Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sex Criminals 1. Un coup tordu

13/04/2015 9095 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

M att Fraction, scénariste à la renommée établie depuis longtemps, montre une fois de plus qu’il a deux visages. S’il n’est pas le plus fin quand il s’agit de traiter les héros Marvel, il lui arrive d’afficher l’étendue de son talent quand on daigne lui laisser carte blanche. Il l’a démontré récemment avec la nouvelle version de Hawkeye, parodique à souhait et particulièrement réussie. La vie privée, paradoxalement tout à fait ordinaire, du justicier y était traitée avec ce qu’il faut de drôlerie et d’intime.

L’auteur remet le couvert avec Sex Criminals, une série éditée chez Image qui lui permet une liberté de ton plus importante. Il y est question, dans les premiers numéros, d’adolescence et de découverte de la sexualité. Seul élément qui dénote, Suzie et Jon, les deux protagonistes, se découvrent le pouvoir de figer le temps au moment de l’orgasme. Après avoir commis les bêtises qui viendraient en tête à tout le monde, ils voient dans leur capacité une nouvelle opportunité : l’argent facile d’un braquage de banque.

L’ambiance de ce volume tient plus de l’érotisme soft que de la bande dessinée pour adultes, le dessin de Chip Zardsky étant cartoony. Les mimiques et les postures sont exagérées, proches de ce que l’on peut trouver dans les mangas, rendant la lecture dynamique et agréable. L’humour est assez fin et le thème de la sexualité abordé de manière décomplexée, sans pudeur ni vulgarité outrancière. Le ton léger du récit rappelle Don Jon et consorts, le sexe n’étant que le point de départ de l’histoire. Les couleurs sont bien choisies, surtout pour les scènes de suspension de temps qui rappelleront des souvenirs flashy à ceux qui ont lu Butcher Baker.

Il est cependant dommage que l’absurde ne soit pas plus développé, ce tome laissant sur une impression de potentiel qui n’a pas été exploité. La situation initiale ne semble jamais être dépassée, la structure narrative en flashforward cassant la surprise des événements à venir. Matt Fraction réussit toutefois à provoquer de l’empathie pour ses personnages et leurs aventures. Sex Criminals fait sourire à plusieurs reprises pour, au final, passer un bon moment qui éveille la curiosité pour la suite.

Par K. Ropert
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Sex Criminals
1. Un coup tordu

  • Currently 3.56/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (16 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 03/09/2020 à 10:09:24

    Sex criminals n’est pas à confondre avec des crimes de sexe. Non, là c’est plutôt l’acte sexuel qui suspend le temps ce qui permet par exemple de braquer une banque. On peut faire un tas d’autres choses mais non, on est bien dans l’esprit criminel de voler l’argent qui ne nous appartient pas afin de bâtir des projets. Les banques ont bon dos car elles profitent déjà allègrement des clients nous dit-on alors, on peut se servir. Je n’aime pas trop ce constat de base qui relève de la psychologie de comptoir mais passons puisque certains éditorialistes n’ont pas hésité à crier au chef d’œuvre. Prix Eisner 2014 de la meilleure nouvelle série tout de même !

    Visiblement, il n’y aura qu’une seule idée originale autour duquel ce comics est bâti. Mon épouse a lu les premières pages avant moi et a stoppé net en m’indiquant que c’était spécial. J’ai pensé qu’elle exagérait un peu mais ce ne fut malheureusement pas le cas. J’aurais pu également suspendre ma lecture mais je me devais de lire jusqu’à la dernière case. Ma technique est de lire par petit bout chaque jour pour atténuer le calvaire. Voilà où mène la curiosité d'un titre et d'une couverture hautement racoleuse...

    La morale sera tout de même sauve grâce à la police du sexe qui débarque de l’entre-temps pour mettre fin aux agissements de nos deux héros Suzie et Jon. Il n’en reste pas moins de nombreux mystères qui ne seront pas élucidés dans ce premier tome. J’avais envie d’y croire car le graphisme m’est apparu plutôt sympathique. La construction demeure beaucoup trop artificielle.

    La suite se fera sans moi. Je suis réellement désolé. On est allé trop loin dans les supers pouvoirs en l'occurrence la capacité de geler ce qui nous entoure lorsqu'on a un orgasme ou une éjaculation précoce. Jusqu'où iront-ils ?!