Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

End of the fucking world (The) 1. The end of the fucking world

21/11/2013 4075 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

A près une énième engueulade avec son père, James part de chez lui (en embarquant la voiture familiale). Sa petite amie, Alyssa, l'accompagne. Très vite, cette fugue sur fond d'idylle adolescente va se transformer en une cavale sans cause ni espoir de retour.

Il est difficile de classer The end of the fucking world dans un genre spécifique : road movie façon Sailor et Lula ou Badlands ? Roman initiatique du passage de l'enfance à l'âge adulte ? Fable sociale sur le désenchantement de la génération Y ? Quoi qu'il en soit, pour un premier album « officiel » après de nombreux zines auto-édités, Charles Forsman entre avec fracas dans le monde du 9e Art et même plus, puisqu'une adaptation télévisuelle de son œuvre est déjà prévue.

À partir d'un sujet déjà maintes fois utilisé et avec un style graphique à la limite du minimalisme, l'auteur a conçu une trame d'une profondeur à première vue insoupçonnée. En effet, le trait extrêmement simple du dessinateur donne une allure presque enfantine à l'ouvrage. Cette impression ne dure pas, puisque dès l'introduction, les actions de James ne laissent planer aucun doute sur le ton très dur et direct du récit. Mieux encore, cette dichotomie initiale en annonce une autre, encore plus percutante et déconcertante. En effet, au fil des chapitres, le rôle de narrateur alterne entre les deux héros. Le scénariste se dédouble et offre un double regard au lecteur. Des individus fortement liés partagent-ils une vision commune sur le monde qui les entoure ? Que pense l'autre ? Cette astuce scénaristique ouvre plusieurs niveaux de lecture passionnants.

Même si, graphiquement, tout n'est pas encore totalement en place – il s'agit d'un premier album, rappelons-le -, Forsman possède un talent certain pour le découpage et la mise en page. Les planches, d'un étrange petit format presque carré, sont admirablement construites et d'une grande variété (de la grande case panoramique au moule à gaufre le plus dense). Au final, le résultat est des plus efficaces, l'artiste ayant réussi à trouver le juste cadrage ou la bonne attitude pour pratiquement chaque épisode de cette odyssée.

Fourmillant d'idées du début à la fin, The end of the fucking world est à découvrir dans les plus brefs délais.

Sur le même sujet :

- le site de Charles Forsman,
- entretien avec l'auteur sur Comic Book Ressources (en anglais).

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

End of the fucking world (The)
1. The end of the fucking world

  • Currently 4.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.5/5 (4 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.