Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Max Winson 2. L'échange

17/11/2014 4395 visiteurs 7.8/10 (4 notes)

M ax Winson a pris conscience du fait qu’il ne vit pas dans une bulle et que ses actes ont des conséquences. Il existe un univers dont il ignore tout. Il décide ainsi de prendre sa vie en main, jurant que l’on ne choisira plus à sa place. Mais, encombré d’une notoriété et d’une aura de star pesantes, comment trouver sa voie ?

Jérémie Moreau, remarqué pour sa prestation graphique sur Le singe de Hartlepool, poursuit sa fable tragi-comique sur les travers du sport business et, plus largement, ceux de nos sociétés dites développées. Car, par le vecteur du sport, ce sont bien nos comportements et celui des médias qui sont interrogés. Si des industriels et financiers avides proposent des spectacles dépourvus de sens, où seule la performance brute est recherchée, capables d’ériger au rang d’exemples des êtres qui ne font rien, c’est bien avec le consentement passif du public.

Le jeune virtuose de la petite balle jaune va chercher à échapper à ce grand cirque pour enfin construire sa vie. Cette quête, qui s’apparente à celle du passage à l’âge adulte, est à nouveau une merveille d’émotion et de finesse. Le monde dans lequel Max évolue, reflet du notre, est tout aussi trépidant et absurde. L’auteur sait rendre compte de cette folie comme de la sérénité naissante de son héros. Le rythme s’apaise, les émotions naissent dans les regards et les sourires. La tendresse, la naïveté ou la tristesse s’invitent dans une existence qui en était jusqu’alors dépourvue. Max est un enfant qui s’ouvre au monde, qui découvre toute la richesse des relations humaines, mais également leur complexité et les drames et les déceptions qui sont aussi leur lot commun.

La lecture est exigeante, car Jérémie Moreau ne livre pas ouvertement les clés de son récit. Il faut se laisser porter, s’imprégner de toutes ces sensations pour comprendre le cheminement de son personnage. Cette invitation repose sur un dessin qui est un parfait miroir de tous ces sentiments : il est vibrant de vie. Le choix du noir et blanc, de prime abord austère, se révèle judicieux tant le dessinateur, en variant les niveaux de gris, parvient à faire naître la lumière. De même, l’aspect épuré permet de se concentrer sur le ressenti.

Jérémy Moreau, pour sa deuxième œuvre (sa première au scénario), n’a pas choisi la facilité. Le résultat est probant, car il livre là un diptyque audacieux et enchanteur.

La chronique du tome 1

Par O. Vrignon
Moyenne des chroniqueurs
7.8

Informations sur l'album

Max Winson
2. L'échange

  • Currently 4.71/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.7/5 (14 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Wonderphil Le 04/11/2016 à 02:26:44

    Superbe satire du monde sportif, poussée à son extrême limite. Jeremie Moreau est pour la première fois seul aux commandes. Ca vaut réellement le détour !