Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le train des Orphelins 2. Harvey

01/02/2013 3952 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

"L'enfer est pavé de bonnes intentions", cet adage résume le thème du Train des orphelins, la plus grande traite d'enfants de l'histoire des États-Unis sous couvert de bons sentiments. Entre 1853 et 1929, environ 250 000 mineurs "de race caucasienne" ont été transportés par chemin de fer de New-York vers l'Ouest pour y être adoptés de façon sommaire : dépossédés de leur nom, de leur culture et de leurs souvenirs, séparés de leurs frères et sœurs, souvent traités comme de la main d’œuvre gratuite, assignés aux travaux des champs et des mines. Certains meurent d'épuisement, d'autres sont restitués sur le quai de la gare lorsqu'ils deviennent "inutilisables". Quelques-uns, au physique plaisant, sont vendus à prix coûtant sous le manteau et seule une minorité aura la chance de trouver de vrais parents.

Le premier volume abordait le point de vue des enfants à travers les yeux de Harvey, de Jim et de sa fratrie embarqués en 1920, et des philanthropes de la bonne société, convaincus de donner leur chance à ces "vauriens et bâtards". Les passages longuets du volet d'ouverture présentant l'errance du vieil Harvey trouvent un sens dans ce second opus. C'est le tome de la vengeance pour l'octogénaire, qui vient réclamer des comptes, soixante-dix ans plus tard, à celui qui l'a trahi et dépossédé de son passé, de sa famille et de son avenir. Ce volume interroge sur l'identité et sur ce qui la prouve. Il apporte aussi un autre angle de vue, celui des mères "indignes". Ces femmes, qui, pressées par la honte, la misère, les dames patronnesses avides d'assurer la place de leur âme en s'occupant de celles des autres ou par un pater familias qui exerce son droit antique d'exposition (abandon sur un tas d'ordures), confient leurs petits à l'adoption. Leur désespoir va jusqu'à marquer le bébé au couteau dans l'espoir de pouvoir un jour le reconnaître.

À travers ce fait historique, ce diptyque suscite des interrogations à la résonance bien actuelle sur la façon dont les adultes conçoivent l'idée d'enfant : désiré ou indésirable, qui peut être cédé ou vendu, échangé, acheté ou fabriqué sur demande. Le train des orphelins ou les dérives de l'enfant-objet, glaçant.

lien vers la chronique du tome 1:
Chronique du tome 1

Par M. Leroy
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Le train des Orphelins
2. Harvey

  • Currently 4.13/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (31 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.