Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Jeangot 1. Renard Manouche

12/11/2012 7807 visiteurs 7.3/10 (3 notes)

N iglaud le hérisson maladroit est le biographe de Jeangot Renard, guitariste manouche avec lequel il a fait les quatre cents coups. Pourtant, ces deux-là compères comme des demi-frères, qui l’eut cru ? D’ordinaire, les hérissons, les renards Roms ou gitans les élèvent et les boulottent dans leurs roulottes lorsqu’ils sont devenus gras. Mais les superstitions ont parfois du bon et le duo s’est trouvé constitué dès l’âge des langes. Renard Manouche ouvre les aventures romanesques du goupil aux doigts rares et de son ébouriffé et piquant acolyte découvrant la musique, la Veuve Poignet sous les couvrantes, la « zone » banlieusarde, le bordel, les menus larcins. Et bien d’autres choses, évidemment.

Le voici donc en librairie ce projet déjà ancien de Joann Sfar, maintes fois évoqué et différé au point de craindre de ne jamais le voir aboutir. Sur un mode similaire à celui employé pour son film Gainsbourg une vie héroïque, le scénariste entreprend de livrer sa version du parcours de Django Reinhardt. Il le fait donc à sa façon et, s’il ne plane aucun doute quant à la fiabilité du fond historique, celui-ci apparaît indéniablement caviardé de repères et thèmes chers à l’auteur, comme ce fut le cas du biopic consacré à l’homme à la tête de chou. Il y a très vraisemblablement dans le Niglaud un peu manche avec sa gratte quelque chose de l’apprenti guitariste décrit à plusieurs reprises dans ses premiers Carnets publiés à l’Association. Une partie du discours prêté aux deux complices, nature et cru, notamment en ce qui concerne l’approche des relations sexuelles telle qu’elle est exprimée par les deux trublions, ne surprendra pas non plus totalement les aficionados, sans que ceux-ci ne l’imaginent scrupuleusement sortie de la bouche de celui qui révolutionna le jazz. À notre époque de fréquents pugilats de prétoire opposant biographes scrupuleux, ayants-droit et autres gardiens de l’orthodoxie, comment ne pas aller dans le sens de l’auteur lorsqu’il affirme que pour renforcer un mythe, rien ne vaut la méthode qui consiste à raconter de véritables anecdotes, en les déformant ou les détournant un peu plus encore qu'elles ne l'ont été.

Le moins que l’on puisse dire est que son portrait a la pêche et qu'il est plein de fantaisie, de crudité et non dépourvu de fragrances scatologiques (l’anatomie selon les puceaux, c’est quelque chose). En s’autorisant quelques écarts que certains ne manqueront pas de qualifier de sorties de route dans le récit de la vie de Jeangot, il étonne autant qu’il peut agacer. Les quatre pages consécutives « hors cadre », tant du point de vue narratif que graphique, en plein milieu d’album pour une digression sur le quotidien du piquant marchand de guitares ont de quoi déstabiliser. Cet interlude donne pourtant un côté un peu foutraque à la narration qui lui va bien au teint. Mais que dire de l’exposé de ses relations avec son éditeur sinon qu’il est superflu ou, au minimum, sérieusement décalé ?

Pourtant, presque tout est amusant dans ce premier tome et, bien sûr, Clément Oubrerie y est pour beaucoup. Les plus mauvaises langues avoueront peut-être leur soulagement de le voir au crayon et au fusain pour un dessin net et sans bavures. Dans un style encore différent de celui remarqué pour Aya de Yopougon (Gallimard) et Pablo (Dargaud), sa patte fait mouche : ses personnages animaliers sont aussi dynamiques que trognons, les couleurs puisées dans une gamme épatante. De là à dire que certaines séquences ou compositions auraient été identiques si le scénariste n’était pas Joann Sfar, il y a un pas… que les élucubrations d’un lecteur qui ne se soupçonnait plus capable d’euphorie franchissent allégrement (la scène du délire au cours de l’angine de poitrine ou quelques volutes musicales par exemple).

La musique c’est pour les oreilles, c'est pour le tome 2. Le plaisir causé par un renard, c’est pas pour les chiens et à savourer sans tarder.

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Jeangot
1. Renard Manouche

  • Currently 3.91/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (11 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    fleur Le 22/12/2014 à 14:40:41

    C'est drôle, paradoxalement réaliste et loufoque : une interprétation savoureuse imprégnée d'une réelle culture sur le sujet traité.
    A savourer sans a priori.

    minot Le 09/01/2014 à 20:07:40

    Raconter de manière détournée la vie de Django Reinhardt en représentant ce dernier sous les traits d'un renard et en le faisant évoluer dans un univers animalier aurait pu être une bonne idée. Malheureusement, à part quelques passages amusants, cet album pêche par un dessin somme toute très banal et une grande vulgarité dans les propos ou dans les situations. Un album qui pour ma part présente peu d'intérêt.