Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Ambre gris 1. Première partie

16/09/2013 5978 visiteurs 8.0/10 (1 note)

« On me disait homme de foi. J’en portais la robe et les oripeaux. Mais comment, devant l’ignominieux et l’insane, la foi peut-elle survivre ? » Par ces mots, l’abbé Grégoire Levasseur résume sa situation : embarqué sur le Belespoir, il se désespère des agissements de son commandant, Pierre Masquelier. Il faut dire que celui-ci n’y va pas de main morte quand il s’agit d’augmenter les cadences de la chasse à la baleine ou de châtier les déserteurs. Terrible, le supplice de la bougie fait froid dans le dos.

À bord, l’équipage trime, sue sang et eau. La découpe des cétacés est un dur labeur, peu ragoûtant lorsqu’il s’agit pour les marins de plonger dans les tripes de ces titans, de les dépecer et d’en récupérer l’huile tant convoitée. « À notre retour, le navire devra ressembler au grand cachalot, le ventre bourré d’ambre gris, la proue brillante de spermacéti ! », s’emballe le maître dans un élan de démence. Denrées rares, précieuses, les fruits de la pêche deviennent obsession aux yeux de Masquelier, dont les ardeurs à trousser la belle Jocelyn ont besoin, souvent, d’être stimulées. Que peut un prêtre face à tant de force brute ? Petit à petit, les personnages livrent leurs secrets. Inavouables parfois, ils témoignent de blessures du corps et de fêlures de l’âme. De là à pardonner les excès ? Devant Dieu, chacun se tient droit et répond de ses actes.

L’horizon est bien terne pour ces forçats des mers. Est-ce pour cela que Michel Durand use d’un trait à peine esquissé, fuyant en quelque sorte une trop dure réalité ? En tout cas, un dessin réaliste aurait sûrement rendu bon nombre de visions insoutenables, tandis que l’auteur se permet ici de traiter l’horreur sur le ton de l’outrance. Les couleurs d’Alexandre Boucq procèdent du même principe. Dès la couverture, il opère des choix radicaux. Ciel vert, mer brune… de toute évidence, l’académisme n’a pas droit de cité. C’est un défi qui est lancé aux sens, aux perceptions. Comme une invitation à faire le grand saut...

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Ambre gris
1. Première partie

  • Currently 5.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 5.0/5 (2 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 14/12/2020 à 10:33:33

    Je n'ai pas aimé cette oeuvre inspirée par le roman Moby Dick et la fameuse chasse à la baleine. Nous avons un capitaine qui est vraiment la caricature du parfait méchant homme. C'est trop poussif pour être crédible. Il faut croire que tous les capitaines de navire sont givrés ces derniers temps. L'équipage se laisse faire. Seul un abbé semble faire un contre-poids mais c'est faible dans l'intensité.

    Je n'ai pas aimé le graphisme ainsi que le dessin que j'ai trouvé trop brouillon et imparfait. La couverture donne d'ailleurs un aperçu. La saturation des cases m'a rebuté.

    Bref, je ne suis pas parvenu à entrer dans l'histoire. Le désintérêt pointe vite le bout de son nez. On oubliera et on se plongera dans d'autres séries sur le même thème plus réussies comme Esteban (Le Voyage d'Esteban) ou encore Achab.