Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

P ublier des carnets personnels, oser se dévoiler, se laisser aller en proposant des dessins lâchés, libres... Guillaume Bianco met de côté, pour un instant, ses séries phares. Ici, il ouvre une part de son monde intérieur et partage un de ses troubles les plus intimes : les nénés des filles.

Le dessinateur de Zizi Chauve-souris s’épanche à travers plus de cent quatre-vingts pages sur les attributs mammaires de la gent féminine. Premiers émois prépubères, timides explorations d’adolescent et conseils d’expert, il se raconte, affabule beaucoup et, en fin de compte, peine à boucler son ouvrage. En effet, malgré les remarques répétées de son mentor, Lewis Trondheim pour ne pas le nommer, l’auteur navigue à vue sans but précis. Résultat, un peu d’humour ici ou là, quelques stigmates plus ou moins reluisants et beaucoup de gaudriole, malheureusement plus proche de la pochade que de la grivoiserie, rendent la lecture passablement vaine. Là où Fred Neidhart, Fabcaro, voire Joe Matt arrivent à utiliser leurs fantasmes ou leurs histoires personnelles pour construire des récits révélateurs, le regard de Bianco reste figé au niveau de la poitrine de ces dames. Planche après planche, les situations se répètent et laissent tout le monde - scénariste, directeur de collection et lecteurs compris - sur sa faim.

Sans réelle tenue - même les illustrations à la construction dépouillée (pour ne pas dire inexistante) manquent de piquant -, ces Carnets secrets auraient peut-être gagné à le rester. Vivement le prochain tome de Billy Brouillard.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
3.5

Informations sur l'album

Les carnets secrets de Guillaume Bianco
1. Les Seins

  • Currently 2.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.0/5 (5 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    herve26 Le 19/05/2014 à 23:21:32

    Je connaissais pas du tout Guillaume Bianco et c'est presque par hasard que je suis tombé sur son carnet sobrement intitulé "Les seins" ("édition Delcourt, collection Shampoing")
    Intrigué par le titre et très intéressé par le sujet (je possède d'ailleurs pas mal d'ouvrages dédiés à ces superbes attributs féminins, j'en ai d'ailleurs peut-être parlé ici ou là), je me suis rué vers sa lecture.
    Et je me suis beaucoup amusé et j'ai vraiment ri aux déboires de Guillaume Bianco. Ses souvenirs sont très drôles, sentent le plus souvent le vécu -on l'aimerait bien en tout cas-.
    Avec ces carnets, on est certes bien loin de la bd pour adultes et Guillaume Bianco évoque sur un ton très humoristique ses rapports avec la poitrine, le plus souvent opulente de la gente féminine depuis sa plus tendre enfance, le tout entrecoupé d'intervention assez cassante d'un certain Lewis Trondheim, directeur de collection de je ne sais plus quel éditeur....

    Amusant, sans prétention aucune mais d'une lecture très divertissante, je manquerai à tout mes devoirs si je ne vous conseillerai pas ce petit ouvrage.