Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D ans un Zeppelin sinistré, un équipage d’infortune dérive au gré d’une Terre qui a repris le contrôle d’elle-même. Témoins involontaires de l’avènement d’une ère nouvelle, Anders Mikkeli, Esther Roblès, Louissa & et Zibbar convergent vers un mystérieux point de rendez-vous, sur ce qui, hier encore, était les côtes de la Sicile.

Eau, Terre, Air. Après Animal’z et Julia & Roem, La couleur de l’air clôt la trilogie du Coup de sang.

Ce dernier album, au final surprenant, prend l’apparence d’une allégorie écologique des plus optimistes sur la bienveillance de notre planète-mère envers un genre humain qui ne l’a guère épargnée. Une interrogation subsiste cependant : pourquoi la Terre, dès lors qu’elle posséderait la faculté de se défaire de son plus turbulent locataire, l’épargnerait-elle, et lui offrirait une autre chance ? Afin que les mêmes causes ne produisent encore les mêmes effets, la question posée trouve une réponse pour le moins radicale. La Nature, dans une restructuration quasi-organique, en même temps qu’elle dissout - en ses tréfonds - les vestiges de la noirceur de l’âme humaine, en profite pour reformater l’esprit de ceux et celles qu’elle décide de sauver du néant. Dans la grande réorganisation qui s’opère, les codes et comportements d’antan auront été oubliés et l’Humanité évoluera alors dans une virginité retrouvée, en symbiose avec un monde débarrassée de ses vieux oripeaux. Bilal, en démiurge du 9ème Art, réinvente le Paradis ainsi que le mythe du bon sauvage si cher à Rousseau et, au passage, retire tout libre arbitre à l’Homme !

Adhère qui veut à cette nouvelle conscience planétaire qui viendrait de la Terre et non de ses habitants, mais aussi à ce scénario aux allures de road-movie difficile, parfois, à appréhender. Quoi qu’il en soit, le graphisme d’Enki Bilal demeure toujours aussi envoûtant. Structurées par des monochromes aux crayons gras ou aux pastels sur des tons gris-bleuté ou gris, les pages s’illuminent progressivement vers une explosion de couleurs et de lumière à l’acrylique : métaphore visuelle de la renaissance, de l’aube d’un nouveau jour. Enki Bilal développe une approche graphique qui le fait passer par un assemblage de différentes cases «tableau », ce qui lui permet de libérer son geste et de s’affranchir des limites physiques de la case afin d’explorer les voies de l’ampleur et de la recomposition. Dès lors, les planches ne sont plus une matrice dans laquelle s’insérer mais un collage dont l’agencement optimum peut être itéré à l’infini. Superbe !

La couleur de l’air achève une fable qui vaut surtout par la puissance de son dessin, duquel émane un magnétisme indéniable et qui explique, certainement, la cote de l’artiste au sein des officines de vente aux enchères. Reste que le propos et ce qu’il sous-tend s’avèrent encore trop hermétiques pour permettre au plus grand nombre d’apprécier les nouveaux mondes bilaliens.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

La couleur de l'air

  • Currently 3.46/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (24 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    gregfox Le 24/12/2015 à 14:27:27

    Depuis la trilogie Nikopol, on a l'impression de relire un peu la même chose avec Bilal mais on espère toujours avoir la bonne surprise. Et ce n'est pas avec ce 3ème tome de sa série "Coup de sang" qu'elle pointe son nez.
    Bilal dessine toujours les mêmes personnages, on arrive parfois à les confondre. Ces dessins sont identiques d'un album à l'autre, il ne suffit pas de donner une teinte particulière à chaque album (gris pour Animal'z, ocre pour Julia & Roem, bleu pour celui-ci) pour feindre de se renouveler.
    Côté scénario, les bonnes idées se font assez rares et noyées au milieu de celles trop loufoques.
    Le problème de Bilal est qu'il n'arrive jamais à faire de ces bonnes idées une histoire qui se tient.
    Au final, si vous aviez des doutes sur cet auteur, c'est peut-être la série qui vous en fera définitivement raccrocher.

    gregfox Le 24/12/2015 à 14:27:26

    Depuis la trilogie Nikopol, on a l'impression de relire un peu la même chose avec Bilal mais on espère toujours avoir la bonne surprise. Et ce n'est pas avec ce 3ème tome de sa série "Coup de sang" qu'elle pointe son nez.
    Bilal dessine toujours les mêmes personnages, on arrive parfois à les confondre. Ces dessins sont identiques d'un album à l'autre, il ne suffit pas de donner une teinte particulière à chaque album (gris pour Animal'z, ocre pour Julia & Roem, bleu pour celui-ci) pour feindre de se renouveler.
    Côté scénario, les bonnes idées se font assez rares et noyées au milieu de celles trop loufoques.
    Le problème de Bilal est qu'il n'arrive jamais à faire de ces bonnes idées une histoire qui se tient.
    Au final, si vous aviez des doutes sur cet auteur, c'est peut-être la série qui vous en fera définitivement raccrocher.

    gregfox Le 24/12/2015 à 14:27:26

    Depuis la trilogie Nikopol, on a l'impression de relire un peu la même chose avec Bilal mais on espère toujours avoir la bonne surprise. Et ce n'est pas avec ce 3ème tome de sa série "Coup de sang" qu'elle pointe son nez.
    Bilal dessine toujours les mêmes personnages, on arrive parfois à les confondre. Ces dessins sont identiques d'un album à l'autre, il ne suffit pas de donner une teinte particulière à chaque album (gris pour Animal'z, ocre pour Julia & Roem, bleu pour celui-ci) pour feindre de se renouveler.
    Côté scénario, les bonnes idées se font assez rares et noyées au milieu de celles trop loufoques.
    Le problème de Bilal est qu'il n'arrive jamais à faire de ces bonnes idées une histoire qui se tient.
    Au final, si vous aviez des doutes sur cet auteur, c'est peut-être la série qui vous en fera définitivement raccrocher.

    Bandamoebius Le 13/11/2014 à 09:41:58

    Une conclusion limpide pour une trilogie forte. Jamais Bilal n'avait été aussi simple et épuré, dans le fond comme dans la forme, depuis la trilogie Nikopol. Dessin bilalien, donc exceptionnel, et usage parfait de la couleur en fin d'album!

    bd91130 Le 01/11/2014 à 12:39:35

    Bilal... Toujours le même phénomène. C'est magnifique, en tout cas subjuguant ou fascinant côté dessin. On aime ou on n'aime pas. On lit et puis on est perplexe. Ai-je bien tout compris? C'est superbe ou c'est très chiant? Alors on relit. On savoure. Et la réponse est là, oui, encore une fois c'est superbe !