Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Une tragédie grecque 1. Deux sœurs

24/08/2012 3929 visiteurs 4.5/10 (2 notes)

N on, ce n’est pas de l’acharnement du FMI ni de la gouvernance de l’Europe sur les finances grecques dont il s’agit. C’est d’une autre tragédie, plus proche de la définition historique du titre. Sans aucun doute le personnage le plus connu de l’ère moderne de ce pays méditerranéen, Aristote Onasis a construit son empire maritime sur les ruines de la deuxième guerre mondiale et sur certaines compromissions. Le parcours de ce jeune loup des mers ne sera pas sans embuche et c’est sur le terrain sentimental que se joueront les batailles les plus cinglantes. Les deux filles de magnat grec de l’armement naval Livanos, vont passer de l’état d’enjeu à celui d’investissement là où les relations priment sur les qualités des hommes.

À l’image de cette impression de montage graphique approximatif d’une couverture d’équilibristes improbables, Tragédie grecque rassemble les éléments d’une intrigue touchant la jet set ou ce qu’elle va devenir : amour, argent, pouvoir et désespoir. Le destin des grandes fortunes qui ont alimenté les unes des magazines people et économiques a toujours fasciné et se pencher sur l’armateur le plus célèbre aurait pu être une bonne idée. Malheureusement, les personnages restent lisses et ne présentent pas ou peu de caractère, avec même quelques postures ou interventions très caricaturales. Le récit y perd en relief et se contente de mises en évidence successives de saynètes manquant de lien entre elles. Concentré sur la partie sentimentale de l’histoire, il se focalise sur les détails et les relations entre les protagonistes, si possible sulfureuses, sans creuser vraiment la part psychologique ou l’action. Les discussions de salon prennent le pas sur une quelconque aventure.

Graphiquement, il n’y a pas de surprise. Le style est classique et parfaitement lisible avec ses qualités et ses défauts. Les couleurs sont adaptées à l’ambiance lumineuse que pourrait induire l’idée que l’on se fait d’un pays baigné de soleil. Les personnages portent cette image sans, pour autant, pratiquement mettre les pieds sur leur terre natale pendant cet album. De l’exotisme par procuration.

Deux sœurs se lit sans mal et ne laisse guère de souvenir, sauf peut-être celui d’une impression d’acte manqué en jouant trop sur la fibre sentimentale et pas assez sur l’aspect historique.

Par T. Pinet
Moyenne des chroniqueurs
4.5

Informations sur l'album

Une tragédie grecque
1. Deux sœurs

  • Currently 1.57/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 1.6/5 (7 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    fabienroche Le 25/08/2012 à 18:20:00

    Histoire prévisible et peu exacte sur beaucoup de choses.
    Dommage pour le dessinateur pour ce qui aurait pu être une belle couverture... Le navire ne ressemblait pas a ceci lorsqu'Aristote Onassis l'acheta. La vue du "Christina O" telle que représentée dans cet ouvrage est celle du navire après son passage au chantier presque 30 ans après que cette histoire ait eu lieue...
    D'autre part le navire s’appelait "Christina" au temps d'Onassis et seulement "Christina O" depuis son avant-dernier propriétaire qui l'a entièrement rénové entre 1998 et 2000.