Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Tueurs de mamans 1. Tome 1

06/05/2013 8301 visiteurs 6.3/10 (3 notes)

A vec l’arrivée de Toronto (oui, comme la ville où elle est née), l’ordre de Nonnettes compte désormais cinq membres. Leur point commun, ce n’est pas leur goût pour le célèbre petit gâteau gourmand. Se réunissant dans une aile oubliée de leur lycée qui abrite une chapelle désaffectée, ces ados sans père à la maison partagent les ressentiments qu’elles éprouvent à l’encontre de leur mère à qui elles reprochent mille et une choses. Un jour, en furetant au hasard sur internet, elles découvrent le site Castigo. Le service, payant, propose d’exécuter un châtiment déterminé sur la personne. Par jeu avant tout, les Nonnettes décident de le tester et d’infliger à leurs mamans ce qu’elles subissent…

Avec son titre choc et sa couverture qui casse les codes habituels, Tueurs de mamans est bien difficile à cataloguer de prime abord, ce qui ne manque pas d’attirer l’attention. Le format classique et le trait tendraient à le ranger du côté de l’étagère Jeunesse tandis que le noir prédominant, son accroche, ainsi que l’absence volontaire du nom des auteurs introduisent une part de doute lorsqu’il s’agit de le mettre à portée de toutes les mains. Effectivement, le discours est plus vénéneux qu’il n'y paraît au premier abord et ceux qui apparaissent aussi au générique, pêle-mêle et entre autres, de Ducobu, des Schtroumpfs, Sac à puces ou de Muriel et Boulon montrent que leur palette est définitivement trop large pour risquer d’être cantonnés à un seul registre.

À l’origine, il y a bien entendu quelques arguments qui ne sont pas sans rappeler ceux de Death note et d’une kyrielle de mangas apparus ces dernières années : quelle est la part de responsabilité lorsque la vengeance et la violence sont exécutées sans porter soi-même les coups ? Qui se cache derrière l’écran d’un service internet et que faire lorsque la « machine » s’emballe ? Est-ce que l’anonymat exonère d’une partie de la responsabilité de ses paroles et de ses actes ? Dispense-t-il des remords ?

Que chacun se rassure, l’album n’a rien d’un pensum assommant par sa volonté de faire la morale. L’histoire de ce club de filles se lit assez bien en dépit de quelques lourdeurs. Les personnalités des adolescentes sont précisément définies, avec la volonté de clairement les différencier et de couvrir un éventail assez large de soucis qu’on peut avoir à cet âge-là, c’est un fait. Mais les caractéristiques de la société actuelle sont elles aussi minutieusement inventoriées (famille monoparentale, couple du même sexe, handicap, éducation trop permissive, besoin de rébellion, religion, etc.) au point de rendre l’addition un peu chargée. Les effets de répétition à vocation humoristique (recherches systématiques sur Google, relectures en boucle d’Harry Potter) n’aident pas à l’alléger et ne font pas, eux non plus, oublier une trame plutôt convenue (la reproduction à l’identique des brimades). Le parti-pris pour définir l’allure du pseudo-justicier est en revanche réjouissant (bouffon massif à la fois sombre et rigolard) et tranche avec les traditionnels atours de croquemitaine standard. La riposte des filles annoncée pour le prochain tome devra à coup sûr lui laisser (ainsi qu’à son organisation) une place de choix pour mieux convaincre.

Avec une pointe d’acidité et en jouant le contraste entre le style graphique et le propos, mais sans aller aussi loin que certains mangas destinés aux jeunes adultes, les auteurs s’emploient à installer leur récit dans une case (une niche diraient les marketeurs ?) encore peu explorée. Zidrou, avec Tamara ou Mèche rebelle, et Ers, avec Les démons d’Alexia ou encore Hell school, ont déjà montré par le passé leur savoir-faire pour mettre en scène des teenagers dans un contexte parfois tourmenté, voire empreint de violence. Une fois l’album refermé, leur association sur ce projet apparaît d’ailleurs comme une évidence. S’agit-il du chaînon entre Seuls (Vehlmann et Gazotti – Dupuis) et les séries « adultes » ?

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
6.3

Informations sur l'album

Tueurs de mamans
1. Tome 1

  • Currently 4.40/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 01/09/2020 à 20:06:41

    Zidrou est l'auteur qui m'intrigue le plus en ce moment. Je viens de lire Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait... et cela m'a intrigué au point de vouloir en savoir plus. Je m'aperçois que dans l'ensemble, j'aime plutôt la plupart de ses oeuvres.

    Avec "Tueurs de mamans", nous somme plus proches d'un univers graphique de Seuls. Ce thriller adolescent est plutôt réussi. Nous avons quatre pimbêches qui rêvent de réprimander leurs mères qui ne jouent que leurs rôles. C'est vrai qu'en tant que parent, on aura une autre lecture des événements. Cela pourra paraître choquant par moment.

    J’ai été littéralement happé par ma lecture de ces deux premiers tomes formant un diptyque. On attend la suite avec impatience. Les parents que nous sommes ne verront plus leurs filles de la même façon. Heureusement que je n'ai eu que des garçons !

    vacom Le 25/05/2013 à 14:06:17

    Ca se lit bien malgré une mise en place un peu laborieuse par endroits et le cliffhanger est efficace. Disons qu'on voit quelques ficelles un peu grosses, mais que ça passe bien à cause de la tension réelle qu'il y a dans l'histoire et d'une certaine montée en puissance jusqu'à la dernière page qui porte pas mal de promesses pour la suite. Faudra assurer derrière !