Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Erik le Rouge (Di Giorgio/Sieurac) 1. Le sang des vikings

16/05/2013 9498 visiteurs 3.7/10 (3 notes)

À la suite d'un crime, Thorvald Ásvaldsson est banni de Norvège. Il embarque avec les siens et pointe vers l'Ouest dans l'espoir de s'installer sur une terre alors quasiment vierge, l'Islande. Son fils, Erik le Rouge, naît lors de la traversée. Arrivé à destination, le clan s'installe dans un fjord inhabité. Au fil des ans, le groupe survit, prospère même, malgré les difficiles conditions de vie.

Jean-François Di Giorgio (L'or des fous) suit la trajectoire du clan Ásvaldsson dans Erik le Rouge. La destinée de cette famille est bien connue, particulièrement celle d'Erik qui colonisa le Groenland et, plus encore, celle de son descendant direct, Leif Ericson, pionnier qui navigua jusqu'à Terre Neuve, faisant de lui le premier Européen à toucher l'Amérique du Nord, cinq cents ans avant Christophe Colomb. Mais, chaque chose en son temps, pour l'instant, Le trésor du Vinland, premier volume d'une trilogie, se concentre sur le patriarche de la famille, Thorvald. Malheureusement le scénario ne fait guère honneur à son sujet. En effet, malgré une réelle volonté historique, la narration est remplie d'imprécisions et de clichés sur le mode de vie des Vikings ainsi que de grossières erreurs géographiques (par exemple, au Xe siècle, il ne restait plus aucune forêt exploitable en Islande, tout le bois d’œuvre devait même être importé d'Europe). Ces approximations gâchent quelque peu la lecture, la situation étant d'autant plus regrettable que le scénariste impose un rythme indéniable à ces aventures nordiques grâce à un sens du découpage des plus aboutis.

Plus concluant, Laurent Sieurac (Arelate, L'assassin royal) illustre cette épopée en apportant beaucoup d'attention aux détails. Les costumes, les habitations, les embarcations sont rendus d'une très belle manière. Sans user d'un réalisme jusqu'au-boutiste comme le faisait un Jacques Martin, le dessinateur redonne vie à cette tranche du passé avec brio. De plus, dans un autre registre de son art, il offre différentes scènes de batailles furieuses – particulièrement lors de l'expédition en terre saxonne – des plus convaincantes.

Souffrant d'un manque de rigueur historique et d'une intrigue quasi-inexistante, Erik le Rouge débute sur des bases chancelantes. Espérons que la suite de la saga sera plus enlevée.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
3.7

Informations sur l'album

Erik le Rouge (Di Giorgio/Sieurac)
1. Le sang des vikings

  • Currently 3.71/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    BIBI37 Le 21/09/2013 à 19:31:17

    une histoire sans interêt.
    Ce tome ne nous apprend rien de la vie du célèbre viking.
    Aucun scénario et des dessins à peine médiocres.
    A oublier.
    3/10.