Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'homme de l'année 4. 1967 - L'Homme qui tua Che Guevara

14/11/2013 5344 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

E n 2007, le vieux Mario s’apprête à subir une opération de la cataracte à Cuba. Sur la table d’opération, l’œil grand ouvert, il se revoit quarante ans plus tôt traquant des guérilleros dans les gorges du Yuro, en Bolivie. Ayant perdu plusieurs amis dans les combats, le jeune soldat est prêt à tout pour les venger, même à abattre le leader adverse tout juste capturé, un certain Guevara.

À l’instar des trois tomes qui le précèdent, 1967 se penche sur le destin d’un inconnu dont la route a croisé celle d’une figure historique. Le récit se déroule ici en Amérique du Sud, dans deux des pays liés à l’une des icônes contemporaines les plus populaires. Maîtrisant parfaitement son sujet, Wilfrid Lupano entraîne le lecteur à la suite de Mario, plongeant dans ses souvenirs, le confrontant à ses choix ainsi qu’à leurs conséquences immédiates et personnelles. Si le geste fatal du petit militaire bolivien vient éclairer à sa façon la fin tragique du Che, il permet aussi au scénariste, par le biais d’une supposée malédiction, d’évoquer le poids de la culpabilité et les traces durables que peuvent laisser certaines actions iniques. Cependant, malgré l’intérêt du propos, ce dernier ne va pas suffisamment en profondeur pour enthousiasmer totalement. Un défaut qui tient sans doute à un format ne ménageant que peu de surprises et à un dénouement un rien trop facile. Portant l’histoire, le dessin de Gaël Séjourné s’avère réaliste autant qu’expressif, tandis que le découpage et les cadrages variés assurent une bonne dynamique d’ensemble. La colorisation de Jean Verney, elle, parvient à créer quelques belles ambiances, mais demeure un rien fade et dépourvue de la rondeur qui la rendrait percutante.

Assurément meilleur que les opus 1431 et 1815, ce dernier album se révèle plutôt convaincant.


>>> Chronique de 1917. Le soldat inconnu
>>> Chronique de 1431. L'homme qui trahit Jeanne d'Arc
>>> Chronique de 1815. L'homme qui hurla 'merde' à Waterloo

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

L'homme de l'année
4. 1967 - L'Homme qui tua Che Guevara

  • Currently 3.32/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.3/5 (19 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 01/09/2020 à 20:24:52

    Le Che Guevara est devenu au fil du temps une figure emblématique. Il est à la fois un héros romantique et un combattant révolutionnaire. Cet ouvrage lui rend un bel hommage. En effet, il est présenté comme un saint que la CIA a fait abattre comme un chien au beau milieu d’un village bolivien. Je doute que cela puisse correspondre à la réalité. On observera également que le service de soins de Cuba est magnifié. Bref, à bas le capitalisme sauvage et le pays phare qui véhicule ces valeurs ! Bon, très peu pour moi; cependant je respecte cette vision des choses.

    Il y a bien entendu une autre réalité derrière la gueule d'ange et le beret étoilé. Ceux qui l'ont connu aux premières heures de sa fulgurante carrière portent, en tout cas, un autre regard sur le «guérillero romantique». Anciens compagnons d'armes ou victimes, ils brossent le portrait d'un être froid, brutal et autoritaire. Et aux mains tachées du sang de nombreux innocents. Bref, vous me verrez jamais porté son T-shirt !

    On va se concentrer sur le destin de l’homme qui a abattu le combattant communiste. On évitera les clichés en le présentant comme l’idiot du village qui va devenir paranoïaque. L’auteur s’est servi d’une anecdote assez révélatrice de celui qui a combattu le système cubain pour ensuite bénéficier de ses bienfaits. Il reconnaît néanmoins que l’information est invérifiable. Bon, ce n’est qu’une hypothèse qui a fait l’objet d’une bd.

    Au final, c'est sans doute l'un des titres les plus réussis de cette saga consacrée à l'homme de l'année. J'ai surtout aimé le fait que les auteurs s'attache à l'humain et non au mythe. L'angle était inattendu ce qui rend cet album très intéressant.

    CriticaBD Le 30/07/2016 à 09:53:18

    Le Che, ça n'est pas qu'un joli faciès sur un t-shirt tout rouge pour les concerts d'été. Croyez-le ou non, le Che a existé! Mais oui! Plus qu'une idole, ce fût un leader charismatique et révolutionnaire qui connût une fin tragique. Oui, mais quelle fin?
    C'est bien cela que cet album nous propose d'investiguer: comment a-t-il été réellement mis fin aux jours du Che? Qui fût la main assassine? Comment une personne sans envergure a pu avoir un impact aussi important sur une partie de la marche du monde? Et comment ce quidam vit, depuis, avec ce poids sur la conscience?
    Un nouvel album de la star du scénario (Lupano), cela devrait faire mouche. Malheureusement, et pour la première fois, je trouve cette production de notre cher scénariste assez pauvre. Son approche est intéressante, à savoir principalement suivre le bras exécuteur après son méfait et analyser quelle est sa vie depuis et avec quelle force il arrive (ou pas) à vivre avec ce passé. Toutefois, bien que l'idée soit intéressante, la réalisation m'a énormément déçu. Je ne suis jamais rentré dans cette histoire.
    Il y a un mélange entre les faits du passé et du présent qui n'est pas difficile à suivre mais qui ne me semble pas être très pertinent. Au final j'ai même ressenti que l'histoire est une non-histoire. C'est peut-être tendance actuellement dans le domaine du journalisme (où une enquête qui débouche sur rien vaut malgré tout la peine d'être contée) mais en bande dessinée où c'est l'imagination qui guide l'histoire, c'est à remiser aux oubliettes dès que possible.
    Le dessin n'aide pas le propos du scénariste. La sur-utilisation des ombres crayonnées (faisant apparemment partie du style de l'auteur) est selon moi un peu lourde et non convaincante. Pour le reste le dessin est de bonne facture mais trop lisse et pas personnel.
    Au final, cet album est une vraie déception d'autant plus que j'en attendais sans doute trop. Il faut croire que Lupano doit pouvoir se reposer de temps en temps.

    roch59 Le 18/12/2013 à 20:10:23

    bon, Fred Blanchard, directeur de collection, persiste à donner dans le très moyen, mais ce qui sauve cet album sans rythme, c'est un beau dessin et de très belles couleurs...Quant au scénario de Lupano,(si vous voulez du béton, précipitez vous plutôt sur le redoutable et excellentissime "Singe de Hartlepool" où il s'est s'est surpassé) c'est du vite et bien torché...Bof, bof, bof....