Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Nestor Burma 5. La nuit de Saint-Germain-Des-Prés

27/01/2005 11894 visiteurs 4.6/10 (5 notes)

Paris, été 1957, Nestor Burma enquête, dans le quartier de St Germain-des-Prés, sur un vol de bijoux pour le compte d'un assureur. Avec le concours de Marcelle, compagne de circonstance, il va fréquenter le milieu artistique et littéraire pour tenter de dénouer cet imbroglio qui n'est sûrement pas sans lien avec le milieu de la pègre.

Si Nestor Burma a été créé par Léo Malet, c'est bien avec Tardi qu'il rime en BD. Formidablement mis en image par l'un des maîtres du N&B, le détective privé parisien nous revient en couleur avec Emmanuel Moynot aux commandes. Même si Tardi reste co-pilote (il a supervisé l'ensemble de l'album), c'est bien l'auteur du Temps des bombes qui tient le crayon.

Pour beaucoup, Nestor Burma c'est Paris, le Paris des années 50, des troquets, des 203 et du "populo" qui depuis a été repoussé en lointaine banlieue. Tout ceci s'entendant, ou plutôt se regardant, en monochrome bien sûr. Alors quand la reprise se fait en couleurs, la tendance est de crier au scandale et au massacre dès qu'une couverture ou une planche apparaît. Hors c'est bien dans son ensemble qu'il faut juger cet album car les couleurs ne sont pas le point le plus négatif, bien au contraire.

Moynot a son style propre et vouloir se rapprocher de celui de Tardi est un choix regrettable. Cette contrainte l'a brimé et n'a fait que déformer son trait sans atteindre son objectif. Les personnages ont une tendance forte à l'approximation, au flou. Certes on reconnaît le Nestor avec son gros pif et sa pipe, mais l'impression de concentration d'effort sur ce personnage au détriment des autres est flagrante. Comme si toute l'énergie était canalisée sur lui. Du coup, Marcelle, le pote Burnet et le reste de la troupe s'en ressentent, entrainant par la même occasion l'album dans une spirale d'incohérence. Incohérence également présente dans la narration. Si le flashback est un procédé qui a fait ses preuves, il faut savoir le manier habilement sans en abuser et en tirer ainsi sa substantifique moelle. Hors, ce ne sont que "va-et-vient" incessants, qui ne font qu'embrouiller les esprits sans amener une réelle plus-value au récit. En un mot : c'est brouillon et la lecture en est des plus difficiles.

Une intrigue complexe ne doit pas simplement se traduire par une suite de fausses pistes et rebondissements inutiles. Et La nuit de St Germain-des-prés en est truffé, malheureusement sans justification. Sans justification non plus : le titre. Qui se veut alléchant pour les amateurs de l'ambiance Jazz de cette époque, mais n'est encore qu'une fausse piste de plus, puisqu'on en est si friand. Car sur cet aspect là, seul ce titre est alléchant. Il ne suffit pas de montrer une cave avec quelques jazzmen noirs durant deux ou trois cases pour dépeindre ce qu'était le St Germain-des-prés de ces années-là. Ni d'ailleurs de passer boire un coup au café de Flore. Il aurait fallu creuser en profondeur, pour déterrer du Bechet ou du Davies, et exhumer du Vian ou du Becket. Mais rien de tout cela.

Pris isolément, cet album ne serait pas déplaisant en soi, si les autres Burma n'avaient existé... Replongé dans le contexte Tardi, ce que tout compte fait l'on ne peut s'empêcher de faire, cela devient moins excitant. Certes le contrat stipule que Tardi "doit" un Nestor Burma régulièrement, sous peine de perdre les droits d'adaptation des romans de Léo Malet. Mais la continuité est-elle à ce prix ? Il aurait été préférable de laisser Moynot s'approprier totalement le personnage en lui laissant carte blanche pour que cela ne devienne ni un sous-Tardi, ni un sous-Moynot. Et franchement les couleurs tout à fait respectables de Laurence Busca n'y sont pour rien.

Par T. Pinet
Moyenne des chroniqueurs
4.6

Informations sur l'album

Nestor Burma
5. La nuit de Saint-Germain-Des-Prés

  • Currently 2.56/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.6/5 (73 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    6350frederic Le 22/02/2020 à 14:14:34

    Je me suis ennuyé , c'est long , laborieux ( 72 pages ) , des dessins avec ses personnages sans yeux qui perdent dans les expressions , les sentiments , pas le meilleur

    minot Le 04/02/2014 à 23:20:22

    NESTOR BURMA enquête dans le 6ème arrondissement de Paris sur un vol de bijoux pour le compte d’un riche assureur.

    Un scénario très confus, des dessins manquant cruellement d’esthétisme et des couleurs blafardes qui n’amènent rien : voila, hélas, la pire aventure de NESTOR BURMA.

    Un album qui ne sert à rien. Vraiment.

    pOmaLoLz Le 05/01/2014 à 03:29:03

    Les cinq premiers tomes sont captivant intrigant, celui est plat et complètement décousu. Dommage que Tardi passe le flambeau.

    buggos Le 11/01/2013 à 18:10:02

    Bah non. Tant pis si j'ai l'air d'un puriste mais Burma sans Tardi, ça le fait pas trop.
    L'usage de la couleur n'est pas particulièrement bienvenue. C'est pas que je n'aime que le noir et blanc, mais ça convenait bien à l'ambiance et puis, les couleurs sont pas particulièrement jolies.
    Et tant qu'à changer de dessinateur autant tout changer. Or, Moynot garde les têtes que Tardi à donner aux personnages de Malet.
    Tardi, reviens !