Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

I l est un hôtel particulier dans le quartier résidentiel de Bordeaux qui impose sa volonté propre à ses propriétaires successifs. Rien ne semble devoir l'empêcher de rester hors du temps, affichant toujours le même visage au fil des ans. C'est véritablement cette bâtisse pour le moins énigmatique qui est au centre de l'album et l'histoire s'apparente vite à un grand huis clos, comme si les personnages étaient liés à ce lieu étrange et se devaient de le respecter.

Les différents occupants de la maison la marquent plus ou moins selon leur personnalité, mais ne semblent avoir que peu de prise sur les événements. Il est vrai qu'ils sont, eux, soumis aux caprices du temps qui passe. Ce parti pris scénaristique est surprenant mais offre un point de vue fort original. Les zones d'ombre sont nombreuses et laissent la place à l'imagination du lecteur. Qu'advient-il de certains personnages ? D'où viennent les particularités de la maison ? Quel est le rôle de ce satané baobab ? Mystère… C'est donc avec un réel talent pour l'ellipse et le non-dit que les auteurs nous mènent à la découverte de leur univers.

Un nouvel album dessiné par Bézian est toujours un grand moment pour celui qui a le bonheur de connaître son travail. Son dessin est reconnaissable entre mille, avec son trait fin, ses visages marqués, ses "gueules" qui, sans qu'aucun commentaire ne soit nécessaire, nous révèlent le caractère du personnage. Mais Bézian ne se contente pas de reprendre des clichés, il les intègre à son propre graphisme. Un bandit aura toujours une tête de bandit mais ce ne sera pas qu'un bandit. Ce sera avant tout un personnage de Bézian.

Grand adepte du noir et blanc, il manie aussi la couleur avec talent mais ne semble pas pour autant changer sa technique à base d'aplats. Les ombres et lumières sont parfaitement rendues et les atmosphères souvent fort sombres. Apposant de manière uniforme des couleurs d'une palette finalement assez réduite, il installe des ambiances qui conviennent à merveille pour rendre cette demeure fort mystérieuse, tantôt rassurante tantôt inquiétante.

Bézian et Simsolo nous offrent ici un très bel album, à la personnalité affirmée, et qui bénéficie de surcroît d'une qualité de papier et d'impression exceptionnelle. Tout simplement incontournable.

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
8.1

Informations sur l'album

Ne touchez à rien

  • Currently 4.04/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (72 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 05/12/2020 à 10:03:16

    C'est avant tout l'histoire d'une maison bordelaise de 1890 à la veille du passage à l'an 2000. Une maison où vont se succéder des générations d'acquéreurs plus ou moins scrupuleux. J'ai bien aimé le concept car la maison a une véritable personnalité.

    Le titre "ne touchez à rien" fait assez lugubre avec sa couverture un peu kitsch. Mais l'atmosphère assez étrange voire malsaine est très bien retranscrite avec une narration assez fluide et un esthétisme assez soigné. Il est cependant clair que ces visages angulaires ne peuvent pas plaire à tous les lecteurs. Il faut s'habituer à ce trait un peu spécial mais si beau car précis et léger.

    Et puis, on apprend un mot rarement employé dans la langue française: les taxidermistes. Il y a également un petit soupçon de morale : il faut toujours respecter la volonté des défunts même s'ils ont des exigences particulières ou sinon gare ! Mais il y a également une faute d'orthographe lié à un prénom qui se termine tantôt par un "t", tantôt par un D: un comble! :!

    Par ailleurs, la conclusion de cette histoire manque un peu de punch pour être une oeuvre réellement révolutionnaire. Cela reste tout de même très correct avec en prime une qualité de papier irréprochable.
    Nous avons quand même droit au mythe de la maison hantée mais comme on ne l'avait jamais vu grâce à un autre angle d'approche tout à fait louable. Un léger frisson garanti !

    LeoLab Le 05/10/2019 à 09:17:47

    Une bonne histoire de maison hantée. Les planches sont torturés et donnent le ton. J'ai beaucoup aimé les décors détaillés et la construction du récit. Quatre histoires se réunissant pour n'en faire qu'une. J'ai détesté les dessins des personnages et l'écriture quelquefois illisible. Une lecture mitigée donc.

    elnegus Le 26/12/2007 à 11:21:31

    Une histoire fantastique exploitant le principe de "la maison hantée" pour mieux en utiliser les ficèles (un dessin magnifique, fin, épuré et une colorisation sublime) en y distillant plusieurs niveaux de lecture. le tout saupoudré d'une "petite morale bienveillante".

    A découvrir.

    the doctor Le 05/07/2007 à 20:13:02

    La chronique BD Gest m' avait fait saliver, je me suis donc jeté dessus dès réception. Pour apprécier il faut soit être un adepte incontournable des auteurs, soit un fan invétéré de l' underground, soit aimer les mystères irrésolus.

    Qualité d' album et qualité papier irréprochable, soyons objectif. Pour le reste ... Album qui se lit d' une traite très rapidement.

    Les dessin me décoivent ( je ne suis pas un adepte de ce gebre angulaire que je trouve grossier), les couleurs très sombres ( underground oblige), les personnages complétement insignifiants, dialogues médiocres, l'histoire (ou plutot les histoires puisqu' il s'agit d'une sorte de succession de 4 histoires) est plate centrée avant tout sur la demeure.
    Reste ce fameux baobab
    On attend un dénouement, une explication, .... rien! Beaucoup de question restent en suspens dans un album mystérieux.
    Les auteurs connaissent surement la trame mais ont beaucoup de mal à la faire passer au lecteur.

    En résumé si vous n' êtes pas un amateur invétéré, payez vous un bon ciné à la place.

    zaaor Le 04/02/2007 à 15:52:18

    Je reposte un deuxième avis, car après relecture, deux ans plus tard, il ressort des trucs que je n'avais pas vus, ou tout du moins compris lors de la première lecture...

    J'attendais beaucoup de cette bd et je crois que je fus déçue à prime abord parce que je n'ai pas cherché à comprendre. La relecture m'a permis de décortiquer la puissance de la trame qui offre un dénouement tout à fait hors de l'ordianire.

    Je rendrai donc à César ce qui lui appartient; Ne touchez à rien fait désormais partie de mes préférées...

    Y'a juste les fous qui ne changent pas d'idée...

    beni Le 14/10/2005 à 00:13:57

    cet album est avant tout une émotion,il faut le parcourir comme on contemple un tableau ,se laisser penetrer par son ambiance inquietante,ses couleurs exceptionnelles,son trait précis et découpé,un pur bonheur

    edgarmint Le 27/09/2005 à 15:11:03

    Cela faisait un certain temps que je souhaitais lire cette BD, j'ai été déçu.

    Il s'agit comme le laisse penser son abord extérieur effectivement d'une belle BD (format, papier ...). Le dessin renforce cette idée, notamment car il parvient à bien faire respirer une certaine ambiance malsaine. Mais de par sa spécificité, il risque de rebuter certains lecteurs (ce qui ne pose pas en soi un véritable problème, car il reste important de ne pas formater la BD).

    Au niveau scénario, il s'agit en fait d'un enchaînement de courtes histoires (voir d'époques) dans une même maison, mais de mon point de vue, il est difficile de trouver un véritable lien entre ces histoires qui soit intéressant. Je pense que le principale pêché de ce scénario tient du fait que si l'auteur connait toutes les clefs de son scénario, il n'en va pas nécessairement de même pour le lecteur qui a du mal à s'y retrouver.

    zaaor Le 29/08/2005 à 00:09:16

    J'avais très hâte de lire ce one shot; je suis cependant un peu demeurée sur mon appétit, surtout après la lecture de la critique de Chronique BD Gest. Le graphisme de Bezian sauve la mise. J'adore les visages angulaires et l'esthétisme monochrome des couleurs. Là où je décroche, c'est le scénario qui me fait penser à un film de Von Trier. Un bd qui plaira à ceux qui aiment l'underground au premier degré. La finesse manque et il est vrai que plusieurs questions demeurent sans réponse. Une déception pour ma part mais qui vaut quand même le coup d'oeil pour se forger sa propre idée...