Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

L ui, c'est le gars qui, matin après matin, est là, assis sur un perron à ne rien faire. Le soir, lorsque vous rentrez du boulot, il est toujours là, sur un banc cette fois. C'est une vague présence, un détail dans le paysage urbain. Le jour où il ne sera pas à sa place, il vous manquera, même si vous ignorez tout de lui.

Après l'anticipation à la Mad Max (Bang !) et des adaptations littéraires tirées du répertoire classique (Au cœur des ténèbres, Le joueur), Loïc Godart change encore son fusil d'épaule et propose une chronique sociale avec L'oiseau chante comme le lui permet son bec. Cet album faussement intimiste suit principalement un personnage-narrateur – son nom n'est jamais mentionné – dans sa quête existentielle. Autour de ce jeune homme un peu à la dérive, c'est également tout un quartier - celui de la Guillotine à Lyon - qui est conté. Grâce à une construction narrative parfaitement au point, les différents niveaux de lecture s'enchâssent, se répondent et, surtout, se complètent.

Ancrée dans son époque, l'intrigue, surprenant mélange de tendresse à la Étienne Davodeau et de gravité à la Christophe Chabouté, relevé d'une once de cynisme à la Warren Ellis, montre une image sans fard de la vie moderne. La violence gratuite, l'isolement et l'aliénation du cycle métro-boulot-dodo s'additionnent dans une spirale sans fin. Heureusement, celle-ci est contrebalancée par quelques gestes d'amitié ou signes de respect. Oui, il y a de l'espoir ! Le constat est néanmoins sombre – le style réaliste taillé à la hache, les giclées d'encre noire et la bichromie y sont pour beaucoup -, mais il se révèle profondément juste et lucide.

Lecture glauque et nihiliste ? Non. À force d'épreuves (et de nombreux horions), le protagoniste principal arrive à se faufiler et à trouver un semblant de sens à son existence. Atypique et original, L'oiseau chante comme le lui permet son bec permet de découvrir une nouvelle facette du talent de Loïc Godart.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.3

Informations sur l'album

L'oiseau chante comme le lui permet son bec

  • Currently 3.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Bourbix Le 29/08/2014 à 16:06:01

    Un album qui perd rapidement le lecteur dans des considérations vaguement psychologiques au détriment d'un vrai fil narratif. Le choix de la colorisation est également particulier et selon moi pas toujours adapté au récit. Bref, un album un peu fade pour moi.