Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Donjon Crépuscule 111. La fin du Donjon

17/03/2014 9578 visiteurs 5.0/10 (3 notes)

A près une longue absence, Donjon revient sous le feu des projecteurs avec non pas une, mais deux nouveautés. Haut Septentrion et La fin du Donjon ont la lourde tâche de mettre un terme à une série qui aura fait date, ou tout du moins de clôturer l’arc narratif principal avec une référence directe aux origines de la saga. En effet, en faisant le lien avec Le grand animateur, les auteurs tentent de boucler la boucle, apportant dans le numéro 111 une réponse à tout ce qui avait été initié dans le numéro -400.

Au final, il restera en mémoire de cet ultime épisode une couverture et une conclusion particulièrement riches en émotion : comme un point de non-retour pour les inconditionnels. Pour le reste, l’album se contente de boucher les trous qui ne l'avaient pas encore été dans Haut Septentrion. Instructif, le résultat n’en est pas moins laborieux et fort peu fluide. Par instants, ce scénario fait de bric et de broc finit même par semer le doute dans l’esprit du lecteur, signe que la synchronisation entre les deux volumes censés se dérouler en même temps ne fonctionne pas vraiment. Le procédé avait déjà été utilisé par le passé dans la période Crépuscule, mais sur trois opus et avec davantage de réussite. Ici, le lecteur exigeant regrettera de la part de Sfar et Trondheim une sortie précipitée, pour ne pas dire expédiée, donnant la sensation qu’il faut bien tout ranger avec de refermer la porte derrière soi. On rêvait d’une fin en apothéose, c'est raté.

Cette conclusion en demi-teinte est d’autant plus regrettable que le travail de Mazan est intéressant. Moins léché et immédiatement plaisant que celui d’Alfred, son trait a l’avantage d’afficher une plus grande personnalité, avec une sensation de flou, de fragilité en adéquation avec un monde sur le déclin. De quoi, malgré tout, garder une belle image en tête. L'essentiel est sauvé.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Donjon Crépuscule
111. La fin du Donjon

  • Currently 3.79/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (24 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Pulp_Sirius Le 27/02/2020 à 17:17:47

    Légèrement meilleur que la première partie du diptyque, cet album peine quand même à convaincre. Alors que cet album était censé être le dernier au moment de sa publication, on en ressort quand même avec l'impression que les auteurs étaient en manque d'inspiration.

    Certaines idées sont captivantes, telles que le voyage d'Herbert au royaume des morts; et certains personnages obtiennent enfin le rôle qui leur est dû, comme Elyacin, mais si on en ressort un brin nostalgique grâce à tout ce que la série Donjon a réussi à nous offrir au cours de ses nombreux albums, impossible de ne pas être chicoté par toutes ces questions qui sont demeurées sans réponses.

    L'histoire vaut la peine d'être lue directement après 'Haut septentrion' afin d'en comprendre le maximum, mais finalement, la série Crépuscule aura vraiment perdu en qualité au fil des albums. Quatre des cinq derniers Crépuscule étaient plutôt médiocres, voire carrément mauvais.

    Au moins, il y aura toujours les Potron-minet, les Zénith et les Monsters pour nous rappeler à quel point la série peut frôler le génie.

    Et de nombreuses années plus tard, la série reprendra de plus belle. Allez, on se revoit dans le prochain Zénith!

    pokespagne Le 15/07/2014 à 23:46:10

    Déroutant mais passionnant, "la Fin du Donjon" nous propose une conclusion de la saga Donjon qui se déroule en "parallèle" aux faits narrés dans "Haut Septentrion", avec des croisements réguliers entre les deux récits (apparitions de personnages et de situations de l'un dans l'autre par exemple, ce qui produit des effets troublants), mais avec une thématique et une énergie bien différentes. Alors que "Haut Septentrion" exaltait la rom com et se terminait, non sans allégresse, de manière ouverte, "la Fin du Donjon" s'avère centré sur le couple Herbert et Marvin, soit les héros originaux de la saga (ceux du "Zénith"), désormais bien fatigués et traités comme des vieillards inutiles à de nombreuses reprises... Le livre se termine - d'ailleurs superbement - par des images mélancoliques sur la vanité humaine (enfin, humaine, on se comprend !). On retrouve par contre de nouveau quelques sauts déstabilisants dans la narration, qui encouragent la relecture intégrale de la saga maintenant close, et on apprécie ici le chapitre sur le Monde des Morts qui permet de mieux réintégrer le volet "Potron Minet" dans le panorama général. Trondheim et Sfar nous ont en tout cas offert avec ce double volume (deux livres à relire ensuite en même temps, soit un exercice novateur, stimulant, et amusant...) une conclusion originale, digne d'une saga qui avait certes connu des hauts et des bas, mais était restée au fil des ans un must pour les fans d'Heroic Fantasy comme pour ceux que l'humour de Trondheim (et de Sfar) touche.

    minot Le 04/04/2014 à 17:20:16

    Un "Donjon" magnifique, aussi bien par le dessin exquis de Mazan que par le scénario foisonnant qui lève le voile sur pas mal de mystères passés (les motivations de l'Entité) tout en étant bien sûr d'une très grande drôlerie. Un monde à l'agonie, des héros usés, des évènements dramatiques, une atmosphère plus noire et pesante que jamais ...et pour finir une guerre épique qui décidera du sort de tout : un tome plus "Crépuscule" que jamais ! La fin est magnifique et clôture à la perfection cette hallucinante saga de "Donjon", devenue au fil du temps une série incontournable dans l'histoire de la bande dessinée.
    Un album à savourer en le lisant parallèlement au tome précédent (DC110) pour pouvoir saisir toutes les subtilités et les richesses du scénario.