Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sans Pardon

29/12/2014 5840 visiteurs 4.5/10 (4 notes)

L es forces de l'ordre à ses trousses, Buck Carter se réfugie chez les siens. Pas de chance, il n'est pas le bienvenu à Cuver Creek, sa famille ne voulant rien avoir à faire avec ce hors-la-loi. Après une première échauffourée meurtrière avec l'acariâtre Marshall Masterson, il se voit obligé de fuir un peu plus loin, semant désolation et désespoir sur sa piste.

Après le légendaire Comanche (scénarisé par Greg) et On a tué Wild Bill (réalisé en solo), Hermann, aux côtés d'Yves H. cette fois-ci, se replonge dans l'Ouest sauvage avec Sans Pardon. Les grands espaces du Wyoming et une brochette d'affreux à la gâchette facile sont au programme. Le dessinateur se retrouve donc en terrain connu et anime une distribution qu'on espère à son goût. Graphiquement, le résultat est globalement bon, certaines scènes d'extérieures quasi-muettes se révélant même admirables d'efficacité. Seule la physionomie rébarbative et généralisée des personnages (des hommes plutôt petits, épais, voire denses) se fait remarquer. Rien de très grave au final, en tout cas qui n'aurait pu être excusé si le récit avait été prenant ou, a minima, vaguement intéressant.

En effet, l'album est plombé (sans jeu de mot) par un scénario indigne. Pour son histoire, Yves H. s'est affranchi de toute forme de fioriture ou de mise en contexte. Les protagonistes sortent littéralement de nulle part (le Wyoming, c'est grand, à en croire la postface), se courent après pour une raison inconnue et s’entretuent sadiquement : pas de remord, pas de pitié et, surtout, pas d'explication. S'agit-il d'un exercice de style, d'une énième tentative de relecture du genre, ou, tout simplement, de grand-guignol parodique et malsain ? Même avec beaucoup d'indulgence, cet alignement d'épisodes à la violence souvent gratuite laisse dubitatif ! Bien malin qui saura donner un sens à ces pages.

À force de se concentrer uniquement sur les plus sombres ressorts cachés de l'âme humaine, Sans pardon finit par ressembler à une mauvaise caricature remplie de brutalité. À oublier.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
4.5

Informations sur l'album

Sans Pardon

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (50 votes)

  • Hermann
  • Hermann
  • 01/2015 (Parution le 09/01/2015)
  • Le Lombard
  • Signé
  • 978-2-8036-3495-8
  • 54

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 17/11/2020 à 13:29:15

    Pour une fois, je serai indulgent dans ma notation d'une oeuvre signée Hermann. Ce n'est pas la première association avec le scénariste Yves H à savoir son propre fils. Zhong Guo ne m'avait guère enthousiasmé. Pour autant, le récent Station 16 ainsi qu' Une nuit de pleine lune ou encore Manhattan Beach 1957 étaient pas mal.

    Sans pardon est un western dur et très âpre où la violence atteint des sommets presque inégalés. J'ai bien aimé le décors du Wyoming, un état encore sauvage et désertique. Le père semble être une ordure recherchée par un shérif aux méthodes très expéditives. Le fils ne sera guère mieux. Il n'y a que des méchants. Par conséquent, on ne versera pas des larmes.

    Je reconnais que le dessin d'Hermann m'a séduit. Par ailleurs, le scénario est certes sommaire mais c'est efficace. Sans pardon ne fera guère dans la concession. Le western semble encore avoir de beaux jours devant lui.

    ALICECOOPER Le 22/09/2016 à 11:20:12

    Je trouve les commentaires un peu dures. Certains manquerait-ils d'objectivité? C'est possible. Toutefois avec le système de notation je dirai qu'il manque une note entre 2 et 3 étoiles. J'en donne 3 parce qu'on me dit toujours que je suis trop dur dans mes critiques, en tout cas j'essaie toujours d'être objectif. Rien à dire sur le dessin et les couleurs, c'est signé et identifiable. Déjà là c'est la moitié des points donc 2.5. C'était le minimum pour Hermann.

    Sinon oui un peu déçu parce que pas grand chose à lire, donc terminée rapidement malgré ses 54 pages. Certaines répliques sont un peu vives, inadéquates et ne sont pas assez conceptuelles. Il reste beaucoup de zones d'ombres dans les événements qui se déroulent le long de l’œuvre. Ces derniers sont trop rapides, ne sont pas liés, tout est trop subjectif. Une BD un peu négligée. Un scénario construit sans passé et sans avenir. Dommage!

    Erroll Le 07/02/2016 à 22:49:38

    Le dessin est toujours à la hauteur (la couverture est magnifique), le scénario, aux antipodes. Je ne boude pas mon plaisir quand il s'agit de coller aux standards et ça pouvait me convenir: un personnage à la personnalité trouble, recherché par des flics très vilains, un passif familial compliqué, une histoire de vengeance qui se noue ... Mais des répliques dignes de nanards cultes viennent déjà ternir le tableau: "En attendant, joue ton rôle d'épouse et va me chercher ma bouteille de whisky" / "Nous sommes quittes à présent" lorsque sa femme est abattue... C'est dommage de se permettre ce genre de poncifs éculés quand on a Hermann au dessin et à la couleur (même si c'est son paternel) ... Ok, on a compris que le type était pas très fréquentable, pas la peine de nous le brosser à la tronçonneuse ... Puis après, on sombre dans une intrigue pseudo lyrique, pseudo gore qui ne parvient pas à me convaincre. Ça ne choque pas (quand bien même ça voudrait ! scène grotesque du viol), ça n'émeut pas (ce lien de paternité est un fil conducteur bancal), ça ne fonctionne pas. À mon sens, c'est beaucoup trop court comparé aux objectifs que s'est fixé Yves H avec son scénario. Tout est dans le non-dit, la suggestion ... C'est bien gentil, mais ça ne fait pas un scénario, ça laisse juste un goût amer persistant, et une conclusion sans saveur. Bref, très déçu ...

    Rastein Le 12/12/2015 à 00:55:54

    Un western sombre d'Hermann avec des planches vraiment superbes. Un scénario moyen d'Yves H, on ne sait pas grand chose du passé de Buck Carter, personnage "principal" du récit (son cheminement, son parcours de meurtrier et voleur est survolé et j'aurai aimé quelques cases "flashbacks" supplémentaires ou plus d'explications pour mieux comprendre sa personnalité, sa VIE, ce qui l'a rendu si âpre et presque indifférent). Avec un scénario plus "détaillé", l'histoire aurait marqué davantage.

    thierryq Le 06/04/2015 à 17:59:12

    Un dessin toujours de qualité, mais un scenario d'une pauvreté ..... la prochaine fois que je verrai le nom d'Hermann fils je fuerai.

    denisdenis Le 03/04/2015 à 08:17:49

    Dessin magistral, scénario sans queue ni tête.
    Yves H. a t-il déjà fourgué un scénar à quelqu'un d'autre que son papounet ?

    nonodu18 Le 17/03/2015 à 19:59:47

    Hermann reste fidèle à ses couleurs directes mais cette fois, les couleurs sont plus claires et rendent hommage à son immense talent graphique ! L'histoire par contre est sans morale et on ne sait plus de quel côté se ranger ! J'étais plutôt du côté du Marshall Matherson que de celui des Carter ( père ou fils ) mais Hermann fils en décide autrement ! Enfin, qu'importe puisque que l'on achète l'album pour les talents de papa Hermann ! J'ai rien contre Yves H, loin de là!!! je trouve même que ses scénarios ont évolués et, sur cet album, aussi rude soit-il, la narration est plaisante !

    Jean Michel ORIOL Le 05/03/2015 à 11:46:36

    J'ai aimé cette narration toute en distances avec le dessin efficace de Hermann père
    Je crois que la position géographique n'est qu'un prétexte et que l'aridité des paysages est à l'unisson à l'aridité des sentiments

    toon's Le 17/02/2015 à 14:16:40

    "Sans pardon" est sans grand intérêt !
    Pour ceux qui ont découvert le Wyoming dans Comanche, tout en relief, vallonné, vert avec des forêts et des rivières, ils vont cette fois-ci, avec "Sans pardon", pénétrer dans un Wyoming aride, sec, poussiéreux et plat, comme le scénario !
    Si papa H. nous promène dans cette partie sud de l'Etat avec le talent de dessinateur qu'on lui connaît, Yves H. qui nous a habitué à mieux, nous délivre sans vergogne, un récit sans tenant ni aboutissant et sans même un pardon à la fin !
    Un album de 54 pages qui se lit ou plutôt se regarde très vite puisqu'il y a très peu de dialogues et que de toute façon le dessin se suffit à lui même !

    kingtoof Le 14/01/2015 à 18:09:41

    J'ai apprécié ce Western d'Hermann père et fils.
    Bonne histoire de hors-la-loi : Buck Carter est un sacré tueur.