Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les ogres-Dieux 1. Petit

27/11/2014 29736 visiteurs 8.1/10 (7 notes)

R égnant sur une cour en proie à la décadence, la race des ogres-dieux est vouée à s'éteindre. À chaque génération, les unions consanguines génèrent des individus de plus en plus petits et stupides. Lors d'un festin, la reine accouche d'un fils aussi minuscule que le bétail humain dont elle festoie. Au lieu de l'avaler comme il sied, elle décide de le confier à la tante Desdée, dernier vestige d'une lignée encore intacte, recluse pour son refus de consommer la chair des hommes. Elle viole ainsi la loi, non par amour maternel, mais parce qu'elle espère que Petit sera le prochain Fondateur, qu'il sauve l'espèce en s'unissant à des servantes pour faire naître à nouveau des géants délivrés de toute tare génétique.

Un seul mot ou une onomatopée plutôt: Whaaaaaaaaah. La couverture n'est qu'un avant-goût de la merveille graphique qui s'épanouit sur cent cinquante pages. Un noir et blanc sublime, riche en détails, en expressivité, en jeux architecturaux qui rappellent MC Escher ou Gustave Doré. Un dessin à l'encre qui compose l'ambiance d'un sombre seizième siècle, époque sanglante et gothique où sévit la Mère l'Oye, un Crépuscule des dieux qui meurt dans la violence, la crasse et la dégénérescence. Chaque chapitre est séparé par une brève histoire écrite des aïeux, laquelle apporte un éclairage nostalgique au récit et creuse l'abysse entre le moment présent et le passé glorieux des rois-ogres. Cette fable est voltairienne jusque dans son final, amer et inattendu, qui apporte une ultime leçon philosophique très moderne (au sens historique du terme).

Il est facile de s'attacher aux trois personnages clés et symboliques : Desdée, qui représente la sagesse, seul repaire de paix et d'intelligence dans un palais en proie aux brutes ; la reine, femme meurtrie dans son rôle de génitrice ratée, qui cherche à tout prix à restaurer ses ambitions perdues à travers son enfant ; et Petit, véritable Candide, balloté entre les injonctions de Desdée et la frustration de sa mère, qui peine à se faire sa place dans un monde qui ne veut pas de lui. Une représentation classique des trois âges, des contradictions qui s'affrontent sur le chemin de la vie, une parabole du destin : c'est bien le lot de chacun de lutter pour s'extraire des projections parentales et des rôles prédéfinis afin de trouver sa propre voie. Hélas, les contes sont souvent le reflet de la vie : injustes et cruels.

Par M. Leroy
Moyenne des chroniqueurs
8.1

Informations sur l'album

Les ogres-Dieux
1. Petit

  • Currently 4.54/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (96 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Yovo Le 24/02/2017 à 14:04:02

    Etrange ouvrage que « Les ogres-dieux »…
    Le travail graphique de Gatignol y est saisissant : la gestion de la lumière, la qualité du noir et blanc, la précision des décors et des perspectives etc… C’est très beau.
    Les personnages, eux, sont déjà beaucoup plus banals. Il n’y a qu’Émione qui dénote, son visage et ses expressions étant particulièrement réussis.

    Mais pour le scenario, je suis encore plus circonspect. Outre l’idée maîtresse - à savoir la cohabitation d’humains asservis et d’ogres gigantesques - il n’y a quasiment rien… ou alors je suis passé à côté !
    Pour être franc, j’ai été parfaitement insensible à ces ogres. « Petit », héros sans caractère défini, m’a semblé inconsistant, et toute cette clique décadente, orgiaque et malveillante ne peut susciter aucune empathie chez le lecteur. Par conséquent, l’enjeu de sauver l’espèce, principal ressort narratif, n’a plus aucun intérêt. Je n’ai pas trouvé où que ce soit dans l’écriture un début de réflexion ou d’émotion.

    ALICECOOPER Le 28/12/2015 à 16:13:56

    J'espère qu'il y aura une suite, parce que là aussi, les auteurs ont investis sur un format magnifique avec des dorures, des couleurs simples et pourtant flamboyantes. Les dessins sont gothiques, magnifiques. Les scènes sont dures et cruelles. L'ambiance est noire et oppressante. L'histoire devra être suivie et sera certainement un challenge pour ses auteurs. Les rétrospectives à l'introduction des chapitres sont superbement rédigées. Indispensable.

    Hugui Le 06/11/2015 à 22:42:48

    Certe le dessin est virtuose, certe l'histoire est ambitieuse, mais j'ai du mal à ressentir de l'empathie pour des ogres racontés sans aucun humour, qui ne sont ni vraiment sympathiques ni très beau. Bref j'ai lu jusqu'au bout parce que c'est quand même très bien fait, notamment les petits récits historiques, mais je n'ai ni le courage ni l'envie de le relire pour en comprendre toutes les subtilités.
    Un travail de virtuose un peu trop froid pour moi.

    sulli Le 12/03/2015 à 11:53:54

    Un conte généalogique et gigantesque|

    On suit donc l’enfance de ce petit géant tiraillé entre les valeurs d’humanisme inculquées par sa tante et son instinct naturel de mangeur d’hommes. Chapitre par chapitre, on apprend l’histoire de ses aïeux qui ont construit le royaume et sa légende.

    Voilà un conte aux codes résolument gothiques. Une architecture démesurée, une décoration chargée et un noir puissant qui, associé à un trait délicat, offre paradoxalement un dessin lumineux. L’ambiance dans cette BD est à la décadence, à la crasse et à la férocité. Totalement captivant.

    « Petit » est le premier tome d’une légende flamboyante.
    https://bdsulli.wordpress.com/

    Bobypower Le 12/02/2015 à 04:59:08

    Tout simplement magnifique et quel bon scénario ! J'ai lu les 160 pages d'un coup. J'ai hâte au prochain tome d’Hubert, que va-t-il nous inventer encore ?!?

    Mr Vertigo Le 28/11/2014 à 16:10:55

    Hubert et Gatignol , à l'instar de Vivès, Balak et Sanlaville pour Last Man, réinventent tout simplement la BD. Splendide!