Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Mon lapin 9. Mon lapin

02/12/2014 4878 visiteurs 7.0/10 (1 note)

A u tour de David B. de prendre les rênes de la revue Mon lapin de L’Association. Le principe de base est cette fois un peu contourné : au lieu d’un recueil d’histoires et d’une pléthore d’auteurs invités, c’est un récit à quatre mains avec Andrea Bruno que le créateur des Incidents de la nuit propose. Il y a d’ailleurs un titre à cette aventure, comme si elle aurait pu prendre place dans une collection de l’éditeur : L’ange de Beckett.

Le dramaturge de l’absurde, qui avait marqué les esprits avec En attendant Godot, est le personnage au cœur de tout, c’est-à-dire d’une agression au couteau et d’une enquête menée par la brigade littéraire constituée pour faire la lumière sur des attentats à répétition visant des écrivains. La patte de David B. saute aux yeux, rappelant entre autres des albums tels que La lecture des ruines et Le capitaine écarlate. On retrouve ici les ingrédients qui en faisaient le sel, mélange de loufoquerie et de réalisme où l’imaginaire est ancré dans le réel et accepté d’emblée par le lecteur. Il y a aussi dans cette nouvelle dessinée un goût prononcé pour le roman noir, pour les faits divers, pour ces ambiances oppressantes et fantasmagoriques qu’il se plaît à installer. Dans ce cas-ci, il est parfaitement épaulé par Andrea Bruno : leurs styles, pourtant dissemblables, se côtoient de façon harmonieuse avant de se chevaucher allègrement, contribuant à semer le trouble. Au final, on se gardera bien de trancher entre ce qui est véridique et ce qui ne l’est pas.

Le seul regret, à l’issue de ces trente-deux pages passionnantes, est peut-être qu’un deuxième service ne serait pas de trop. Avec cet hommage à Samuel Beckett, David B. a jeté les bases d’un univers qui ne demande qu’à être approfondi.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Mon lapin
9. Mon lapin

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.