Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Metropolis (Lehman/De Caneva) 1. Tome 1

16/01/2014 23670 visiteurs 7.3/10 (10 notes)

13 mai 1934, une déflagration secoue le parvis de l’esplanade de la Réconciliation de Métropolis, puis, d'un immeuble, des tirs achèvent méthodiquement les rescapés. L’inspecteur Faune, témoin du drame, parviendra à neutraliser le tireur embusqué et découvrira incidemment dans les tréfonds de la place une mise en scène des plus macabres. Existe-t-il un lien entre ces cadavres mutilés de femmes et cet attentat ? Et que peuvent bien cacher les évolutions de la mégapole que seul le jeune policier semble percevoir ? L’histoire ne fait que commencer !

En 1999, Serge Lehman renonçait à l’idée d’écrire un roman uchronique sur une Europe qui aurait su s'éviter le conflit de 14-18. Confronté à la difficulté de donner une réelle crédibilité sociale à un monde épargné par les cicatrices d’une Première Guerre mondiale, le livre ne fut finalement jamais achevé. Plus d’une décennie plus tard, le projet se concrétise sous une toute autre forme : celle d’une bande dessinée.

Métropolis est un objet hybride. Du moins apparaît-il comme tel à l'issue du premier opus de cette tétralogie frappée du label des éditions Delcourt.

D’abord, il y a l’uchronie. Cette agglomération tentaculaire, créée – pour les besoins de la fiction – par Aristide Briand et Gustav Stresemann, symbolise l’entente franco-allemande au lendemain du traité de Francfort (1871) et rappelle fortuitement que les deux diplomates reçurent le prix Nobel de la Paix pour les accords de Locarno (1925). Sur le modèle des villes de franchise du Moyen-âge, cette urbanisation nouvelle prend littéralement possession des quatre-vingt seize pages et sait générer ses propres codes graphiques, largement inspirés par le début du XXe siècle. Dans un Métropolis aux airs de New York se croise le Who’s Who des années trente !

Puis, il y a la dimension policière, représentée par Gabriel Faune. Cet éminent membre du bureau de contrôle, flanqué d’un collègue psychologiquement instable, va devoir dénouer une double affaire. D’un coté, un acte terroriste dont les ramifications politiques se dessinent en filigrane, et de l’autre, des dépouilles momifiées retrouvées au milieu des décombres. Dès les premières planches, le lecteur est immergé au cœur de deux enquêtes, entre turpides humaines et arcanes de la diplomatie.

Enfin, il y a le volet fantastique. Gabriel connaît mieux que quiconque tous les recoins de la cité dont il en est le « Citoyen n° 1». Cette compréhension confine à l’intimité puisqu’il entretient avec la métropole des relations émotionnelles qui interpellent autant qu’elles interrogent.

La force des paysages urbains et les sensations qui en émanent sont indissociables du graphisme impressionnant de Stéphane de Caneva. Classique et réaliste, son trait est équilibré et sa gestion des cadrages permet d’appréhender la composition de la ville selon des perspectives étourdissantes rappelant le travail d’Anne Renaud sur Hel. Comme rarement, son approche graphique confère à la mégalopole une présence qui fait écho aux sentiments ambigus que ressent le héros. Ainsi, le rapprochement avec Masqué, autre production du scénariste, devient inévitable, tout comme l’analogie avec les Cités obscures de Benoît Peeters et François Schuiten pour la prégnance des constructions architecturales.

Sur un script superbement mis en image, mixant habilement Histoire alternative, thriller et paranormal, Métropolis engage une réflexion sur l’utopie de la paix et gratifie ses lecteurs d’une séduisante ouverture .

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Metropolis (Lehman/De Caneva)
1. Tome 1

  • Currently 3.94/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (54 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    galinux Le 30/07/2015 à 08:30:30

    Moi qui aime bien l'uchronie, moyennement les polars, j'ai beaucoup aimé ce premier tome. Le dessin, plutôt épuré colle très bien au thème. C'est exactement ce qu'on attend d'un vieux polar noir, avec des lumières très contrastées (le visage des personnages reçoit souvent la lumière de côté), des couleurs un peu ternes, et surtout des cadrages très cinématographiques.

    Au niveau du scénario, je suis emballé. Le rythme n'est pas trop rapide car l'auteur a la bonne idée de laisser des cases pour montrer la ville, la vie quotidienne, et pourtant il se passe beaucoup de choses. Pas de fausse note au niveau de l'uchronie, les quelques éléments de contexte politique sonnent juste. Bref une très bonne mise en bouche et en plus le format est sympa.