Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les sentinelles (Breccia/Dorison) 4. Chapitre quatrième : Avril 1915 Les Dardanelles

30/10/2014 5724 visiteurs 6.0/10 (1 note)

A vril 1915, les troupes alliées s’apprêtent à débarquer sur la plage de Sari Tépé pour une offensive qui devrait balayer l’armée turque et mettre fin à la guerre ! Mais l’Histoire en a décidé autrement.

Si le super-héros est une figure incontournable de la bande dessinée, le mythe n’est plus le monolithe d’hier. Depuis quelques années, entre "le brave malgré lui" et les productions américaines de Marvel & Co, fleurit une nouvelle race de demi-dieux, dont Les sentinelles de Xavier Dorison seraient presque l’archétype. Ce terme est un bien grand mot et doit s’entendre dans son acceptation sociale, puisque ni Féraud, Clermont, et encore moins Djibouti, ne sont des types idéaux, et c'est ce qui fait leur particularité. À l’inverse de nombre de leurs confrères conçus outre-Atlantique, les surhommes français pensent et… doutent.

Les sentinelles permet d’appréhender le statut de sauveur de l'Humanité d’une manière pour le moins inhabituelle. Ainsi le lieutenant Féraud, précurseur en garance de Robocop, a des états d’âmes, des problèmes avec la hiérarchie, l’alcool et les femmes. Sans parler quelques troubles dépressifs qui feraient le bonheur de plus d’un psychanalyste. Pour couronner le tout, il doit battre en retraite devant un nouvel ennemi et se contenter de gérer la débâcle alliée de janvier 1916. En fait, Féraud a tout de l’anti-super-héro !

Cette approche pour le moins déstabilisante pour les amateurs de manichéisme bleu et rouge se trouve renforcée par le trait d’Enrique Breccia. Le dessinateur argentin continue à faire vaciller les certitudes en développant un graphisme anguleux, à la limite du torturé, voire du caricatural. Ses personnages à la fois tendres, pathétiques, burlesques, ou dérisoires remettent l’individu au centre d’une tragédie qui a pour arrière-plan une guerre où les désirs de désertion l’emportent sur les rêves de victoire.

Loin des comics made in USA d'antan, Les sentinelles propose une autre façon de voir le super-héros, plus introspective, plus intellectualisée, sans pour autant en oublier le côté spectaculaire, inhérent à la condition de sauveurs de la veuve et de l’orphelin.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les sentinelles (Breccia/Dorison)
4. Chapitre quatrième : Avril 1915 Les Dardanelles

  • Currently 3.72/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (39 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Split49 Le 31/10/2014 à 18:08:05

    Un tome un peu bizarre, et des scènes un peu "capillotractées".
    Je préssentais depuis la lecture du tome 3 que le scénario prenait un petit coup de mou et le tome 4 vient confirmer.
    Très peu d'intrigue, on attend a ce qu'il arrive quelquechose avec Djibouti ou le Pégase et on reste sur notre faim.
    Attention la couverture ne reflète pas du tout le contenu.
    Trop d'anglais qui n'apporte rien au scénario ou à l'action
    Très déçu dans l'ensemble je pense arrêter là la série.
    Erreur ou c'est moi page 7 case 5 et 6 Djibouti pète un le petit doigt de la main droite et après c'est celui de la gauche que l'on voit casser ?

    davoustmassena Le 29/10/2014 à 20:33:40

    On apprend un peu l’histoire de la guerre en Turquie en avril 1915 (les Dardanelles), un fait que je ne connaissais pas. Je suis un peu déçu par rapport aux trois premiers tomes car ici, on a du mal à comprendre certaines situations, pour moi, il y a des soucis de découpage. J’ai été un peu surpris du comment nous a été amené l’arrivée des prisonniers Arméniens, j’ai trouvé qu’ils sortaient un peu de nulle part. Certaines phases de combats sont un peu faciles, un peu énormes par rapport aux autres tomes et pas toujours simples à discerner. Je ne sais pas, je suis mitigé pour celui-ci, alors que je suis un grand fan de cette série. Je pense qu’ils ont voulu trop en faire et bien faire mais au lieu de ça ils ont compliqué les choses. Sympa mais pas sans défaut.