Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Week-end avec préméditation est paru fin 2002, quelques semaines après Attends de Jason et trois années après Quelques jours avec un menteur d’Étienne Davodeau. Du premier, c’est cette séquence où tout semble devoir basculer qui ressurgit, du second, c’est le plaisir de retrouver une histoire d’amitié entre potes qui refait surface. Week-end avec préméditation trace son propre chemin, moins dramatique que le premier, moins léger que le second. Deux amis prennent la route pour un pèlerinage sur un lieu de leur passé. Quelques mois avant, ils étaient trois. Aller-retour entre les époques, dans un chalet en montagne, isolé du monde, comme hors du temps, pour ces trentenaires si proches il y a peu, sans doute un peu moins aujourd’hui, chacun ayant suivi sa voie quand le lien s'est estompé.

Après être montés à pied - ça creuse -, c’est le dîner. Un petit coup de rouge, ça se charrie, le ton monte un rien, ça se fâche, ça se réconcilie, c’est bon enfant… Derrière le caractère anodin de ces échanges, transparaissent certaines failles. Le trait au fusain de Tom Tirabosco, avec des faciès assez expressifs, voire un rien grossiers, se prête bien au jeu de la joute verbale. Cet aspect dépouillé contraste avec le rendu des paysages montagnards dont il restitue l’âme avec une douce gamme de gris et la grandeur en jouant sur les cadrages et les angles de vue, rappelant ainsi furtivement que l’homme n’est définitivement pas grand-chose. Pourtant, c’est bien ce dernier qui se trouve au cœur de ce récit, le ton devient alors plus grave, le dessin s’assombrit parfois jusqu’au noir, et la question du pourquoi s’impose alors.

La réédition de cet album, première collaboration du duo constitué par Pierre Wazem et Tom Tirabosco, est une heureuse initiative qui devrait réjouir ceux qui auraient loupé le coche, il y a de cela plus d’une décennie.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Week-end avec préméditation

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.