Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Donjon Crépuscule 110. Haut Septentrion

17/03/2014 6469 visiteurs 6.0/10 (3 notes)

L e tome précédent de Donjon Crépuscule, Révolutions, avait des airs de parenthèse dans la saga. Retour aux choses sérieuses et bond en avant de quatre numéros avec Haut Septentrion, nouvel épisode qui voit les auteurs renouer avec la trame principale. Le dénouement est proche et prendra la forme d’un affrontement entre l’Entité noire et les défenseurs du monde libre, Marvin et Herbert à leur tête.

Cette énième aventure comprend tous les ingrédients qui ont fait le succès de la franchise, avec un rythme trépidant entrecoupé de bons mots, des rappels aux épisodes passés et des personnages qu'il est agréable de retrouver. Malgré tout, la dernière page se tourne sur un sentiment mitigé, entre la conviction d’avoir lu un album qui répond parfaitement au cahier des charges et l’impression d’un manque d’ambition. Ainsi, la narration semble un rien décousue, comme si le format était en fin de compte trop étroit pour tout ce qu’il restait à raconter : d’un côté, le problème de la respiration sur les îlots les plus élevés d’une Terra Amata disloquée, et de l’autre, la diversité des mondes des vivants, des morts et des invisibles, évoquée auparavant mais jamais approfondie. Ajoutez-y la découverte du sexe opposé par deux héros quelque peu déboussolés et la coupe est vite pleine.

En dépit de cette surcharge scénaristique, Sfar et Trondheim s’en sortent avec les honneurs. S’il est évidemment devenu difficile d’être aussi révolutionnaire qu’aux prémices, les duettistes n’en livrent pas moins un produit maîtrisé qui place Donjon, encore et toujours, parmi les meilleures séries de fantasy actuelles. Simplement, ils avaient coutume de faire un peu mieux qu’une réussite formelle. Ici, le supplément d’âme qu’ils insufflaient à la saga fait défaut, alors que même Alfred, succédant à Obion, paraît rester prudemment dans le rang. Son dessin est irréprochable, restituant bien le mouvement, mais peu enclin à l’originalité. Il se fond dans la masse, en somme.

Verdict pour ce numéro 110 ? Le contrat est rempli. Les fans ne crieront pas au scandale, même si tout cela manque quelque peu de panache.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Donjon Crépuscule
110. Haut Septentrion

  • Currently 3.64/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (22 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    pokespagne Le 08/07/2014 à 18:11:50

    On attendait, on attendait, et nous y voilà enfin, Trondheim et Sfar nous offrent le bouclage du "Donjon", période "Crépuscule", à moins qu'il ne s'agisse en fait - on ne sait pas bien à ce stade - de la conclusion générale de cette oeuvre majeure, systématiquement déclinée sur un mode mineur d'humour potache... Alors, il faut avouer qu'on est - évidemment - d'abord un peu perdus au milieu du raccordement assez insensé de toutes les histoires construites progressivement entre les différents cycles du Donjon (une relecture dans l'ordre des "niveaux" semble s'imposer), et d'un combat apocalyptique mené tambour battant... Mais rapidement, la légère irritation créée par le fait de ne pas comprendre grand chose aux péripéties de "Haut Septentrion" se dissipe du fait de la jolie loufoquerie des personnages et des situations (comment ne pas admirer le jeu comique entre le séducteur un peu lourd et sa cible peu consentante, qui doivent échanger leurs corps pour pouvoir échapper à leurs ennemis ?). Si l'ellipse entre les planches 25 et 26 est plutôt bluffante, et donc dure à avaler - mais où irons-nous donc rechercher cette partie de l'histoire ici escamotée ? -, la fin à la foi dantesque et dérisoire est profondément satisfaisante, sans même parler du romantisme léger mais persistant qui se dégage des dernières cases. Au delà de nos plus folles espérances, vu ce qui pouvait sembler un désintérêt progressif des auteurs vis à vis de leur création, et très très bien joué !

    minot Le 04/04/2014 à 17:05:54

    Un "Donjon" à la fois épique, émouvant et hilarant, tout en étant noir et apocalyptique comme du "Crépuscule" ! Le scénario est d'une très grande richesse, l'action omniprésente, et les gags bien marrants (le duo inversé Marvin Rouge / Zakûtu est particulièrement drôle). La bataille finale contre l'Entité Noire est un moment d'anthologie et l'album se termine en apothéose, clôturant par là-même de belle manière la saga "Donjon".
    Un album qui présente l'originalité de devoir se lire non pas avant, ni après, mais PENDANT le DC111 ! Cette lecture simultanée de deux albums est vraiment amusante et permet de saisir toutes les subtilités de cet album-ci.

    safedreams Le 15/03/2014 à 18:54:06

    Bon album sans plus. Il y a beaucoup de créativité comme souvent dans cette sėrie mais ça va un peu vite et il manque des cases pour faire le liant entre certaines situations ce qui cré un peu de confusion et une lecture moins agréable que d'habitude. il faut cependant lire le tome 111 pour bien comprendre certains faits du 110... Il faut donc relire le 110 après le 111. Comprenne qui pourra. C'est bon de retrouver cette série après 5 ans d'absence même si le 111 cloture la série. C'est dommage de ne pas aller au bout de l'ambition démentiel que laissait entrevoir la numérotation de départ.