Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

J orge ? Personne ne sait d’où il vient. C’est comme s’il voulait ne laisser aucune trace. Javi ? Un garçon sympathique qui ne fait peut-être pas les meilleurs choix…

Papier froissé est la première œuvre de Pep Domingo, alias Nadar, jeune auteur espagnol qui livre ici un pavé de près de quatre cents pages.

Écrit comme une chronique sociale au cœur d'une Espagne en crise, ce one-shot n’est pas seulement une étude du petit peuple qui subsiste comme il peut entre chômage et dépression. Il y a quelque chose de plus humain, de plus introspectif qui ne cède pas aux clichés pour raconter une véritable histoire. Au fil de journées s’écoulant dans une temporalité incertaine, le scénario se construit autour de ses longueurs. Chassés-croisés de personnes qui ne se connaissaient pas, mais qui, finalement, feront partie de la même histoire Papier froissé surprend par sa richesse comme sa simplicité.

Agencé sur trois strips, en des cases parfaitement limitées, sauf lorsqu’il est question de se souvenir ou de rêver, la mise en forme s’avère des plus frustres, sans parler d’une mise en gris qui n’appelle pas à la plus grande gaieté. Pourtant, le récit s’avère prenant au fur à mesure que le lecteur s’immerge dans le volumineux album. Progressivement, l’apparente incohérence du début fait place à quelque chose de plus ordonné qui trouve toute sa cohérence dans un final surprenant.

À n’en pas douter, Nadar signe là un album d’une étrange maturité pour une première œuvre et laisse présager du meilleur. Décidément, la nouvelle génération ibérique réserve bien des surprises !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Papier Froissé

  • Currently 4.11/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 10/05/2021 à 08:00:07

    J'aime bien la bande dessinée espagnole. Elle a le vent en poupe depuis quelques années. c'est une oeuvre d'une très grande maturité intellectuelle. Rien n'est laissé aux hasard dans le destin de ces personnages qui s'entrecroisent. le moindre petit détail anodin parsemé au fil de ce récit aura toute son importance dans la révélation finale.
    C'est une oeuvre très dense. Cela fait très gros pavé avec 400 pages sur un grand format.

    Pour autant, la mise en scène est parfaite et la fluidité entre les scènes est très inventive. On est pris dans l'intrigue pour ne plus la lâcher. Les personnages sont très bien exploités avec une grande crédibilité. Bref, c'est surtout l'histoire d'un homme brisé qui cherche à fuir son passé et à se faire oublier. Cependant, on est toujours rattraper par son passé.

    L'auteur dont c'est la première oeuvre réussit un véritable tour de maître. le talent est indéniable. Bravo ! Comme disait le Figaro, il entre directement dans la cour des grands.