Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

S 'il est peu connu en France, Emilio Salgari jouit d'une grande renommée en Italie. À l'instar de Jules Verne, son contemporain, Salgari est un écrivain populaire, auteur de plus de deux cents romans d'aventures et d'explorations, genres très à la mode à la fin du XIXe siècle. Exploité par des éditeurs sans scrupule, sa vie fut néanmoins difficile. Épuisé psychologiquement et miné par les dettes, il mit fin tragiquement à ses jours d'un coup de rasoir, tel un samouraï trahi par ses maîtres. Avant d'en arriver à une telle extrémité, il avait su faire rêver des millions de lecteurs.

Paolo Bacilieri (Adios Muchachos, Jours tranquilles à Venise) joue sur les contrastes pour retracer la vie du créateur de Sandokan. Passablement mythomane, Salgari aime séduire son entourage par le récit de voyages extraordinaires, qu'il dit être les sources de son inspiration. Dans la réalité, l'écrivain n'a jamais quitté les rivages de la Mer Adriatique. Il puise tout son savoir dans les encyclopédies et les revues, son immense talent de conteur faisant le reste. Bacilieri reprend à son compte cette fantaisie et la retourne dans son scénario. En effet, chaque chapitre commence par un long narratif extrait de différents textes de l'écrivain que le dessinateur illustre avec des vues de la péninsule italienne. La juxtaposition de ces descriptions remplies d'exotisme et de ces superbes compositions est des plus séduisantes. Le dessinateur rend, à sa façon, un superbe hommage au grand homme en y ajoutant une description tout en finesse de son pays.

Mêlant photographies d'époque (oui, Buffalo Bill est bien venu à Venise, Salgari l'a-t-il vraiment rencontré ? La légende l'affirme, autant lui faire confiance) et compositions en noir et blanc, Bacilieri retranscrit la société transalpine de jadis avec beaucoup de vivacité et de réalisme. La mise en page, très imaginative, pourrait paraître surprenante, particulièrement dans le cas d'une biographie « sérieuse » tant le dessinateur multiplie les variations et les apartés par l'entremise de hors-textes et de planches déconstruites. Heureusement, la narration est suffisamment prenante et supporte ces incessants décrochages. Malgré tout, l'esprit du lecteur pourrait se fatiguer de tant de rebondissements graphiques. Et puis, l'imprévu n'est-il pas un des piliers de l'aventure ?

La vie rêvée du capitaine Salgari constitue une excellente porte d'entrée pour (re-)découvrir cet homme de lettre injustement méconnu de ce côté des Alpes.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

La vie rêvée du capitaine Salgari

  • Currently 2.00/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.0/5 (1 vote)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.