Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le constat

19/06/2014 3946 visiteurs 7.0/10 (4 notes)

V incent n'est pas un mauvais bougre, mais, à un moment de sa vie, il n'a pas fait les bons choix et il se retrouve maintenant en fâcheuse posture. Il a ses « associés » aux basques, et ces gars-là ne rigolent pas. De son côté, Abel veut juste prendre le train. Une grève va le mettre sur la route de Vincent et une relation intense va naître entre l'ancien revenu de tout et le jeune empêtré dans ses problèmes.

Quand Le Constat paraît en 1996, Étienne Davodeau n'est plus tout à fait un débutant, mais sa présence au sommaire de la collection Long Courrier (créée par Dargaud pour rivaliser avec Aire Libre, celle de son rival d'alors : Dupuis) était surprenante. La prise de risque fut néanmoins payante puisque le créateur du Chien qui louche a su profiter de cette exposition pour se révéler au grand public et mettre sur les rails une carrière brillante. Près de vingt ans après, cet ouvrage a gardé toute sa fraîcheur et permet d'observer qu'une grande partie des préoccupations du natif des Mauges était déjà présente, aussi bien dans son esprit qu'au bout de ses pinceaux.

Road movie mâtiné de critique sociale et de thriller, Le Constat est un peu touffu, voire confus par moments. Davodeau en fait peut-être trop et les différents éléments de son histoire se marchent parfois dessus. Ainsi, le déclencheur de l'intrigue (les trafics de Vincent) n'apporte pas grand-chose au final et empiète sur le reste de la narration. Rose en est la principale victime, le cas de ce personnage important étant « expédié » en une page alors que la vie de cette annonciatrice de Lulu aurait certainement mérité plus d'espace. Au-delà de ces petites erreurs de jeunesse, l'auteur dépeint avec beaucoup de candeur une comédie humaine très sympathique. Georges, le jovial curé-garagiste, l'étrange croque-mort au bidon d'huile et la joyeuse bande de Chez Lili (la meilleure andouillette entre Amsterdam et Lisbonne !), autant de seconds rôles décrits avec attention, truculence et une véritable tendresse. Ce qui touche à l'humain est au cœur des considérations du scénariste, la suite de son œuvre en fera foi.

Les trois tomes des Amis de Saltiel (à quand une réédition de ce triptyque ?) lui ayant servi de galop d'essai graphique, le trait est globalement en place. Le style, qui rappelle celui du Miguelanxo Prado des années Humanoïdes Associés est efficace. Le dessin est réaliste sans être photographique, précis tout en gardant une petite dose caricaturale pétillante. Seul vrai bémol, les quelques planches entrecoupées de pavés de texte imposants. Cette option narrative malheureuse casse le rythme de lecture et une part de l'émotion.

Excellent album en soi, Le Constat représente également une intéressante mise en abyme du travail futur d'un artiste devenu majeur dans le monde de la bande dessinée.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le constat

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.