Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Louca 1. Coup d'envoi

04/02/2013 6015 visiteurs 6.0/10 (1 note)

T ire-au-flanc, plus que gauche, Louca fait partie de ces lycéens incapable de se prendre en main, tant du point de vue scolaire que du point de vue social. S’il semble quelque peu conscient de sa situation, il ne fait absolument rien pour en changer, même pas pour séduire la douce Julie. Jusqu’au jour où il rencontre Nathan. Charismatique, charmant, star de l’équipe de foot de l'établissement, ils sont aux antipodes l’un de l’autre. Tellement opposés que l’un est mort tandis que l’autre est vivant... Nathan est effectivement un fantôme, seulement visible de Louca. Intrigué par le lien qui les unit, il décide de tout mettre en œuvre pour transformer le garçon maladroit en roi du ballon rond…

Prévue en trois tomes, cette série est la première apparition de Bruno Dequier, issu de l’animation, dans le monde de la bande-dessinée. Si le résultat est plus qu’honorable, Louca souffre de nombreux petits défauts et risque de ne pas satisfaire le plus grand nombre de lecteurs. Sur le fond footballistique, servant de contexte à l’intrigue, elle s’inspire trop des modèles de championnats scolaires étrangers, la référence à Capitaine Tsubasa s’imposant forcément. La réalité de la pratique du football pour les adolescents en France et en Europe est cependant très différente. Sur le plan graphique, la propension à déformer les anatomies, notamment le visage, pour amener de l’expressivité ne manquera pas de faire tiquer. Mais c’est surtout le rythme global du récit qui pèche ici. Disposant de soixante-douze pages pour poser les bases de son scénario, l’auteur, s’il en profite pour y introduire le plus d’éléments, y dilue fortement son propos, abaissant ainsi l’impact et la dynamique de son histoire. Heureusement, cette dernière, somme toute classique, a quelques atouts à faire valoir. En premier lieu la personnalité de Louca et ses efforts pas toujours récompensés pour arriver enfin à s’assumer.

Intéressante par certains points, décevante par d’autres, Louca aura fort à faire pour convaincre, à l’image de son héros.

Par D. Baran
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Louca
1. Coup d'envoi

  • Currently 3.46/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (35 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    pouetepremier Le 30/07/2014 à 22:41:13

    Sans chercher a donner un avis hyper pointu ou à faire trop long !..., j. On pourrais critiquer pas mal de choses mais en attendant, j'ai passé un excellent moment ...c'est peu être parce que'elle est sans prétention qu'elle fonctionne hyper bien cette BD.
    a 45 ans je suis encore très jeune d'esprit !

    wolfiz Le 01/07/2014 à 11:30:12

    http://lacasebd.overblog.com/2014/07/louca-coup-d-envoi.html

    Qu’est ce qui intéresse un garçon ado de nos jours ? Le sport, les filles, faire la fête et ses amis. Bien échu pour notre héros du jour puisqu’il n’excelle (de cheval) dans aucun de ces domaines.

    Mesdames et messieurs, welcome en plein drame prépubère !

    Louca, notre protagoniste principal, est un ado comme tous les autres ; déjà il n’est pas dans la moyenne standard (quoique, mais là c’est mon côté grincheux qui parle), il est spécialement paresseux en classe avec une tendance vers le cancre professionnel, en foot ses joyeuses prouesses sonnent plus la maladresse qu’autre chose, et quant au côté relationnel (comprendre les filles) c’est le désert Tchernobyl total tellement il est gauche… Tel un pèlerin en quête du Graal, Louca se cherche et se pose des tonnes de questions plus échevelées les unes que les autres et pour faire bref, il a un paquet de soucis. Et que celui qui n’a jamais vécu cela meurt dans d’atroces souffrances, les autres vous pouvez lever votre doigt (le doigt j’ai dit ! Manu tu sors !).

    Pourtant Louca aimerait bien s’affirmer, réussir à jouer comme un pro au foot, ramener de bonnes notes et surtout attirer le regard de la jolie Julie. Mais là, tout de suite, il y a vachement plus urgent comme genre réussir cette foutue interro qui est prévue dans quelques heures… Quoi de mieux dés lors que de s’enfermer au sein de l’école pour y vagabonder après les heures afin de chercher les copies d’examen (pas con hein !) ? Et là, quelque chose de fou va arriver en croisant au détour d’un couloir le jeune et talentueux Nathan. Le mot « croiser » est assez mal choisi en fait, j’aurais plutôt dû dire « apparaitre » genre comme la Vierge Marie ou la bite à Manu vous voyez (voir plus haut pour ceux qui suivent) ? Parce que Nathan, en plus d’être un Adonis et un footballeur spécialement doué, c’est aussi un revenant catégorie fantôme-mort mais sans la chemise délavée (rien que ça).

    Nathan comprendra vite que Louca est le seul capable de le voir et l’entendre, et pour un mec mort c’est hard de rester ignoré de tous. Du coup un copain, ça ne se refuse pas.

    Content de cette nouvelle amitié et passé le coup de la crise cardiaque (aaaaaah, un fantôme !), Nathan décidera de le coacher afin qu’il puisse devenir un poil meilleur au foot et emballer la petite Julie au passage. Parce que soyons francs, il a encore besoin de quelques heures d’entrainement avant de taquiner Ribéry (aka « Je pense qu’on espère qu’on va gagner »).

    Premier épisode d’une série actuellement en cours (3 épisodes publiés), Bruno Dequier nous offre ici pour son premier album une belle et rafraichissante surprise sur le thème du ado-movie au sein d’un collège.

    Editée chez Dupuis, cette bd pur jus d’ado pose les bonnes questions avec un style de dessin très Disney-ien, voire assez proche de l’animation ce qui n’est pas étonnant vu que Bruno (tu permets que j’utilise ton prénom ?) a travaillé dans le domaine (Le Lorax, Moi Moche et Méchant 2, etc. pour n’en citer que certains).

    Visuellement c’est assez épuré, avec des visages très animés et expressifs, des découpes d’images dynamiques et bien rythmées, des situations et un scénario qui feront sourire ; les personnages sont assez attachants avec notamment un petit coup de cœur personnel pour son petit frère Antin qui idolâtre son grand frère alors que ce dernier simule la vérité.

    On pourra faire rapidement le parallèle avec le manga « Olive et Tom » qui tourne essentiellement autour du Foot et du dépassement de soi-même mais ce serait une erreur vu que le scénario est plus touffu et le thème du foot n’est ici qu’un des éléments reliant les différentes pièces du puzzle entre les personnages.

    Au final, une bande dessinée qui n’a pas plus d’ambition que de tenir le lecteur en haleine et qui remplit, ma foi, son but. Si vous êtes jeune d’esprit, un peu fou fou, pas trop élitiste et cherchez une histoire sympa pour tout public (même les non-footeux)… Go Go Go !

    Sur ce, je prends fissa un petit cachet et un pack de six et on se revoit à la prochaine critique ? Tchussss

    Ps : M’étonnerait pas qu’un de ces quatre on retrouve une version animée de la bande-dessinée.