Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Nico 3. Femmes fatales

11/10/2012 6148 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

D epuis qu’en 1947 les vestiges de deux vaisseaux extra-terrestres furent retrouvés au Nouveau Mexique et en Sibérie, l’Est comme l’Ouest connaissent une évolution technologique sans précédent. Toutefois, que deviendrait ce fragile équilibre si l’un des deux blocs venait à disposer de ceux qui inventèrent ces techniques ? Après s’être fait piégée à Paris dans Atomium-express et avoir finalement sauvé le monde d’une troisième guerre nucléaire dans Opération caraïbes, Nico part à la recherche de sa mère et tentera, au passage, de préserver l’un des secrets les mieux gardés des États-Unis. Ainsi, Femmes fatales clôture t-il cette série qui, en trois albums, a su imposer son style, sa marque.

Tout d’abord, il y a ces silhouettes élégantes que Philippe Berthet stylise mieux que quiconque. S’inscrivant dans la lignée de Pin-up et largement inspirée de l’égérie homonyme du Velvet Underground, Nico est l’archétype féminin de la fin des années soixante – celui de Bardot ou de Courrèges - en opposition aux canons du cinéma hollywoodien des années cinquante dont Oca - mélange d’Ava Gardner et de Grace Kelly - est la divine représentante. Mais au-delà des formes sculpturales de ses héroïnes, le trait du dessinateur fait merveille. Épuré, pour ne retenir que l’essentiel, son graphisme apporte sobriété aux décors et expressivité aux personnages, condensant en soixante-deux planches tout ce qu’il est possible de faire aujourd'hui en matière de ligne claire. Cependant, le travail de Philippe Berthet ne peut être totalement dissocié de celui d’Hubert qui, par un choix judicieux et totalement approprié des couleurs, travaillées en aplats, renforce le côté sixties de l’ensemble et contribue pleinement à l’identité visuelle de la série.

Familier du genre avec Jour J, Fred Duval inscrit son récit dans un univers uchronique crédible. En effet, Nico revisite les coulisses de la Guerre froide, prenant bien soin d’en adoucir les rigueurs en installant, en parallèle, un récit centré sur la quête identitaire de la jeune recrue de la CIA. Ainsi, cet opus arrive à maintenir un subtil équilibre qui permet de creuser la personnalité de Nico, sans sacrifier ni au rythme, ni à l’action. De plus, en mêlant protagonistes fictifs et personnalités ou évènements ayant réellement marqués cette période, l’album s’inscrit dans un univers rétro-futuriste familier.

Très travaillé, simple et épuré, sans toutefois être simpliste ou superficiel, Femmes fatales - graphiquement irréprochable - constitue un divertissement des plus agréables… et si Vadim créa la femme, Berthet est l’un de ceux qui la dessine le mieux !

Par S. Salin
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Nico
3. Femmes fatales

  • Currently 3.91/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (46 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Blueberry13 Le 08/11/2020 à 11:14:19

    Cette suite tient en 1 seul album contrairement au 1er cycle en 2, et dans un sens heureusement pour nous, car la série semble abandonnée ... ???
    L'histoire défile assez vite, et on y apprend pas mal sur les personnages.
    Moins de grandes cases, moins de place pour poser cette univers qui pouvait nous offrir beaucoup plus (Merci M.Duval :).
    Reste de sublimes couleurs d'Hubert, la ligne si particulière et tant apprécié de Berthet.
    A lire pour clôturer le 1er cycle.

    Personnellement j'idéalise un nouveau cycle.

    minot Le 05/10/2020 à 11:32:13

    Un album qui nous en apprend plus sur les origines de notre héroïne, tout en nous servant notre lot d'aventures rocambolesques, entre martiens infiltrés sur Terre, poursuite d'espion russe à bord de véhicules futuristes, base spatiale soviétique, etc. Ce n'est certes pas la série du siècle, mais c'est un très bon moment de détente, d'autant que le dessin au style rétro est très plaisant.

    BIBI37 Le 31/08/2013 à 09:05:07

    Toujours aussi décalé et bourré de clins d'oeil.
    Les dessins ont un coté rétro.
    Mais il s'agit d'une BD d'espionnage;
    Un bon moment de lecture.
    8/10.

    herve26 Le 04/10/2012 à 19:56:41

    Soyons honnête, ce n'est certes pas la bande dessinée de l'année mais ,en tout cas, ce troisième opus est fort divertissant.
    Mais ce qui prime dans cette série, c'est le dessin de Berthet, dessin reconnaissable entre tous. Hommage aux séries des années 50 et 60, cette uchronie(bien que ce caractère s'estompe avec le temps) fait une part belle aux références: à l'âge d'or de la bd avec d'entrée, une reprise de la marque jaune, et plus loin on aperçoit le professeur Philip Mortimer parmi les savants exfiltrés; aux séries TV avec des vaisseaux sortis tout des droits des "Thunderbirds" ; ou encore aux James Bond de la période Sean Connery.
    Même si les ficelles scénaristiques sont un peu grosses, d'ailleurs ce ne sont plus des ficelles mais des cordes (l'histoire des parents de Nico, par exemple), j'ai été séduit par l'ambiance générale de cet album, qui constitue une seule histoire.
    Je vous conseille de découvrir cette aventure avec l'édition "tirage limité" dos toilé,(avec suppléments de croquis)qui rappelle les albums d'antan et qui y ajoute, s'il le fallait encore, un côté rétro