Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sukkwan Island

27/10/2014 6012 visiteurs 7.0/10 (3 notes)

U n père divorcé, perdu, en prise avec de nombreux démons qui le rongent de l’intérieur, décide d’emmener son fils sur une île déserte et difficilement accessible pour y passer un an. L’occasion rêvée, semble-t-il, pour resserrer des liens et apprendre à se connaître vraiment, après tant d’opportunités manquées. Les conditions de vie spartiates vont-elles les pousser à s’épauler mutuellement ou, au contraire, mettre au jour une insurmontable incompatibilité ?

Adaptant un roman de David Vann, Ugo Bienvenu, réalisateur, livre ici sa première bande dessinée. Il est d’emblée évident que l’auteur a une grande expérience du dessin, tant le trait est maîtrisé. C’est d’ailleurs là que réside l’atout premier d’un album qui n’hésite pas à se montrer austère, à l’image d’un environnement naturel fait de violence et d’une beauté des plus froides. Les paysages arides, rendus plus sauvages encore par l’arrivée des premières grosses neiges, sont pour le moins fascinants et, par leur dénuement, imposent aux personnages de se regarder en face. La mise en scène, d’une extrême lenteur, permet aux émotions d’affleurer progressivement et à la tension de s’installer, rendant l’issue imprévisible. La relation qui unit le père et son fils est, dès le départ, particulière, faite de non-dits et de ressentiments en même temps que d’une véritable envie de se confier, de s’apprivoiser. Il est aussi beaucoup question de se voiler la face, d’attendre l’obscurité pour se livrer avant de se remettre à jouer un rôle en pleine lumière. Cette dualité fait par moments douter de tout, tant il est perceptible qu’un tel équilibre est précaire.

Intrigant, racé, dérangeant… autant d’adjectifs qui pourraient s’accoler à cet ouvrage qui possède une vraie identité. Réussite graphique et narrative, Sukkwan Island permet à un jeune artiste de se révéler.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Sukkwan Island

  • Currently 4.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 05/09/2020 à 19:54:39

    C'est un drame plutôt triste et morbide mais joliment mise en image et dans un cadre paysager plutôt inédit. Le récit se base sur un père divorcé qui reçoit son fils en vacances et qui ne trouve rien de mieux que de s'exiler pendant plusieurs mois voire une année sur une île déserte de l'Alaska. C'est clair qu'il y a sans doute mieux comme vacances si on devait choisir une île américaine. Je dirai Hawaï au hasard.

    Le récit est assez linéaire. La lecture est agréable et plutôt rapide malgré le grand nombre de pages. Mais encore une fois, il faut supporter ce type d'histoire qu'on n'a pas envie forcément de connaître. A ne surtout pas mettre entre les mains d'une famille séparée avec garde d'enfant.

    Moka Le 05/03/2015 à 22:44:00

    Les adaptations littéraires fleurissent dans le monde du 9e Art et autant dire que c’est toujours avec un peu d’appréhension que je les lis, et d’autant plus lorsque j’ai terriblement aimé le livre. La préface signée Fabrice Collin, absolument juste et belle, rappelle combien ce récit ne peut laisser indifférent. Le scénario, particulièrement fidèle au roman reprend avec justesse les temps forts d’une narration à couper le souffle. La sobriété du trait d’Ugo Bienvenu impose des images féroces qu’on ose à peine imaginer au fil de la lecture. Nul besoin de couleurs, les noirs et blancs fixent ce décor de froid et de silence. La nature, d’une beauté terrifiante, quitte son manteau rassurant pour devenir un théâtre à la noirceur innommable. Ajoutez à cela un jeu de clair-obscur délicat et saisissant qui rend compte de toute la grandeur cinglante de l’œuvre de David Vann. Enfin, comment ne pas songer, au fil des pages, à Jon Krakauer, Jack London et tous ceux qui ont pris la plume pour décrire la majesté de cette nature dont ne ne ressort jamais vraiment indemne.

    La chronique complète: https://aumilieudeslivres.wordpress.com/2015/03/03/sukkwan-island-david-vann-ugo-bienvenu/