Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Chère Louise

17/04/2013 3807 visiteurs 8.0/10 (3 notes)

« Dès que je sens qu’on essaye de raconter une histoire, je ferme le livre. Des histoires avec des enjeux tout construits et de grandes révélations finales, ça me fatigue. Je lis des essais, des autobios. Ils échappent à ça et ça les rend riches et inventifs et hasardeux ».

Ces considérations de Pierre Wazem couchées à même le papier dans ce bouquin, Chère Louise, en décrivent assez bien les rouages et le contenu. Il s’agit plus précisément d’une correspondance entre l’auteur et Louise, où plutôt d’une sorte de monologue, puisque les réponses de sa destinatrice, passées les toutes premières pages, sont absentes. Comme Louise, d’ailleurs, mais ça, c’est une autre histoire.

Wazem lui expose la vie aux Studios Lolos où il travaille et où, accessoirement, « on s’envoie des vannes, on s’engueule, on s’embrasse, on s’encourage… et là où tout s’arrange autour d’un verre de vin ». Après, ça part souvent en digressions, ou pas, vers des terrains insouciants, anecdotiques, ou plus sombres, plus personnels. Ça bascule de l’un à l’autre sans prévenir, au fur et à mesure de ces lettres dessinées réalisées d’octobre 2003 à fin 2012. Le trait varie, non pas au gré des époques, mais au gré des atmosphères. Le plus souvent très vif, alors essentiellement au service de la narration, il mue parfois en quelque chose de plus appliqué pour offrir des instants comme en suspens, où le temps s’arrête alors de défiler au profit de la contemplation, de la réflexion. Un ange passe.

Cet album fait écho à ce qui a précédé dans l’œuvre de l’auteur. De manière évidente, il s’inscrit dans le prolongement de Promenade(s) et Presque Sarajevo : même éditeur (Atrabile, dans la très justement nommée collection Flegme), style graphique et foutoir - car rien n’est jamais simple chez Pierre Wazem quand il se met en scène. Mais c’est un ouvrage qu’il convient aussi de croiser avec Mars aller retour pour mieux percevoir les démons qui le hantent. Enfin, il est aussi possible de s’interroger sur le point de contact entre ce Chère Louise et Week-end avec préméditation (réalisé avec son compère Tirabosco au dessin) : le chalet. Peut-être une réconciliation avec des fantômes du passé égarés dans la montagne ?

À ces questions, Pierre Wazem ne livre aucune réponse. Sans avoir l’air d’y toucher, en évoquant son quotidien avec une lucide dérision, il entraîne son lecteur dans les profondeurs joyeuses ou sombres de ses errements.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Chère Louise

  • Currently 4.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.