Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Millénium 3. La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette - Première partie

03/04/2014 6141 visiteurs 6.5/10 (2 notes)

Il est là... Une gamine est attachée dans le noir sur un lit d’hôpital, la silhouette de son bourreau apparaît dans l’entrebâillement de la porte. Ailleurs, une jeune femme pianote son portable à l'ombre des cocotiers et remballe un serveur un peu trop entreprenant. Il est temps pour Lysbeth Salander de revenir sur le devant de la scène.

Inutile de résumer une histoire connue de tous. Après les romans, les films et séries TV, adapter le monument qu'est la célèbre trilogie de Stieg Larsson en bande dessinée prenait le risque de la saturation, du trop plein. Avant même la parution, les préjugés de rejet allaient bon train, comme c'est le cas généralement lors d'adaptations d’œuvres renommées : démarche opportuniste, manque d'imagination, trop vu... Or il n'en est rien. Le premier diptyque crée la surprise, d'abord grâce au graphisme de Homs et à cette couverture qui claque, puis à la lecture qui permet de savourer le découpage du scénariste, Sylvain Runberg, qui sabre dans les longueurs du roman et arrive à en extraire la substantifique moelle. Même ceux qui se rappellent par cœur l'intrigue finissent par se laisser emporter. Ce nouveau volet couvre La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette, le tome le moins palpitant de la série, qui met en avant le personnage fascinant qu'est Lisbeth Salander : asociale, violente et géniale, sur toile de fond de traite des blanches. Alors qu'elle pensait se débarrasser définitivement de sa tutelle, la voici accusée de meurtre, traitée de psychopathe dans tous les médias et poursuivie par un odieux individu surnommé Zala. Afin de tenir le rythme haletant imposé par les contraintes éditoriales, le dessin de ce cycle été confié à Man. Les premières planches qui se passent sur la plage surprennent, mais très vite, l'ambiance des albums précédents se retrouve intacte, restaurée par la colorisation froide et brumeuse de Gerard et Vernay.

Superbement glauque et rythmée, La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette confirme la réussite de ce projet.

Par M. Leroy
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Millénium
3. La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette - Première partie

  • Currently 4.05/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (43 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Cellophane Le 10/07/2018 à 19:35:08

    Le changement de dessinateur est rude…

    Les personnages sont beaucoup moins expressif, les visages beaucoup plus sommaires et c’est, du coup, moins agréable à lire…

    Cela étant, les personnages sont posés et l’intrigue est beaucoup plus fluide et intéressante à suivre…

    Du coup, c’est un entre-deux : j’ai moins accroché aux persos, mais plus à l’histoire qui m’a plutôt bien embarqué…

    Pas mal sans être époustouflant.