Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D ans les années 30 à la Nouvelle-Orléans, le jeune afro-américain Doug Wiston, véritable force de la nature, est employé dans une scierie. Exploité pour sa force herculéenne, il finit renvoyé pour avoir osé défendre son père, passé à tabac par Sanders, le patron de l’établissement et membre du Ku Klux Klan. Prêt à tout pour venger l’honneur de son paternel, Doug se morfond dans un état de révolte et découvre la haine. Sur les conseils avisés d’un vieux musicien, il va finalement mettre à profit sa formidable constitution et devenir boxeur. Pour se venger, il utilisera les coups mais à travers la voie noble du sport.

Dans Plus fort que la haine, Pascal Bresson propose un récit sombre avec pour cadre la ségrégation raciale. En se documentant plusieurs années sur cette période, le scénariste s’est pleinement imprégné de son sujet et parvient à faire ressentir la violence intense régnant dans cette Amérique profonde. Il offre également un éclairage précis et intéressant sur les conditions de vie très rudes des travailleurs noirs de l’époque, traités comme de véritables esclaves. Quelques bémols, cependant : si le découpage est convaincant, le scénario pris dans son ensemble est convenu et assez naïf. En outre, certains dialogues sonnent un peu creux et le final à peine esquissé laisse un goût de trop peu.

Ces défauts peuvent toutefois être mis entre parenthèses grâce à la qualité du dessin de René Follet, qui démontre à 83 ans qu’il est toujours au sommet de son art. Les ambiances glauques et pesantes des bayous de La Louisiane sont parfaitement rendues par la force de son trait et la justesse de ses cadrages, qui font également merveille dans le rendu des combats de boxe.

Au final : un one-shot un peu trop court mais de bonne facture qu'il convient d'apprécier avant tout pour le plaisir des yeux.

Par Q. Joris
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Plus fort que la haine

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 04/09/2020 à 17:11:28

    Qu’est-ce qui est plus fort que la haine du blanc ? L’amour du noir ? Dans une Amérique ségrégationniste et raciste, on pourrait le penser. Les faits pourraient apparaître tellement caricaturaux : le pauvre noir face à l’arrogance du riche WASP. Pourtant, cela correspondait à une certaine réalité qui a poussé les noirs à s’émanciper grâce au mouvement révolutionnaire des Black Panthers ou encore au militant non violent Martin Luther King. Les actions du KKK étaient intolérables d’autant que les membres de la police fermaient les yeux sur ces exactions.

    Les dialogues entre le père et le fils sonnent faux au début. Il s’agit pour l’auteur d’expliquer la condition misérable des gens de couleurs. Par la suite, on ne comprend pas très bien les revirements incessants du père en faveur d’un fils révolté contre ce système et qui doit choisir entre la vie et la violence.

    La boxe sera perçue comme une sorte de solution pour régler les comptes de manière presque pacifique. Les coups de poing légaux sont préférés aux bastonnades. Elle n’apparaîtra qu’au milieu de l’album avec une fin assez vite expédiée. Le scénario ne fait que reprendre les poncifs du genre sans aucune originalité.

    Même si le message de paix me plaît beaucoup ainsi que les valeurs véhiculées, il faut reconnaître une certaine naïveté qui nuit aux propos de cette œuvre tellement généreuse. Les droits civiques ont évolué au point d’aboutir à l’élection de Barack Obama : tout un symbole !

    Au final, c’est quand même un bel album dessiné en noir et blanc. Chapeau au dessinateur René Follet âgé de 83 ans, comme quoi !

    judoc Le 16/05/2020 à 09:59:36

    Un crayonné d'un raffinement rare qui donne du poids et dénonce avec justesse les souffrances engendrées par cette ségrégation d'entre deux guerres.

    Comme le dénommé "Kaze" par contre, je trouve que la simplification extrême du scénario, des dialogues et la précipitation des évènements rompent rapidement le charme et le ressenti qui aurait dû opérer avec un sujet aussi poignant et un dessin si soigné.

    Le format (48 pages) était probablement bien trop court pour développer une histoire pareille...

    kaze` Le 08/11/2015 à 13:58:47

    Tout d’abord, cet album met mal à l’aise tant le scénario est outrageusement simpliste : tout est parfaitement convenu, stéréotypé, chaque situation est poussée jusqu’à la caricature. On pourrait excuser le coté manichéen (difficile de ne pas l’être sur un tel sujet) si la narration était plus naturelle et si les dialogues ne sonnaient pas si faux, au point de donner parfois l’impression d’avoir été écrits par un collégien.

    Le dessin relève le niveau : l’ambiance graphique est captivante, on se plonge dans l’ambiance du Bayou. Malheureusement, la magie est vite rompue dès qu’une scène de boxe apparaît : les mouvements sont incongrus, les attitudes grotesques, et la narration des combats confine au ridicule. À l’évidence, ni l’auteur ni le dessinateur ne se sont jamais intéressés au noble art — à coté de cet opus, la série des Rocky passe pour un documentaire.

    C’est dommage, car sur un tel thème et avec un tel coup de crayon on pouvait s’attendre à un album exceptionnel. Si « la case de l’oncle Tom » est votre madeleine de Proust et si vous détestez la boxe, pourquoi pas ; sinon, fuyez !