Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Une histoire du 36 Quai des Orfèvres 1. Le mystère HB

10/12/2012 4817 visiteurs 7.0/10 (1 note)

H B, deux lettres qui rappellent un fait divers qui allait tenir en haleine la France pendant près de 48 heures il y a une vingtaine d’années de cela. Celui qui porte ce pseudonyme entre dans une école maternelle, séquestre une classe et menace de tout faire sauter. Alors que la population est inondée par des images provenant de Neuilly, des femmes et des hommes œuvrent pour traiter, au mieux, cette prise d'otages.

Premier album qui devrait en appeler d’autres consacrés à des affaires marquantes dans lesquelles la police a eu un rôle prépondérant, Le mystère HB prend le contrepied de ce que le lecteur pouvait attendre d’un tel sujet, tout du moins de prime-abord. Il n’est pas ici question d’action, encore moins d’émotion ou de fine psychologie - quoique -, mais plutôt d’un déroulé purement factuel de ce qui s’est passé dans l’enceinte scolaire à partir du moment où les forces de l’ordre l’ont investie, cela à travers le regard de Claude Cancès (Histoire du 36 quai des Orfèvres et Les seigneurs de la Crim'), patron du 36 à l’époque. À ses côtés, au scénario, ont œuvré Pierre Dragon, qui travaille à la Préfecture de police et qui a, en d'autres temps, collaboré avec Frédérik Peeters autour de la série RG, et Alain Gillot.

En ouverture du livre, une courte note précise l’intention des auteurs, "nous voulons restituer les faits, rien que les faits", l’idée étant de ne pas céder au sensationnalisme. Pour ce faire, il fallait un dessinateur qui se mette en retrait, en cohérence avec la démarche voulue. C’est Léo Quievreux (La mue sur un scénario de Tanguy Ferrand chez Carabas), plutôt habitué à des officines offrant une totale liberté graphique (Agents dormants chez L’Association et aussi, voire surtout, ses travaux chez Le dernier cri et d'autres éditeurs underground), mais aussi illustrateur de presse, qui va se mettre au service de cette austère mission. Au premier coup d’œil, l’ensemble parait figé, basique, sans esbroufe aucune, les couleurs sont sans éclat, les visages pour ainsi dire inexpressifs, et pourtant, ce choix potentiellement frustrant se révèle fort cohérent avec la volonté initiale, à savoir laisser la part belle à une sobre restitution des événements vécus de l’intérieur. Le contrat est rempli, la personnalité des protagonistes (les hommes du RAID, l’institutrice, les médecins du SAMU et des pompiers), comme gommée, permet au lecteur de s’immerger pleinement dans l’absurdité de la situation et les incertitudes qu’elle recèle. En face, dans sa bulle, immobile et insondable, a priori déterminé, Human Bomb. C'est lui, paradoxalement, dans les quelques lignes qu'il rédige dans ce qui est sa dernière nuit - son chant du cygne -, qui apaise la tension du récit, comme s'il baissait alors la garde. Mais ça, à cet instant, personne d'autre que lui ne peut le savoir.

Cette collection intitulée Une histoire du 36 quai des Orfèvres semble devoir s’adresser plus particulièrement à ceux qui préfèrent la sobriété des faits à la débauche d’effets. Le mystère HB fleure bon le vrai, froidement narré, c’est là que réside toute sa saveur.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Une histoire du 36 Quai des Orfèvres
1. Le mystère HB

  • Currently 2.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.7/5 (3 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.