Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Q uand on lui annonce que son père est dans le coma, elle ne peut réprimer un sentiment de joie et de profond soulagement. Alors elle va à son chevet et elle lui parle, elle lui parle de ce que fut sa vie à dater de cette nuit où, pour la première fois, il délaissa le lit conjugal pour aller se blottir contre elle et lui témoigner d'un amour trop envahissant.

Elle lui raconte tout ce qu'elle a sur le cœur et nous prend pour témoins car, plus que tout, elle souhaite se délester d'un poids qui, toute sa vie durant, n'a cessé de lui faire mal. Elle lui explique comment elle a pu continuer à vivre avec ce lourd secret qu'elle souhaite aujourd'hui dévoiler et lui montre l'ampleur de ce drame qu'elle a vécu.

Ce livre-témoin est d'une grande sobriété et parvient à traiter ce sujet si délicat avec beaucoup de retenue et de sensibilité. L'attachement que l'on porte à cette femme meurtrie, à cette enfant privée de son innocence, fait naître en nous un sentiment de tristesse, d'injustice et de désespoir. Pourtant, loin de s'apitoyer sur son sort, elle veut continuer à vivre, comme pour lui montrer qu'il n'est pas parvenu à la détruire. Ce sera sa victoire.

Tout comme le texte ne parle jamais qu'à demi-mots, le dessin, à la fois très simple et porteur d'émotions, voile une réalité bien trop réelle derrière une pudeur de bon aloi. A quoi bon une image si crue, finalement si réaliste, alors que la tristesse et la cruauté de l'histoire sont déjà si palpables? Les auteurs l'ont bien compris et ne cherchent pas à tout montrer. Au contraire, ils se font les plus distants possible, laissent la place au personnage principal : c'est son livre plus que le leur, c'est son témoignage. Pour souligner le caractère humain de ce récit intime, les décors se font discrets et les traits épurés, les détails disparaissent pour laisser la place aux sentiments, forts, vrais, poignants, qui font de ce livre une merveille de sensibilité.

Bouleversant, à la fois terrible et plein d'espoir, de toute façon indispensable.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
7.7

Informations sur l'album

Elle ne pleure pas elle chante

  • Currently 4.36/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (33 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    DamBDfan Le 01/07/2013 à 15:26:52

    Un récit poignant sur un sujet difficile : l’inceste. La BD est l’adaptation du roman d’Amélie Sarn et c’est assez bien repris de la part de Corbeyran. Celui-ci décrit avec justesse et sans fioritures ce drame dont on ne peut être insensible, c’est évident. Le dessin assez neutre fait penser à de la sérigraphie et convient bien à l’esprit froid et peu joyeux de l’histoire. J’ai bien aimé la dernière case très astucieuse et intelligente de la part du dessinateur où l’on peut apercevoir un petit point blanc (une lueur d’espoir) dans l’œil de Laura (la victime) alors que d’habitude les yeux sont dessinés/représentés par de simples points noirs avec peu d’expressions. Respect.