Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

N icoby et Joub s’étaient associés en 2010 pour raconter dans Nos années bêtes et méchantes la folle époque d’Hara Kiri à travers les mémoires de Daniel Fuchs, libraire spécialisé BD assez connu dans le milieu. A l’occasion des 75 ans de Spirou, les deux compères partent à la rencontre de Jean-Claude Fournier, qui reprit les aventures du célèbre groom pendant une décennie, de 1970 à 1980.

Jean-Claude Fournier, c’est l’homme qui a vu l’ours. Le côtoyer c’est être « à une main de Franquin », un peu comme interviewer Moïse descendant de la montagne, les tables de la loi encore fumantes sous le bras. Le temps d’une journée, grâce à mille anecdotes, le jovial successeur de Franquin va narrer par le menu sa carrière, les premières planches refusées, les tâtonnements encouragés par le maître, la création de Bizu... jusqu’à ce que Charles Dupuis lui remette les clés de Spirou et Fantasio.

À la fois consécration et malédiction, cette reprise le condamnera à être le Roger Moore de la série, l'éternelle comparaison avec son illustre prédécesseur occultant ses nombreux apports. Sans oublier qu'il sera le dernier auteur à assurer à la fois le scénario et le dessin. Dessaisi du titre sous prétexte de faire de Spirou un héros breton (on croit rêver), la suite de son parcours devient plus erratique, au gré des Cranibales, du festival de Saint Malo, des Chevaux du vent chez Aire Libre... Mais n'en racontons pas trop.

L'échange avec l'auteur ne serait pas complète sans une fouille en règle de son atelier : dessins pour la PQR, recherches diverses, histoires courtes, travaux alimentaires, projets avortés, autant de documents qui sont proposés au lecteur non seulement tout au long de l'album mais aussi dans un cahier graphique d'une vingtaine de pages.

Avec Dans l'atelier de Fournier, Nicoby et Joub confirment leur talent de conteur de la petite histoire de la bande dessinée. Intervieweurs enthousiastes, c'est en se mettant eux-mêmes en scène qu'ils parviennent à garder une distance un brin taquine qui leur évite de tomber dans un excès de déférence. Une mécanique qui fonctionne à merveille et qui ne demande qu'à trouver une nouvelle victime consentante.

Par S. Farinaud
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Dans l'atelier de Fournier

  • Currently 3.80/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    MRANN Le 04/05/2015 à 23:35:36

    Afin de fêter dignement les 75 ans de Spirou, Dupuis s’est lancé dans un grand programme : rééditions, intégrales, fac-similés, récits rares, film, ouvrage théorique, etc. Parmi toutes ces productions, on trouve aussi cette biographie de Fournier, particulièrement axée sur ses débuts et sa reprise de Spirou. Ce sont Nicoby et Joub qui se chargent du portrait et transmettent à la fois leur respect et la grande sympathie qu’inspire cette figure tutélaire de la BD en Bretagne.

    Il reste que la vie d’un auteur de BD n’est pas palpitante, et si les intrigues de rédactions sont bien décrites, on n’apprend pas grand-chose dans ce livre, finalement bien décevant. Il y a, bien sûr, des passages émouvants, comme celui de la rencontre avec Rob-Vel, créateur de la série, mais ces éclaircies et le grand nombre de documents rares ne sauvent pas un livre qui peine à dépasser l’enfilade d’anecdotes.

    Le tout respire la sincérité et la bonhomie, on aimerait aimer ce livre comme on aime son personnage principal, mais la sauce ne prend pas. Le récit est poussif, le sommet de l’action devant être le moment où Fournier joue du biniou... Il y a sans doute de quoi dire sur Fournier, grand témoin d’une certaine époque du magazine de Marcinelle, et du passage de relais à une nouvelle génération d’auteurs mais un essai ou un livre d’entretien aurait été bien plus efficace qu’une bande dessinée qui peine à justifier son utilisation.