Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

T raumatisé par l'occupation allemande et dégoûté par l'attitude de son père, Yvon décide, la Libération venue, de tout plaquer et de partir s'installer au Congo belge. Même si la vie n'est pas facile dans cet immense territoire où tout est à construire, il réussit, à force d'abnégation et de dur labeur, à trouver un certain équilibre et fonder une famille.

Basé sur les souvenirs du grand-père de l'auteur, Les jardins du Congo est un titre qui suit la tendance des récits-témoignages historico-familiaux qui ont fleuri sur les étals ces dernières années. Nicolas Pitz, auteur ayant fait ses premières armes chez le défunt éditeur participatif Manolosanctis, propose une chronique au fil tourmenté, malgré quelques épisodes remplis d'espoir. En effet, la vie de son aïeul a été marquée par plusieurs incidents tragiques qui laissèrent ce dernier psychologiquement très miné. Malheureusement, le scénariste peine à transmettre toute l'intensité dramatique de cette trajectoire. La première partie – la guerre – souffre de dialogues d'une grande pauvreté, tandis que, quoique prometteur, l'exil africain se révèle un brin monotone. Seuls la conclusion de l'album et les incidents provoqués par l'indépendance de la République du Congo permettent de donner un peu de souffle à la narration. Trop centré sur son protagoniste principal – nombre de personnages secondaires auraient gagné à être plus développés -, le scénario demeure au niveau de l'hommage respectueux, alors que cette destinée aurait pu présenter une image vibrante de toute une génération.

Graphiquement, sans être fondamentalement gauche, le style du dessinateur manque de maturité. Le trait, qui rappelle par moments celui de Jérôme Jouvray, reste très inégal tout au long des pages. Alors que les animaux occupent un très grand rôle dans l'évolution du héros, les illustrations de la faune sont particulièrement peu attractives. Seules la mise en scène et la construction des planches offrent un peu d'air : tous les éléments sont bien en place et rendent la lecture aisée.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Les jardins du Congo

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    plumes Le 02/10/2013 à 16:00:17

    Je n'ai jamais écrit d'avis sur ce site, pourtant, je m y promène souvent. Mais pour une fois, je ne suis pas d'accord avec la critique. Je trouve que "les jardins du Congo" est une bédé réussie. Le dessin colle parfaitement avec l'histoire et ne manque pas de panache, les couleurs, l'atmosphère, l'ambiance générale sont des plus réussies. Je trouve l'histoire très bien amenée. En effet trop de bédé s'écrase sur le jugement trop facile d'une colonisation désastreuse. Ici, il n'y a pas de jugement, juste une vision très humaine des faits. Le héro, je ne l'aime pas, peu bavard, illettré (je pense que c'est pour ça qu'il ne parle pas beaucoup), niais,ne prend que les mauvaises décisions, mais Nicolas Pitz arrive à nous y attacher. C’est une aventure profondément humaine, le reflet d'une époque révolue.
    Le fait que cela soit un témoignage. (Il y a de vrais photos à la fin de l'album) renforce encore un peu plus l'humanité de ce bouquin.

    j'ai été très émue !