment au fil de ce suspense plutôt bien conduit.

    misterto Le 12/04/2016 à 09:07:28

    Bonjour.
    Je mets une étoile simplement pour baisser la moyenne générale.
    Je n'ai pas du tout aimé cette oeuvre. Autant le dessin et les dialogues ne me choquent pas, mais je n'ai pas du tout accroché à l'histoire. Le monde de l'art et les histoires flyées ne doivent pas être mon truc. Pourtant les critiques étaient très bonne, et on m'a chaudement conseillé Le Sculpteur. Je dois simplement ne pas être le public visé. Je ne trouve pas les personnages attachant (Un grosse envie de donner des claques au personnage principal), et l'histoire est bien trop plan plan à mon goût.
    Mes types de bédé préférées : UW1 - Blacksad - Soda - Okko - Calvin & Hobbes - Le 3ieme testament - Niourk etc etc.
    Bref. Je ne dis pas que la bédé est mauvaise, je dis juste que je me suis fait avoir par la critique et le bouche à oreille alors que je ne suis pas public pour ce type d'oeuvre.

    judoc Le 08/03/2016 à 19:44:08

    Une histoire à la Marc LEVY agréable. Des dessins réussis, un scénario parfaitement ordonné et rondement mené, des personnages attachants pour une BD sympathique au final.

    A découvrir !

    Deedr Le 28/02/2016 à 21:49:09

    Je savais que je ne serai pas déçue, mais je ne m'attendais pas à ADORER à ce point ! (et je pèse mes mots) Sérieusement, j'ai pris une sacrée claque et je comprends enfin toutes les critiques élogieuses !
    Cette BD est tout simplement géniale.
    J'ai été réellement entrainée par l'histoire. Je suis rarement prise par un livre au point de l'avaler d'une traite et de ne plus rien faire à côté (je sais, c'est triste), mais là je peux le dire : c'était addictif ! Et j'ai lu les presque 500 pages d'un seul coup.
    Le rythme est parfait, on passe des moments d'action où on lit les pages à toute vitesse, aux moments d'émotion où on prend son temps d'apprécier. Je n'ai ressenti qu'une seule petite baisse de régime de quelques pages, mais autrement, le rythme est soutenu et parfaitement dosé d'un bout à l'autre, on ne s'ennuie pas ! Et sur autant de pages, c'est une prouesse !
    Je suis également épatée par la gestion du mouvement, j'ai rarement lu une BD qui me semblait tant en mouvement. Quand David Smith court dans la rue, je me voyais presque courir à ses côtés (sauf que je ne cours pas si vite, et que j'habite pas à New-York, mais ce ne sont que des détails :D).
    Le livre parle (entre milliers d'autre choses) de la difficulté de la sculpture à rendre le mouvement. Il illustre lui-même bien cette problématique et relève le défi avec brillo.
    Tout est bien trouvé, subtil, et la fin est magnifique ...
    A ce stade là de groupiattitude, je ne sais pas quoi dire de plus … C'est juste parfait.

    Chronique complète : http://d-encre-et-de-reves.over-blog.com/2016/01/le-sculpteur-scott-mccloud.html

    Pitjes Le 30/12/2015 à 12:42:20

    J'ai été décu par cet album. La grande charge émotionnelle qu'on s'attend à avoir d'un moment à l'autre, vu les thèmes choisis (la vie, la mort, l'amour, l'art) n'est jamais au rendez-vous. Ca reste une bonne BD, qui se lit agréablement, mais qui ne tient pas ses promesses et passe à côté de quelque chose qui aurait pu être grand.

    herve26 Le 19/04/2015 à 17:48:16

    Cela faisait des années que je n'avais lu de roman graphique américain, depuis "Habibi" de Craig Thompson, en fait.
    Au vu des bonnes critiques lues ici ou là, je me rué chez mon libraire pour enfin découvrir ce nouvel avatar du mythe de Faust.
    Et bien, je dois dire que j'ai dévoré ce pavé de près de 500 pages en deux jours.
    L'histoire s'installe si bien que l'on en oublie le mythe de Faust, qui s'efface derrière des personnages bien campés et une ville de New York qui devient le personnage principal du roman.
    Il n'y a pas que cela dans ce livre, on y trouve le marché de l'art, le besoin de reconnaissance de l'artiste, le mythe de Faust -que l'on finit par oublier- , une histoire d'amour, le fantastique, qui devient presque normal avec la narration soignée de McCloud.

    L'auteur prend son temps pour nous dévoiler le (parfois, sale) caractère de David Smith et une galerie de personnages très typés.

    Plus ma lecture progressait, plus je tournais les pages avec frénésie pour connaitre la fin, et quelle fin !!

    Un très bel ouvrage que je relirai sans hésiter.

    Moka Le 18/03/2015 à 14:37:12

    Un compte à rebours narratif orchestré avec brio qui n’échappe pas à quelques longueurs mais qui prend le temps de sculpter avec talent chaque personnage, chaque situation. Le trait noir, délicat et ciselé de McCloud se voit adouci par des nuances bleutées venant jouer sur les reliefs et les jeux de lumière, enrobant de douceur les visages ou les rues de cette ville qui ne dort jamais. Les planches fourmillent de détails et de jolis clins d’œil (De Miyazaki à Antigone et j’en passe…) Enfin, sans être une grande lectrice de comics, j’ai souvent ressenti l’atmosphère de cet univers que je méconnais mais qui semble allégrement s’inviter dans certaines planches, rappelant ainsi que New York est décidément la ville parfaite pour être le théâtre majestueux des folles ambitions artistiques du protagoniste. Super héros d’un art que lui seul maîtrise, il s’approprie la ville pour mieux masquer l’angoisse de l’échéance qu’il redoute. Et cela fonctionne à merveille puisque nous restons suspendu à ce décompte insolent, retenant notre souffle à chaque instant, emportés dans ce tourbillon du temps qui étourdit de manière vertigineuse.

    La chronique complète : https://aumilieudeslivres.wordpress.com/2015/03/18/le-sculpteur-scott-mccloud/