Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La légende du Lama Blanc 1. La roue du temps

16/10/2014 6306 visiteurs 6.0/10 (1 note)

L e Tibet est envahi par la Chine sous prétexte d’un complot de mystérieux agents étrangers. Assoiffés de pillages, de viols et de massacres, les soldats de Mao Tsé-Toung détruisent tous les monastères. Pour Tzu, Dondup, Topden et Tsöndu, il s’agit de retrouver Gabriel Marpa, car lui seul peut sauver le pays. Le chat Linfa, fidèle serviteur du grand maître, va leur servir de guide.

Revoilà le Lama blanc ! À la surprise quasi générale, voici le retour d’une série phare de la fin des années quatre-vingt et, contrairement à la tendance actuelle, il ne s’agit pas d’une reprise. Ce sont les auteurs d’origine qui sont aux manettes : Alexandro Jodorowsky et Georges Bess. Le moins que l’on puisse dire est que l’on n’a pas le sentiment que la fin de l’aventure précédente soit sortie il y a vingt et un ans. Très vite, une ambiance mystico-fantastique s’installe, renouant avec l’originalité et l’étrangeté de ce qui devient désormais le premier cycle. Toutefois, même si l’expérimenté scénariste sait rendre vivant son récit, ce tome est clairement introductif. Il pose le contexte, réalise le casting et dévoile que l’enjeu dépasse bien largement une lutte contre l’envahisseur chinois, sans en dévoiler plus bien entendu.

Les planches de Georges Bess ne sont certainement pas pour rien dans cette sensation de familiarité immédiate. Le trait est clair et précis et tout son travail est tourné vers le dynamisme et la création des ambiances. Cela est perceptible à travers la variété du cadrage et du découpage, l’expressivité des personnages et l’utilisation des couleurs. Ces dernières, souvent au mépris du réalisme, font l’objet de beaucoup de nuances et de variétés, transposant au mieux les émotions. Malgré tous ces choix tranchés et peut-être pas toujours faciles à appréhender, l’ensemble est très harmonieux. Le talent et le pouvoir de séduction du vieux dessinateur semblent intacts.

Même si ces retrouvailles sont bien sympathiques et alléchantes, il faudra en connaître plus pour en juger le bien-fondé.

Par O. Vrignon
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

La légende du Lama Blanc
1. La roue du temps

  • Currently 3.60/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Gregus Le 01/12/2014 à 16:31:30

    Ce nouveau cycle est un pur enchantement!

    Qu'il est bon de retrouver le Tibet et les personnages de la série après toutes ces années!
    La sortie de ce nouvel opus m'a donné l'occasion de relire le premier cycle... Et d'enchainer sur les nouvelles aventures...
    Quel plaisir!
    L'histoire est d'une force incroyable, évidemment Jodorowsky nous élève dans des sphères fantastiques mais sans pour autant oublier les réalités de ce monde, loin s'en faut!
    Le fascisme destructeur chinois n'est pas éludé et c'est un des points forts du scénario.
    Graphiquement, c'est du grand art!
    L'histoire est portée par un Georges Bess toujours meilleur (mais comment fait-il?), encore plus fort qu'il y a 20 ans!
    Il réussit encore une fois à nous épater!!
    Les personnages sont ultra-expressifs, les couleurs puissantes et les décors tout simplement sublimes.
    Le trait est magistral: fort et délicat.
    La "magic touch" du maître nous propulse à des sommets qu'on ne veut plus quitter: vivement le prochain!!