Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La nuit (Druillet) 1. La nuit

17/02/2014 6316 visiteurs 7.5/10 (4 notes)

P eut-on aimer en 2014 un album paru en 1976 et totalement ancré dans son époque, c'est-à-dire celle de Métal hurlant ? C’est un peu la question qui se pose à la découverte de cette réédition de La nuit, ouvrage emblématique de l’œuvre de Druillet. Il faut dire que l'auteur est un vrai monument de la bande dessinée. Pénétrer dans son univers par ce livre inclassable, c’est un peu se prendre en pleine face toute la folie de ce créateur hors norme, durement éprouvé à ce moment de sa vie par la disparition de son épouse décédée d’un cancer. « Si nous voulons vivre mieux, apprenons enfin la mort », assène-t-il en préface. Et tout le livre se trouve là résumé.

Fuite en avant vers une fin inéluctable, l’histoire met en scène des personnages décharnés dans un monde apocalyptique, des gangs de motards camés jusqu’aux yeux et survivant à grand-peine dans un monde de désolation. Le récit est violent, ce n’est rien de le dire. Et cette violence, elle transparaît autant dans des dialogues souvent réduits à des éructations que dans un dessin qui agresse les sens. Le trait est à la fois précis et abondant, peignant des tableaux vertigineux qui sont de véritables odes à la mort et à la décrépitude. Les couleurs s’en mêlent, aveuglantes, plongeant le lecteur audacieux dans une ambiance dont toute personne sensée voudrait s’échapper. Les scènes se succèdent, dans un délire de sang et d’emportement. Par cette débauche d’effets visuels, Druillet refuse toute facilité. Il n’aide pas son public, mais au contraire le malmène, lui fait ressentir la souffrance jusque dans sa chair. Pas d’échappatoire, si ce n’est dans un sacrifice salvateur. La haine de l’artiste pour une société déshumanisée, faisant du désespoir une simple source de statistiques, suinte de chaque planche.

De toute évidence, les esprits cartésiens passeront leur chemin, rebutés par ce qui, à première vue, est un délire impénétrable. Les autres, curieux, se laisseront porter par un rythme qui ne faiblit pas, par un tourbillon d’événements qui convergent et précipitent les acteurs vers l’annihilation. Nihiliste, tel pourrait finalement être le meilleur qualificatif pour décrire La nuit. Comme l'annonce le titre, c’est à une confrontation avec la faucheuse que chacun est convié, avec ce qu'on peut attendre d’un corps qui compte les heures avant le grand saut.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

La nuit (Druillet)
1. La nuit

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.