Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

« Je sais que l’éducation de cette enfant sera le principal événement de ma vie ». Celle qui prononce ces mots, Annie Sullivan, revient de loin. Malvoyante, elle passe ses premières années dans l’hospice de Tewksbury, tristement réputé pour son insalubrité et les conditions de vie déplorables qui y règnent, avant d’être envoyée à l’Institut Perkins, spécialisé pour les aveugles. Monsieur Anagnos, le directeur de l’établissement, se laisse séduire par le caractère entier et colérique de la jeune fille et aussi, et surtout, par sa vivacité d’esprit. Quelques années plus tard, alors qu’elle maîtrise avec brio la langue des signes, il l’envoie dans l’Alabama pour s’occuper d’Helen, une enfant de 6 ans, aveugle et sourde.

C’est cette rencontre que narre l’auteur, Joseph Lambert, dans Annie Sullivan & Helen Keller. La petite Helen n’a pour ainsi dire aucune base et ne supporte pas le contact avec d’autres personnes que ses parents ; il y a quelque chose de très sauvage chez elle - imaginez les moyens dont elle dispose pour communiquer avec l’extérieur, et inversement, à l’époque des faits (fin XIXe) aussi bien que dans l’absolu. Annie Sullivan s’est hissée dans l’adversité, à force de volonté. C’est une écorchée vive qui peut parfois avoir le tempérament d’une mégère. C’est ce trait de caractère qui lui permet d’apprivoiser la petite, de pénétrer son univers. De leurs confrontations et de leurs difficultés naît une émulation salvatrice, de celles qui invitent à s’élever.

L’histoire est belle, très belle. Elle est racontée sans verser dans un registre larmoyant ou convenu qui ne s'accorderaient de toutes les manières aucunement à la personnalité des deux protagonistes. Joseph Lambert donne à percevoir les handicaps d’Helen par ses choix graphiques, présentant sa perception de ce qui l’entoure par le vide, l’obscurité. Avec un dessin sans fioritures, il parvient par ce biais à donner à voir à son lecteur les progrès de la fillette dont l’environnement, petit-à-petit, se meuble, prend forme, prend sens.

« C’est un rare privilège d’assister à la naissance et à l’éveil d’un esprit » (Annie Sullivan - 1866/1936).

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
8.4

Informations sur l'album

Annie Sullivan & Helen Keller

  • Currently 4.63/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.6/5 (19 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    sulli Le 20/04/2014 à 13:36:04

    Une construction plate et un dessin monotone |

    Voilà une rencontre bien singulière entre une enfant de 6 ans, aveugle et sourde, et une jeune femme mal voyante, au parcours chaotique, qui devient sa professeure. C’est l’histoire d’Helen Keller et Annie Sullivan. Joseph Lambert nous narre la rencontre de ces deux personnalités esseulées, mais à la volonté de fer. On suit les apprentissages quasi miraculeux d’Helen, rendus possibles grâce à la persévérance et le tempérament d’Annie. Et au rythme des progrès de la petite, on apprend le passé d’Annie et les conditions déplorables dans lesquelles elle a pu grandir.

    L’histoire d’Helen Keller est une référence aux États-Unis où elle est devenue un personnage publique reconnue. Force est de constater que son itinéraire est remarquable et intéressant pour bien des raisons. Néanmoins, j’ai trouvé le récit un peu plat. L’auteur joue bien des flash-back pour donner de la dynamique au scénario, mais le résultat demeure très linéaire.

    Et malheureusement le dessin n’est pas en capacité de relever cette bande dessinée. Joseph Lambert traduit bien le vide qui entoure Helen et la façon dont elle arrive à assimiler les mots. Mais tout cela reste un peu simpliste à mon goût et je n’ai pas été sensible au supposé charme de son trait.

    Une sélection du dernier festival d’Angoulême qui m’échappe (une nouvelle fois).

    http://bdsulli.wordpress.com/

    Blue boy Le 27/11/2013 à 23:37:40

    Sans esbroufe, Joseph Lambert parvient à faire passer une belle émotion en s’effaçant derrière un minimalisme pudique et respectueux. L’approche graphique du non-visible (incluant l’apprentissage de la langue des signes) est très originale, permettant de nous faire ressentir, nous les voyants, ce que cela signifie que d’être aveugle et sourd à la fois, comme si l’un des deux ne suffisait pas… On pourra reprocher quelques toutes petites incohérences narratives et des couleurs un peu trop basiques, mais l’histoire de ces deux personnages est si prenante que cela passe au second plan.

    L’amitié entre Helen Keller et Annie Sullivan, ces deux êtres dont la révolte chevillée au cœur et au corps face aux cruautés de la vie s’est transformée en force, est particulièrement poignante, et il faudrait être handicapé des sentiments pour ne pas verser sa petite larme au moins une fois à la lecture du livre. De plus, leurs souffrances ne s’arrêtent malheureusement pas à leur champ de vision, mais sont provoquées aussi par la vanité et la bêtise des soi-disant voyants : les professeurs de l’institut Perkins firent subir à la jeune Helen un interrogatoire de deux heures à cause d’une stupide histoire de plagiat. C’est ainsi que l’on se dit que les aveugles (ou les sourds) ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Une belle œuvre tirée d’une belle histoire, à découvrir. Un de mes coups de cœur de l’année.