Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Yoko Tsuno 26. Le Maléfice de l'améthyste

10/12/2012 6062 visiteurs 5.0/10 (2 notes)

V oilà plus de quarante ans que Yoko voyage à travers le continuum spatio-temporel. Aujourd’hui, Le maléfice de l’améthyste signe son retour, enfin presque, puisqu’elle est propulsée à Édimbourg, en 1934 !

L’électronicienne du Soleil levant livre son vingt-sixième album depuis janvier 1972. Si le temps est l’un des éléments récurrents dans l’œuvre de Roger Leloup, il semblerait que pour la première fois, la fille du vent lui offre prise. Après avoir connu un point d’orgue avec Le canon de Kra, le graphisme développé dans cet opus marque une évolution qui ne permet cependant pas de retrouver la finesse et la fluidité qui prévalaient encore dans La jonque céleste. Ce changement apparaît d’autant plus perceptiblement que la précision avec laquelle sont exécutés les décors et, surtout, tout ce qui touche, de près ou de loin, à la technologie est d’une superbe constance graphique. Ainsi, SU-27, Tiger Moth, Short Kent et Bugatti sont dessinés avec un réalisme qui force l’admiration.

Parallèlement, le scénario s’avère quelque peu confus faute de poser une ligne scénaristique claire et lisible. Excursion et paradoxe temporels, trisaïeule malade et litho-thérapie, considération historique et panégyrique aéronautique, trop de choses viennent perturber le cours d’un récit qui se transforme en une compilation de tout ce que l’auteur belge a pu produire au fil des ans, les Vinéens en moins ! Toutefois, cette profusion n’est pas synonyme d’anarchie bien au contraire, puisque le dessinateur conserve la qualité d’un trait acquise auprès d’Hergé et patiemment cultivée depuis.

Issue d’un fantasme d’adolescent pour l’actrice Yoko Tani, la jolie nipponne perpétue l’image d’une héroïne très sage à une époque où les filles de papier font éclater les carcans d’une sensualité qui ne peut être bridée. Avec Laureline, elle reste certainement l’une des égéries les plus cérébrales de l’école franco-belge et même si Jean-Claude Mézières a su érotiser l’agente spatio-temporelle, l’ex-assistant de Jacques Martin a toujours su préserver sa création de tout écart charnel, la confinant, à jamais, dans son rôle de grande sœur modèle. Quoi qu’il en soit, la jeune quadra demeure un personnage des plus attachants pour les deux générations de lecteurs qu’elle a accompagnées, et cette aventure possède la saveur de certaines madeleines d’antan.

À près de quatre-vingts ans, Roger Leloup gratifie les passionnés de la première heure - et les autres - d’une nouvelle histoire qu'ils souhaiteront ne pas être pas la dernière.

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
5.0

Informations sur l'album

Yoko Tsuno
26. Le Maléfice de l'améthyste

  • Currently 2.93/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.9/5 (29 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Roy1 Le 17/06/2014 à 12:26:40

    Je pensais que l'écriture scénaristique moderne n'autorisait plus un auteur à introduire son histoire avec une dizaine de pages qui n'avaient pas le moindre intérêt pour l'histoire en cours. Et bien je découvre avec stupeur à quel point j'avais tord ! Et le sentiment de confusion et de compression dont souffre la partie utile de cette histoire est due en grande partie à cette perte d'espace à l'introduction. Pourquoi ne pas commencé l'histoire avec l'arrivée du Tsar en Ecosse ? Ou mieux par la rencontre avec le notaire comme entrée en matière directe dont Leloup nous a à de nombreuses reprises gratifier dans d'autres album ? A quoi servent encore Vic et Pol dans cette série ? Il doit faire sortir certains personnages et les faire revenir épisodiquement. Pour quelqu'un qui a travaillé avec Hergé qui maitrisait bien cet art scénaristique, ça devient décevant. Par contre les graphismes techniques restent toujours aussi beaux.