Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Django Unchained

20/01/2014 5028 visiteurs 6.0/10 (1 note)

D ans l'avant-propos, en authentique fan de comics et de westerns, Quentin Tarantino se réjouit de l’adaptation de son Django unchained dans une version dessinée en sept parties proposées par Vertigo. Pour qui a vu le film il y a un an, l’intérêt majeur consiste évidemment à traquer les scènes présentes dans le script original, mais non tournées, et autres variations.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore l’histoire, Django est un esclave devenu chasseur de primes après que le Dr Schulz l’a pris sous son aile en échange d'un coup de main pour identifier un trio de fripouilles dont les têtes ont été mises à prix. Sa liberté obtenue, « la gâchette la plus rapide du Sud » n’a plus qu’un objectif : rejoindre et libérer sa femme vendue à quelque riche exploiteur de « nègres ». Le long métrage, en dépit de ses qualités, n’a guère surpris les habitués du cinéaste fan de « pulp ». Nombreux sont les éléments qui concourent à une forme de déjà-vu : nouvelle histoire de vengeance, séquences où la violence est stylisée et marquée par les flots d’hémoglobine, hommage aux westerns et au courant de la « blaxploitation », découpage en chapitres identifiés comme tels et incluant de très longs passages au cours desquelles la tension monte crescendo selon un déroulé proche du temps réel.

La bande dessinée étant le royaume de l’ellipse narrative, la confrontation entre la version cinéma, très descriptive et bavarde, et la transcription en BD est d’ailleurs l’une des curiosités qui incitent à redécouvrir les aventures de Django Freeman. L’autre attrait, rappelons-le, réside dans quelques scènes supplémentaires. Ainsi, une large section est ainsi consacrée au sort de Brunehilde / Broomhilda entre le moment où elle a été séparée de son mari et celui où elle a été acquise par le cruel Calvin Candie. Les autres différences notables sont plus fugaces : l’humiliation subie par le vieux Stephen, septuagénaire collabo du jeune héritier du domaine de Candyland, éclaire son ressentiment envers le nouvel affranchi, la présence d’un adolescent qui n’apparaît pas à l’écran, l’utilisation de l’arme blanche pour un massacre en lieu et place de colts ou un final moins explosif qu'à l'écran constituent les écarts les plus remarquables.

Au dessin, plusieurs pointures prêtent leur concours au projet et les fans de Scalped seront en terrain connu en retrouvant le Serbe R.M. Guéra, l’Américain D Cowan ou le Croate D. Zezelj au générique. Ceux qui ne sont pas encore familiers des changements de style à l’intérieur même d’un album tiqueront un peu, comme d’habitude.

Avec un mode de narration différent, des passages inédits et une efficacité assez comparable, le comics Django unchained vaut une lecture. Une chose manque toutefois - parmi d'autres - par rapport au long métrage : le ton et l’usage du verbe, aussi particulier que malicieux de l’ancien dentiste allemand, sont ici noyés dans une ambiance plus sèche. Globalement, les dialogues n'ont d'ailleurs pas la même capacité à soulever le cœur et à faire naître l'indignation. À croire qu'en la matière, les acteurs sont meilleurs interprètes que je ne suis lecteur. Conclusion : la vision du film n’exclut pas la traque des "coupes" opérées dans le texte original et restituées par l'album pour s'offrir une rasade supplémentaire de Tarantino.

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Django Unchained

  • Currently 4.83/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.8/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Eddy Current Le 20/01/2014 à 21:18:36

    Adaptation fondamentalement décevante. Et je n'ai même pas vu le film! La narration est parfois franchement pesante, particulièrement au niveau de certains passages explicatifs particulièrement mal écrits. Mais j'aurais pu passer outre. La goutte d'eau est le dessin: On oscille entre Guera qui est très bon, comme d'habitude, Zezelj fait le boulot mais sans génie et Cowan qui touche le fond. Encore une série où l'éditeur n'a pas su gérer les délais (les épisodes US sont passés de 5 à 6 puis 7) et a fini par sortir un truc bancal à n'importe quel prix, notamment en mélangeant 3 dessinateurs aux styles et aux niveaux trop dissemblables pour espérer que la sauce prenne.