Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les Étiquettes Les étiquettes

17/03/2014 3857 visiteurs 6.0/10 (3 notes)

Électron libre bien implanté dans le paysage BD, le nom de Clarke apparaît aussi bien au sommaire de Spirou que de Fluide Glacial. En près de vingt ans, l'auteur de Mélusine a construit une bibliographie imposante (près de cinquante albums !) aux sujets très variés (humour jeunesse et adulte, polar, etc.). Avec Les étiquettes, il change de registre et braque sa « caméra » sur lui-même. Ce recueil de petites anecdotes compose un portrait étonnant, parfois poignant, de l'homme derrière les pinceaux.

Vie de famille compliquée (divorce difficile, les parents qui vieillissent et disparaissent), tracas professionnels et les trop rares instants de bonheur pur, Clarke a attrapé au vol quelques incidents et les a simplement couchés sur le papier. Sous ses airs de liste à la Prévert, ce vrai-faux journal intime est en fait finement organisé. En effet, même s'il se dévoile, Clarke en bon scénariste qui se respecte, n'oublie pas sa tâche première de conteur et de rigolo de service. Résultat, la lecture est toujours agréable et souvent très drôle. De plus, le dessin, à l'allure « sorti du carnet de croquis », est travaillé juste ce qu'il faut : il conserve ainsi une bonne partie de l'émotion du premier jet, tout en étant clair et précis. La mise en scène, simple mais rigoureuse, confère également beaucoup de tenue aux pages.

Parenthèse autobiographique originale, Les étiquettes se révèle être des plus charmants, aussi bien dans les bons que les mauvais moments de l'existence.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Les Étiquettes
Les étiquettes

  • Currently 3.25/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Cellophane Le 31/10/2018 à 11:09:11

    Bon, j’ai toujours du mal avec les autobiographies.

    Je ne savais absolument pas sur quoi j’allais tomber en ouvrant cette BD que j’avais choisie parce que j’aime bien Clarke.

    Et j’y ai retrouvé tout ce que j’aime : le dessin au trait vif…Les décors réalistes avec la touche belge… Des décors qui, d’ailleurs, sont plus ou moins appuyés, avec plus ou moins de détails, selon les scènes, disparaissant quand ils n’apportent rien. Un très bon compromis qui met en avant, à chaque fois, la petite histoire présentée en quelques planches…

    J’ai aussi retrouvé le ton Clarke, les phrases efficaces, sans mot inutile, vives, précises. Le côté un poil détaché, vaguement cynique.

    En revanche, j’ai trouvé d’autres trucs qui m’ont beaucoup moins accroché…

    Je ne savais pas que c’était une auto-biographie et ce n’est pas particulièrement le genre que j’aime… A part Boulet qui tourne les choses en dérision le plus souvent, les auteurs racontent habituellement ce qu’ils voient. Et ça ne m’intéresse pas outre mesure depuis Trondheim et ses petits riens.

    Là, pareil, que Clarke divorce, que Seron meure, qu’il ait du mal à draguer ou des facilités à emballer, ça ne me fait ni chaud ni froid. Voire, même, il y a des trucs que je préférerais ne pas savoir, c’est sa vie, pas la mienne.

    Et le ton souvent tristounet mélancolique ne m’a pas palpité pour un rond, j’ai horreur de ce côté torpeur mièvre (que je ne retrouvais pas dans ses autres ouvrages).

    Bref, probablement un bel exercice de se livrer ainsi, de la qualité dans les dessins, les cadrages, mais je n’ai pas marché du tout.