Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

(A)Mère

16/12/2004 9134 visiteurs 18.5/10 (2 notes)

R écit autobiographique sur la relation entre une mère alcoolique et son fils.

Ce livre est paru en septembre dernier et est passé bien inaperçu dans le flot des sorties de l’automne. Et pourtant, c’est un petit bijou narratif, un très beau moment de lecture. Un livre dur et poignant.

L’auteur y raconte la souffrance d’avoir une mère qui sombre dans l'alcool pour l’enfant qu’il était. Cette mère, l’être adoré entre tous et qui est devenu brutalement celle qu’on déteste et qu’on ne veut plus voir, qu’on ne peut plus voir. De toute évidence, il ne s’en est pas remis, comment pourrait-on s’en remettre ? Et puis, lorsqu'on a 22 ans, l’âge de Raphaël Terrier, l’enfance n’est pas si éloignée.

Le parti-pris graphique et narratif du livre, un à trois dessins par page, pas de case, pas de bulles, un dessin plutôt brut et en esquisse, renforce le processus d’identification du lecteur. Il perçoit ainsi une part de la douleur d’avoir une mère dont la déchéance induit un comportement violent et dangereux.

Il n'y a pas une faute narrative dans cet album vraiment original, les pages qui font basculer la vie de la famille à cause de ce nouvel amant (Johnnie, la bouteille de Whisky) sont de ce point de vue extrêmement efficaces. On ressent bien toute la sincérité à fleur de peau dans ce témoignage touchant et angoissant, qui ne tombe jamais dans la facilité ni le pathos. Et lorsqu'apparait enfin cette image pleine page du visage de la mère, cachée tout au long du récit, la dureté et la souffrance qu'il exprime va s’imprimer dans notre imaginaire de lecteur afin de reconstituer les scènes précédentes.

Ce jeune auteur nous fait vraiment partager cette relation intime d’amour/haine qu’il a avec sa mère et qu’il avait besoin d’exorciser. Une réussite qu’il serait vraiment dommage d’ignorer.

Par pm
Moyenne des chroniqueurs
18.5

Informations sur l'album

(A)Mère

  • Currently 3.77/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (13 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.