Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

J ean-Léonard se rêve en combattant libertaire de la colonne Durruti. Toutefois, quitter Paris pour Bujaraloz n’est pas chose aisée lorsque vous êtes un fils de bonne famille étouffé par une mère qui ne voit en Picasso qu’un dangereux bolchévique ! Sa rencontre avec Victor Serge, alias Viktor Lvovitch Kibaltchitch, l’incite à franchir le pas. Abandonnant tout et tous derrière lui, il part combattre dans les Brigades internationales et devient Léo. En chemin, il fera des rencontres, des vraies ; là bas, il côtoiera la mort, la vraie, et découvrira l’amour.

España la vida interpelle par la simplicité et l’intensité de son histoire. En quelques cent dix-sept planches, Maximilien Le Roy relate le parcours initiatique d’un Léo idéaliste à travers une Espagne où l’Europe répète sa deuxième guerre mondiale. Finalement, il y perdra une grande partie de ses illusions et les querelles internes des Républicains auront raison d’eux aussi sûrement que les troupes franquistes, mais il trouvera un sens à sa vie dans les yeux de Milena. Tout en force et en retenue, cet album est joliment porté par le crayonné et le découpage épuré d’Eddy Vaccaro, juste rehaussé par la mise en couleurs - subtilement mélancolique - d’Anne-Claire Thibaut-Jouvray.

Ce one-shot aurait pu être un ouvrage militant et politique théorisant sur la liberté, heureusement, il n’en est rien ! Il s’agit simplement du regard que porte, sur son époque, un jeune homme qui voulait se libérer… « La liberté ne se donne pas, on la prend » aurait dit Thomas Edward Lawrence et ce n’est pas là la moindre de ses ambigüités !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

España la vida

  • Currently 4.33/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (6 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    wolfiz Le 15/07/2013 à 21:14:10

    Perdu dans mes sempiternelles préoccupations du moment, je trouve parfois du temps pour lire des trucs qui , franchement , ne m'auraient pas titillé la rétine, et ce, à tort ou à raison ; mais j'ai la chance ou malchance d'avoir un libraire vraiment hors du commun : vous savez le genre de libraire qui essaye de comprendre vos goûts, votre style, qui vous propose vraiment un service presqu'à la carte (NDMF : GENRE!!! Il va pas se tirer une balle dans le pied en remballant son client fond de commerce!!! ) ; pas comme si vous achetiez votre bouquin en ligne juste parce que le prix est « vachement » moins cher, mais là, c'est un autre débat qui n'a pas place vraiment dans cette critique ; car oui « ô » lecteur assidu qui lit cette missive, aujourd'hui, on va faire une petite critique d'une bd « España la vida ».

    Mais keseksa me direz-vous ? Comme son nom l'indique cela se passe en Espagne (et oui ma bonne-dame) et nous raconte l'histoire du jeune Jean-Léonard, un jeune français qui s'éprend de la cause antifranquiste pendant la guerre civile d'Espagne qui se déroula entre 1936-1939. Jeune marxiste et communiste dans l'âme, il fait partie d'un groupuscule d'intellos militant en France. Suite au bombardement de la ville Guernica par l'aviation de Franco (dont le fameux tableau de Picasso montrera toute l'ampleur de l'horreur), il sera bouleversé. Fort de ses convictions communistes (lutte des classes toussa???...), il décide de faire le pas et de tout lâcher pour partir sur le front combattre ce qui lui semble être une hérésie. S'en suivra une confrontation avec la dure réalité, des rencontres et une vision autre des choses de la vie dont notamment celle de son père.

    Un récit politique et engagé donc ! Humaniste sur le fond, ce livre a un côté quasi-hommage mémoriel pour un pan de l'histoire complètement oublié de la plupart des personnes (pour info, la guerre civile en Espagne a vraiment été une boucherie sans nom).

    Vu comme cela, on se dirait « why not » mais voilà on se retrouve rapidement face à une narration assez plate, un scénario qui manque de souffle, de peps et d'intensité, un manque de réelle profondeur qui rend difficile la lecture par le néophyte en herbe que nous sommes .

    Graphiquement, ce n'est pas la panacée non plus (l'égout et les douleurs...) mais là je n'adhère vraiment pas au style graphique tellement c'est « moche » avec ce mélange de crayonné gras, épais, voire limite « c'est moi qui l'ai fait ». Le découpage des cases est des plus classique même si parfois on a une pointe de « folie » qui dénote et relève un peu la lecture. Les couleurs sont sombres ... Bref beurk.
    Reste la maquette qui est soignée avec sa couverture en dur, ses 120 pages épaisses ...

    Au final on se retrouve avec une bd dans laquelle les auteurs ont mis du cœur mais qui se sont perdus ou surpassés par le projet ce qui est dommage car il suffisait de quelques trucs pour le rendre un peu plus attrayant et didactique comme un fascicule qui expliquerait la raison de la guerre civile, les revendications, qu'est-ce que le nationalisme, pourquoi certains pays limitrophes supportaient Franco etc ... Wait! Finalement même si j'étais étudiant, je trouverais le truc ultra chiant.

    Désolé mais vraiment rien à sauver. Pour conclure, on a un essai non-concluant qui ne trouvera son public que dans un tout petit lectorat un peu « élitiste » ... Un pet dans l'eau quoi !


    http://lacasebd.overblog.com/espagnevida

    maahhh Le 26/06/2013 à 10:29:44

    Bonne BD historique sur la guerre d'espagne.
    Un jeune gauchiste parisien s'engage pour lutter contre l'armée de Franco et de ses alliés...
    C'est un bon portrait de l'ambiance de ces années en Espagne mais aussi en France.

    dorsetshire Le 08/04/2013 à 16:09:41

    Espana la vida est une excellente histoire que j'ai littéralement dévorée.
    Une histoire vraie, vécue par de nombreux jeunes européens qui se sont engagés dans la guerre d’Espagne et que Maximilien Le Roy nous relate au travers de son personnages, Léo, mais aussi au travers de nombreux faits historiques comme le personnage de Victor Serge – de son vrai nom Viktor Lvovitch Kibaltchitch – écrivain francophone et révolutionnaire ou la célèbre colonne Durruti composée d'anachistes.
    Petit mot sur les dessins et les couleurs que j'ai trouvés superbes avec de nombreuses pages sans dialogues mais tellement compréhensibles et fortes en émotions.